Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > La fibre optique arrive en ville : le très haut débit devient accessible

La fibre optique arrive en ville : le très haut débit devient accessible

La fibre optique arrive en ville : le très haut débit devient accessible
Octobre 2011
Le Particulier n° 1065, article complet.
Auteur : FRASNETTI (Pascal)

Pour répondre aux nouveaux besoins des utilisateurs, les opérateurs internet proposent la connexion à très haut débit. Elle offre, via la fibre optique, l’accès à tous les services multimédias en simultané. Mais, pour l’instant, elle n’est accessible qu’aux seuls immeubles collectifs des métropoles françaises.

Plus de 95 % du territoire français a aujourd’hui accès à une connexion internet haut débit, grâce à la technologie ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line). Lancée en France en 1999, elle utilise la ligne téléphonique pour transmettre des données numériques. L’internaute dispose alors d’un débit maximal théorique situé entre 20 et 28 mégabits/seconde (Mbit/s), ramené autour de 4 à 6 Mbit/s de vitesse réelle lorsque le logement est distant du central téléphonique de plusieurs kilomètres. Des vitesses largement insuffisantes pour profiter simultanément de tous les services proposés dans le cadre des offres triple play (voir le n° 1060 du Particulier, p. 80), soit l’utilisation conjointe d’internet, du téléphone et surtout de la télévision, particulièrement gourmande en bande passante. D’où l’intérêt de passer au très haut débit, accessible grâce au déploiement d’un nouveau réseau de fibre optique. Contrairement à l’ADSL, cette technologie permet de transporter des données sur de très longues distances quasiment sans atténuation du signal et quelle que soit la localisation du logement. L’usager obtient alors un débit descendant de 100 Mbit/s – vitesse à laquelle parviennent les informations – , permettant à une famille friande de nouvelles technologies de s’adonner à toutes les activités numériques simultanément. Madame peut ainsi regarder un film en haute définition sur la télévision pendant que Monsieur visionne une vidéo à la demande sur l’ordinateur familial, tandis que leurs enfants sont connectés à des jeux en réseaux. À l’avenir, le très haut débit permettra de nouveaux usages. Vous pourrez profiter de services liés à la vidéo, comme la télésurveillance des appartements ou des parties communes d’un immeuble, la vidéoconférence pour l’enseignement à distance ou le télétravail…

Quel est le débit réel obtenu avec la fibre optique ?

Avec le très haut débit, les opérateurs proposent une réception de 100 mégabits/seconde apportée par la fibre jusqu’à votre domicile grâce à la technologie dite FTTH (« Fiber to the home »; Fibre à domicile). Ce débit correspond à une mesure effectuée à la sortie de la prise de votre domicile reliée à la fibre. Mais la plupart des abonnés subissent ensuite une déperdition sur le terminal de leur installation. Par exemple, le débit d’un ordinateur branché en wi-fi risque de se réduire de 50 à 70 % si plusieurs cloisons séparent la prise d’arrivée de la fibre de la pièce où se trouve l’ordinateur. Pour obtenir le meilleur débit, privilégiez la solution du câble ethernet ou de l’installation de prises dites CPL (courant porteur en ligne, utilisant le réseau électrique), à faible déperdition. En général, l’installateur ne s’y trompe pas et relie l’installation la plus gourmande en débit, soit la télévision, à la prise fibre par un câble ethernet. Si vous souhaitez accéder à la télévision ou à la vidéo en ligne sur un autre poste, privilégiez un kit CPL. Notez que le risque de déperdition est plus élevé pour les abonnés à l’offre Numericable. Car l’opérateur développe une technologie propre, en tirant la fibre optique jusqu’à l’intérieur de l’immeuble (technologie dite « Fiber to the last amplifier », ou FTTLA, Fibre au dernier amplificateur), avant de se servir de son installation câblée existante pour apporter l’offre chez les usagers. La dernière partie de l’installation n’est donc pas de la fibre mais du cuivre. D’où le risque de déperdition en cas d’abonnements multiples dans un même immeuble, lorsque les abonnés partagent un même câble. Autre point à surveiller : si le FTTH autorise, en théorie, un débit équivalent en réception comme en émission – on parle alors de débit symétrique - certaines offres brident le débit en émission à 10 Mbit/s (voir tableau p. 84).

Quel est le calendrier d’installation de la fibre en France ?

Fin mars 2011, 1,135 million de logements – sur 31 millions – étaient éligibles au dispositif FTTH, la fibre étant parvenue jusqu’à leur domicile. Seuls 140 000 foyers ont souscrit à une telle offre, soit à peine 12 %. Il faut y ajouter les 380 000 abonnés à Numericable bénéficiant de la technologie FTTLA, plus simple à installer. Au total, quelque 500 000 foyers sont donc équipés en très haut débit, contre plus de 20 millions pour le haut débit. Et la fibre reste réservée aux grandes agglomérations. Orange, par exemple, équipe 29 des 50 plus grandes communes de France. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a défini, dès juin 2009, des zones denses à équiper en priorité, sans fixer une échéance précise. Elles comptent 148 communes dans 20 agglomérations (liste disponible sur leparticulier.fr, en complément de cet article). Et représentent 5,16 millions de foyers, dont la moitié hors agglomération parisienne. Les opérateurs souhaitent, pour leur part, développer la fibre dans 3 400 communes supplémentaires d’ici à 5 ans. Ils se sont engagés à couvrir 57 % de la population d’ici à 10 ans, mais rechignent à équiper les zones moins denses. À ce rythme, l’objectif de couverture fixé par le gouvernement, soit 100 % de la population en 2025, sera difficile à tenir. L’accélération du déploiement pourrait passer par des partenariats entre les collectivités locales et les opérateurs. À l’instar de la ville de Pau (Pyrénées-Atlantiques) qui a conclu, dès 2003, une délégation de service public. Aujourd’hui, la ville est en mesure d’offrir la fibre à trois foyers sur quatre.

Comment savoir si la fibre est arrivée dans ma commune ?

Lorsqu’un opérateur commence des travaux pour acheminer la fibre dans une commune, il le fait savoir par voie de publicité (affichage ou prospectus dans votre boîte aux lettres). Mais attention, lancement des travaux ne veut pas dire raccordement immédiat. Vous êtes peut-être encore loin de pouvoir faire raccorder votre domicile. SFR, par exemple, communique sur le fibrage d’une ville quand le seuil de 20 % de foyers équipés a été atteint. Après la mise en service des nœuds de raccordement optique (ou NRO, l’équivalent des anciens centraux téléphoniques), les opérateurs doivent encore les relier aux habitations en faisant passer la fibre sous les trottoirs ou par des réseaux préexistants, comme les égouts. Ce qui peut prendre plusieurs mois. « Quand nous ouvrons une ville à la fibre, notre objectif consiste à la couvrir à 90 % dans un délai de 3 ans », explique Alexandre Wauquiez, directeur marketing du réseau SFR. Une fois la rue équipée, le raccordement de votre immeuble est possible. Et lorsque l’immeuble est fibré, vous pouvez alors choisir l’opérateur et l’abonnement qui vous conviennent le mieux. À condition que l’opérateur accepte d’intervenir dans votre quartier, ce qui n’est pas toujours le cas.
Dans la pratique, pour vérifier l’éligibilité de votre domicile à la fibre, regardez sur le site internet des opérateurs Orange, SFR, Free et Numericable (voir l’adresse internet sur leparticulier.fr, en complément de cet article) ou sur des sites spécialisés comme Degrouptest (www.degrouptest.com). En règle générale, dès qu’un immeuble est raccordé, un affichage le signale dans les parties communes. À noter : le raccordement en zones denses ne concerne, pour l’instant, que les immeubles de plus de 12 logements. Les opérateurs étudient actuellement les conditions de raccordement des 2,5 millions d’immeubles de moins de 12 logements – parmi lesquels 750 000 maisons individuelles – situés dans ces zones denses.

Comment puis-je accéder à une offre de très haut débit ?

Lorsque votre rue est équipée, les opérateurs démarchent les copropriétés pour proposer l’installation de la fibre jusqu’au bâtiment. Si ce n’est pas le cas, le conseil syndical ou l’un des occupants de l’immeuble peut demander au syndic d’inscrire le fibrage de l’immeuble à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale par lettre recommandée avec avis de réception. Ensuite, l’assemblée générale se prononce à la majorité simple (article 24-2, loi du 10 juillet 1965) sur l’installation de la fibre dans les parties communes par un opérateur d’immeuble sélectionné. Après l’assemblée générale des copropriétaires, ce dernier doit signer une convention avec le syndicat de copropriétaires (voir encadré p. 86). L’installation de la fibre sans signature préalable de cette convention est illégale. L’Association des responsables de copropriété (ARC) a ainsi obtenu de certains opérateurs qu’ils démontent leur réseau fibré installé sans négociation préalable avec la copropriété.

Une fois la convention signée avec l’opérateur, dans quel délai mon immeuble sera-t-il fibré ?

La loi de modernisation de l’économie (n° 2008-776 du 4.8.08) précise que la convention conclue entre un opérateur et un propriétaire fixe la date des travaux d’installation, qui doivent s’achever au plus tard 6 mois à compter de sa signature (article 29-3). Mais la convention type (voir encadré ci-dessous) rédigée par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) ne fait porter cette obligation que sur l’installation interne de l’immeuble (du point de mutualisation jusqu’aux portes des logements, voir p. 83) et non sur le raccordement de l’immeuble (point de mutualisation) depuis le nœud de raccordement optique (NRO, voir p. 83). Certains opérateurs se sont engouffrés dans la brèche en installant le fibrage dans l’immeuble sans que celui-ci soit relié au réseau ! Résultat : les délais d’installation sont la première source de litiges entre les usagers et les opérateurs. L’Association des responsables de copropriété (ARC) se plaint particulièrement de Free. Motif : les délais d’installation constatés pouvaient dépasser 2 ans. « Free est à l’origine de 85 % des réclamations de nos adhérents concernant la fibre, essentiellement pour non-respect du délai de raccordement horizontal », évoque Alain Moussarie, conseiller pour l’ARC. Pour éviter toute mauvaise surprise, l’ARC recommande aux syndics d’exiger la mention d’un raccordement vertical et d’un raccordement horizontal simultanés dans leur convention.

Mon immeuble vient d’être fibré, mon domicile est-il pour autant raccordé ?

Non. L’Arcep impose un délai de 3 mois entre la fin de l’installation dans l’immeuble et la première proposition commerciale. Un laps de temps que l’opérateur doit mettre à profit pour signaler son installation à tous ses concurrents. Au terme de ces 3 mois, les opérateurs intéressés peuvent  démarcher directement les occupants pour leur proposer leur offre. De votre côté, rien ne vous empêche d’effectuer vous-même la démarche auprès de l’opérateur de votre choix. Vous pourrez alors prendre rendez-vous avec un technicien. Pour l’obtenir, comptez de 2 à 4 semaines. À la différence de l’ADSL, qui passe par le réseau téléphonique, la fibre nécessite une installation supplémentaire. Le technicien va tirer la fibre optique depuis le raccordement le plus proche (sur le palier généralement) pour la faire pénétrer dans votre logement en installant une prise spéciale. Il doit ensuite procéder au test de votre équipement pour mesurer le débit à la sortie. Son intervention peut durer jusqu’à 4 heures. Enfin, votre connexion sera activée dans les 24 heures.

Dois-je m’engager avec l’opérateur ayant fibré mon immeuble ?

Pas nécessairement. Choisi par la copropriété, l’opérateur d’immeuble doit permettre l’accès du réseau vertical à tout concurrent, selon le principe de la mutualisation. Celle-ci est définie par l’article 4 de la loi de modernisation de l’économie, dite LME (loi n° 2008-776 du 4.8.08). Pour respecter ce principe, les opérateurs peuvent installer un réseau à plusieurs fibres (bi-fibre ou multifibre à quatre têtes) passant par le même fourreau. Mais les réseaux mono-fibre permettent aussi la mutualisation. Dans ce dernier cas, le changement d’opérateur ne peut s’effectuer qu’après l’intervention d’un technicien de l’opérateur que vous quittez, qui viendra ouvrir le boîtier du point de mutualisation. Enfin, le choix de l’offre dépend de la stratégie commerciale des opérateurs. Actuellement, ils concentrent leurs efforts sur l’équipement de grands immeubles à fort potentiel – fin juin, la moitié des immeubles parisiens n’avait pas encore choisi leur opérateur – et peuvent refuser un déplacement pour une installation individuelle chez un client, parfois en prétextant des difficultés techniques. En outre, certaines installations antérieures à la loi LME ne permettent pas toujours le branchement de leurs concurrents, notamment quand les opérateurs n’ont posé qu’un seul boîtier au bas de l’immeuble. D’où les plaintes déposées entre les opérateurs Free et Orange. Selon l’Arcep, seules 21 % des installations amenant la fibre jusqu’au logement individuel (FTTH) sont aujourd’hui mutualisables. Assurez-vous que l’offre souhaitée est disponible dans votre immeuble avant de souscrire. Et en cas d’installation nouvelle, faites venir un opérateur concurrent pour vérifier que la mutualisation est bien réalisable. À noter qu’avec sa technologie particulière conduisant la fibre jusqu’au bâtiment (FTTLA), Numericable n’est pas concerné par l’obligation de mutualisation, qui ne s’applique qu’aux installations FTTH. Par conséquent, ses abonnés ne pourront pas souscrire une offre fibre proposée par les autres opérateurs. Un monopole de fait de Numericable dans l’immeuble.

Que faire dans un immeuble neuf ?

Si votre ville est équipée de la fibre, elle sera automatiquement installée dans tout immeuble neuf. La loi LME a instauré une obligation de précâblage en fibre optique pour les logements neufs. Celle-ci s’applique aux immeubles dont le permis de construire a été déposé après le 1er janvier 2010 pour les immeubles de plus de 25 logements et au 1er janvier 2011 pour les immeubles de moins de 26 logements (décret n° 2009-52 du 15.1.09).

En tant que locataire, puis-je faire installer la fibre à mon domicile ?

D’après le décret du 15 janvier 2009 (n° 2009-53), qui s’appuie sur la loi sur le droit à l’antenne du 2 juillet 1966 (n° 66-457), tout locataire a droit au câblage en fibre optique jusqu’à son domicile. À condition qu’un opérateur soit capable de déployer la fibre dans l’immeuble, le propriétaire ne pourra pas s’y opposer. Le locataire peut donc s’adresser à son propriétaire, y compris s’il s’agit d’un bailleur social, pour lui demander de porter cette question à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale.

Qui prend en charge l’installation de la fibre ?

Le déploiement du réseau vertical (voir p. 83) de la fibre dans une copropriété est entièrement à la charge de l’opérateur choisi par l’assemblée générale. Celui-ci supporte les frais d’installation, mais aussi l’équipement et la maintenance du réseau. Ensuite, si vous souhaitez bénéficier d’une offre fibre pour votre installation, le raccordement jusqu’à votre domicile est à la charge de l’opérateur que vous avez choisi. Hors de la zone dense définie par l’Arcep, les collectivités locales peuvent équiper le réseau à leurs frais et le louer ensuite à des opérateurs. Dans ce cas, les particuliers peuvent être mis à contribution. Exemple : pour disposer de la fibre, les habitants de Chevry-Cossigny (77) ont versé 59 € par logement. Quant au coût de l’abonnement, il est généralement plus élevé qu’un abonnement ADSL. Comptez entre 34,90 € par mois chez SFR, jusqu’à 94,90 € par mois chez Numericable, pour un abonnement intégrant tous les packs télé.

Pascal Frasnetti


Mots-clés :

ADSL , FIBRE OPTIQUE , FOURNISSEUR D'ACCES A INTERNET , IMMEUBLE , INTERNET , OPERATEUR




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier