Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Décryptage : le bonheur électrique...

Décryptage : le bonheur électrique...

Décryptage : le bonheur électrique...
Septembre 2011
Le Particulier Pratique n° 371, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

“Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?” On pourrait presque le croire tant la relation que nous entretenons avec nos appareils domestiques est forte…

Les rapports que nous entretenons avec nos machines sont en résonance avec la société. Les fabricants d’électroménager se font fort d’en détecter les tendances… Ainsi, une étude commanditée par Miele nous apprend que, lorsqu’un jeune quitte le nid familial, il acquiert sa véritable indépendance le jour où il achète un lave-linge, cet achat marquant le passage à l’âge adulte. À l’autre extrémité de la chaîne, les seniors avouent privilégier la marque Miele, réputée pour la longévité de ses appareils, quand ils renouvellent leur électroménager ; comme s’ils voulaient voir qui, d’eux ou de la machine, va durer le plus longtemps. Poussant plus loin le sujet, la journaliste Anne Eveillard en a fait l’objet d’un livre, qui paraît début septembre : Ces machines qui parlent de nous (éditions Les Quatre Chemins). L’enquête est étayée par des entretiens avec le psychiatre Serge Tisseron, le fabricant James Dyson, de nombreux designers et sociologues.

Au-delà de l’utilitaire, du beau, voire de l’ostentatoire

Autrefois réduit à des fonctions utilitaires, l’électroménager doit être aujourd’hui porteur d’une part de rêve et de fantaisie. Sa valeur n’est plus mesurée uniquement à son emploi mais à l’esthétisation qu’il apporte à la vie quotidienne. Ainsi, tout ce qui est lié à la cuisine sort du placard pour être mis en scène. Les robots culinaires très chers ayant vocation à être admirés sont exposés sur le plan de travail. La maison se transforme en galerie d’art dont le propriétaire est aussi le mécène. Ces produits sont dévoyés et apparaissent comme des signes extérieurs de richesse. L’achat du gros électroménager est régulièrement comparé à celui d’une belle voiture.

Consommer rassemble et rassure

Des affinités électives se créent autour d’un goût partagé pour des objets. La machine Nespresso – à travers son univers, ses boutiques, ses membres et son ambassadeur, George Clooney – donne l’illusion à son détenteur de faire partie d’un club sélect. Nous rejouons par le truchement des objets les rassemblements des tribus primitives autour d’un totem, avancent les sociologues. Cette fonction conforte le sentiment d’appartenance à un groupe. Les objets qui ont obtenu de gros succès commerciaux sont mis au rang d’icônes. Porteurs de promesses de santé et de bien-être, ces équipements ont aussi le pouvoir de rassurer. La multiplication des crises sanitaires et le lancement des campagnes contre l’obésité il y a 10 ans ont donné une nouvelle impulsion aux fabricants de petit électroménager. Les industriels ont commandé des études à des nutritionnistes pour se caler sur la logique de santé publique. Depuis 5 ans, ces appareils connaissent un véritable boom avec le retour en force du “faire soi-même”. La maison devient un cocon intégrant une dimension matricielle.

Isabelle Coune


Mots-clés :

APPAREIL DOMESTIQUE , APPAREIL ELECTROMENAGER , EQUIPEMENT DOMESTIQUE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier