Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Moulures, rainures et corniches : donner du relief à une façade

Moulures, rainures et corniches : donner du relief à une façade

Juillet-Août 2010
Le Particulier Pratique n° 359, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

À l’origine, les modénatures étaient des éléments architecturaux destinés à protéger les façades du ruissellement et de l’érosion : débord de toiture, corniche, bandeau, pièce d’appui, jambage, encadrement d’ouverture…

Ainsi, la fonction majeure des chaînes d’angle était de consolider la jonction des murs en angle. Selon les régions, les modénatures pouvaient être mises en œuvre en surépaisseur ou dans le même plan que la façade, formant parfois un dessin qui reproduit l’appareillage. Leur teinte était souvent différente de celle du mortier de façade. D’autres ouvrages étaient constitués de pierres de parement ou d’une surépaisseur d’enduit, comme les soubassements servant à protéger les pieds de façade des chocs et des rejaillissements d’eau.
Aujourd’hui, le terme “modénature” désigne tous les moyens utilisés pour animer une façade : éléments rapportés, motifs nés de la juxtaposition de divers aspects de surface, de vides et de pleins… Par exemple, quand on isole un petit pavillon par l’extérieur, fixer des modénatures rapportées sur la façade permet de la personnaliser en lui donnant du relief et d’échapper ainsi à une finition banale. En Allemagne, ce type d’ornement est très présent. En France, on y vient de plus en plus.
En rénovation, lors de la modification d’un bâtiment ou de l’agrandissement d’une maison individuelle, la pose de modénatures en façade apporte une plus-value manifeste au bien, pour une réalisation très peu gourmande en temps.
Une autre possibilité consiste à profiter d’un ravalement pour composer des motifs dans l’épaisseur de l’enduit. Il existe plusieurs techniques, plus ou moins com­plexes, à mettre en œuvre. Le résultat dépend de la patte du façadier et du type de traitement choisi. Pour une même teinte d’enduit, on peut obtenir, au minimum, cinq couleurs différentes selon la finition retenue. De nouveaux produits permettent de créer des aplats de façade favorisant les jeux d’ombre, de finitions et de couleurs, en s’appuyant sur des techniques de calepinage et de joints, sur des surépaisseurs (bandeaux, chaînes d’angle, encadrements), sur des listels de couleur, sans parler des matériaux à effets maintenant courants sur les immeubles.


Mots-clés :

ENDUIT , FACADE , TRAVAUX




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier