Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Retraite > Retraite de base > Quatre bons placements pour compléter sa retraite

Quatre bons placements pour compléter sa retraite

Quatre bons placements pour compléter sa retraite
Juillet-Août 2010
Le Particulier n° 1051, article complet.
Auteur : LEROUX (Eric)

Entre la baisse des taux d’intérêt et l’augmentation des prélèvements fiscaux, les revenus de placement sont en berne. Mais il existe encore plusieurs façons de les optimiser afin de s’assurer un complément de revenus à la retraite.

Compléter sa retraite grâce aux revenus de placements financiers n’est jamais aisé. Mais dans l’environnement économique actuel, c’est particulièrement difficile. Les emprunts d’État, qui ont longtemps représenté l’offre la plus sûre pour obtenir des revenus réguliers, sont regardés avec suspicion, après les dérapages budgétaires de la Grèce et la prise de conscience de l’endettement gigantesque de nombreux pays. Les investisseurs se rabattent alors sur les emprunts d’État les mieux notés et donc les moins rentables : les taux pour les emprunts à 10 ans de l’État français ont atteint leur plus bas niveau, en mai dernier, à 2,86 %. Sachant qu’il faut déduire de ce rendement les impôts et prélèvements sociaux, soit un taux global de 30,1 %, à l’arrivée, le rendement net ne dépasse pas 2 %, à peine plus que l’inflation. Si l’on ajoute la difficulté d’achat de ces obligations, qui nécessitent des connaissances financières ou l’aide d’un conseiller, la liste des désagréments s’allonge. D’autant que la valeur de ces titres est aussi sujette à de fortes variations : lorsque les taux d’intérêt des nouvelles obligations montent, la valeur en Bourse des anciennes baisse jusqu’à ce qu’elles servent la même rémunération que les obligations récentes.

Les produits plus rémunérateurs sont plus risqués

Les obligations des entreprises privées ne sont guère plus séduisantes. Après la tension du prix de l’argent l’an dernier, la situation s’est normalisée et les taux de ces emprunts se sont assagis. Ils restent plus élevés que ceux des emprunts d’État, mais en contrepartie d’un risque plus grand. En outre, ces titres sont quasiment inaccessibles en direct. Un particulier doit passer par des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). Enfin, les rendements des placements monétaires, tels les livrets bancaires, sont conditionnés par les taux des emprunts interbancaires. Autant dire que dans la conjoncture actuelle ils sont très faibles. Dans ces conditions, les opportunités pour se procurer des revenus confortables sont limitées. Mais elles ne sont pas totalement absentes : l’assurance vie, compte tenu de son cadre fiscal, de la solidité des fonds en euros et de la possible diversification de son épargne, certaines Sicav d’obligations et les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) recèlent de sérieux atouts. Vous pouvez ainsi bénéficier de rendements qui oscillent entre 3 et 7 % par an ! Mais il faudra optimiser la fiscalité en adoptant les enveloppes et les stratégies appropriées.


Mots-clés :

ASSURANCE VIE , OPCVM , PEA , PEP , PERP , PLACEMENT FINANCIER , PLAN D'EPARGNE EN ACTIONS




Outils pratiques :
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier