Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Rubrique essai : l’iPad d’Apple, à quoi sert l’iPad?

Rubrique essai : l’iPad d’Apple, à quoi sert l’iPad?

Rubrique essai : l’iPad d’Apple, à quoi sert l’iPad?
Juillet-Août 2010
Le Particulier Pratique n° 359, article complet.
Auteur : HENRI (Benoit)

Nous avons utilisé l’iPad durant plusieurs jours afin de tester l’ensemble de ses fonctions, dans toutes les circonstances possibles : en famille, au bureau, dans le train, en voiture, à l’extérieur…

Écran : 9,70 pouces à technologie led. Résolution : 1 024 x 768 pixels. Stockage : 64 Go SSD.
Wi-fi : 802.11n. 3G : non. Haut-parleur : intégré. Microphone : intégré. Prise casque.
Prix du modèle testé : 699 €.
Apple : 0800.046.046, apple.com/fr/.

L’iPhone est un téléphone multifonction ; l’iPod, un baladeur multifonction… et l’iPad ? Il est très difficile de déterminer la fonction première de la fameuse tablette d’Apple, même si l’on imagine bien son potentiel multifonction. C’est, en quelque sorte, comme si l’on vous proposait un couteau suisse sans lame… Il faut passer du temps avec l’iPad entre les mains pour se rendre compte qu’il sert finalement à tout, sans que l’on puisse, pour autant, dégager un emploi particulier. Chacun l’utilisera à son gré, que ce soit en usage sédentaire ou nomade : accéder à un stock de livres numériques ou de films, surfer sur Internet, relever son courrier, jouer à des jeux vidéo, etc.
Extérieurement, l’iPad ressemble à un gros iPhone doté d’une diagonale d’écran de 9,70 pouces (environ 25 cm), une surface d’affichage quasi identique à celle de la majorité des netbooks disponibles sur le marché. Une fois de plus, Apple a soigné le design de son produit : lignes épurées, coque en aluminium, couleurs sobres, le constructeur sait s’y prendre pour séduire les futurs acheteurs. C’est lorsqu’on se penche sur l’équipement de la tablette que le bât blesse : point de port USB, de webcam ni de lecteur de cartes mémoire, et une évolutivité matérielle presque impossible. Cet argument est, d’ailleurs, devenu le cheval de bataille de ses détracteurs. D’un côté, ils ont raison puisque, pour le même prix, on peut s’acheter un véritable ordinateur portable, plus puissant et bien mieux équipé. De l’autre, la tablette offre une facilité de transport et des fonctionnalités qu’aucun autre appareil n’est aujourd’hui en mesure d’apporter.
L’iPad est proposé sous trois capacités de stockage, de 16, 32 et 64 Go, et avec un contrôleur wi-fi seul ou accompagné d’un module 3G. Pour cette dernière ­version (wi-fi + 3G), il faut, en plus du prix d’achat, prendre un abonnement chez un opérateur de téléphonie pour profiter de l’Internet mobile à haut débit. La grande nouveauté tient au fait que vous n’êtes plus obligé de vous engager sur un forfait de 1 ou 2 ans. Vous achetez les données au poids : Orange facture 10 € les 200 Mo pour un mois (environ 13 h de navigation hors streaming) ou 39 € les 2 Go pour un mois (environ 130 h de navigation hors streaming).
Le ticket d’entrée – wi-fi et disque dur de 16 Go – revient à 499 €, tandis que le modèle haut de gamme – 64 Go, wi-fi et 3G – coûte 799 €. L’appareil que nous avons testé est doté d’une capacité de stockage de 64 Go et d’un simple contrôleur wi-fi. Il est vendu 699 €.

Photos, films, jeux vidéo… un affichage de qualité

La qualité de l’écran rend la lecture des films, des photos ou des jeux vidéo très agréable. Le maniement des photos y est un vrai plaisir et l’appareil fait cadre photo numérique. Comme pour les autres appareils d’Apple, tout passe par la plate-forme de téléchargement iTunes. Pour ceux qui possèdent un iPhone ou un iPod, l’environnement est déjà familier. Que les nouveaux utilisateurs se rassurent, ils pourront facilement rapatrier sur l’iPad leurs photos, leurs films et leurs morceaux de musique (ou en acheter sur la boutique en ligne). Pour une fois, l’autonomie est à la hauteur des prétentions multimédias de la tablette. Nous avons pu vérifier que le visionnage d’un film de 1 h 30 ne consomme que 20 % de la charge maximale.

En fonction bureautique, prévoir un support, sinon il tangue

Contrairement à un ultraportable ou à un netbook, l’iPad ne possède pas de clavier physique (il est possible d’en brancher un en option). Pour saisir un texte ou faire des recherches sur Internet, vous pianotez à même l’écran tactile, sur des touches virtuelles. L’exercice demande un peu de pratique avant de se sentir à l’aise. L’iPad n’est pas prévu pour écrire un roman-fleuve, mais il suffit pour rédiger de textes courts, des courriers électroniques par exemple.
Il est conseillé de l’utiliser à l’horizontale pour obtenir une surface de frappe plus large, l’accéléromètre intégré permettant de basculer l’écran d’une position à l’autre. Reste que ce n’est pas la saisie sur l’écran qui pose le plus de problèmes, mais la forme même de la tablette. Son dos légèrement arrondi fait qu’elle tangue chaque fois que l’on pose le doigt dessus, ce qui est irritant lors de la saisie. Pour éviter ce désagrément, il faut absolument acheter une housse ou un support.

Un compagnon du quotidien qui risque de vous faire délaisser votre smartphone

Certains diront qu’il est trop encombrant (environ 24 x 19 x 1,30 cm) pour être emporté partout ; d’autres, qu’il est trop lourd (700 g). C’est l’impression que l’on a au début, mais on s’y habitue rapidement. Finalement, il ne prend pas beaucoup plus de place qu’un gros agenda papier. Même s’il présente de nombreuses fonctions déjà disponibles sur les smart­phones, on doit reconnaître que son large écran est bien plus confortable pour lire des e-mails et y répondre ou pour faire des recherches sur Internet. Après quelques jours, votre téléphone multifonction ne vous servira plus qu’à passer des appels.

La presse (presque) partout à portée de doigt

Ceux qui lisent régulièrement la presse en ligne vont apprécier le confort de cet écran nomade.
Ils téléchargeront leur journal favori le matin (à un prix inférieur à celui du papier et avec un contenu enrichi) et en disposeront où bon leur semblera. Bien sûr, partout où ils ont un accès wi-fi ou 3G, ils peuvent consulter les sites classiques des journaux.

Comme lecteur de livres électroniques, le caler sinon il pèse sur les bras

Il faut être honnête, la prise en main est bien moins évidente que pour un livre. On ne sait pas trop comment faire : le mettre à plat sur une table, le poser sur les genoux, s’offrir un socle de lecture ? En effet, tenir l’iPad à bout de bras est un véritable exploit sportif si vous voulez lire plus de quelques minutes. En revanche, l’interface de lecture est vraiment très agréable. Vous avez plusieurs outils à votre disposition : le changement de police, le grossissement des caractères, la recherche d’un mot dans les pages et la fonction marque-page. Selon la lumière ambiante, vous pouvez régler la luminosité de l’écran pour une meilleure lisibilité. Il est, cependant, difficile de lire à l’extérieur, les rayons du soleil se reflétant sur l’écran.

Benoit Henri


Mots-clés :

INTERNET , ORDINATEUR PORTABLE , TABLETTE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier