Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Maison individuelle > Opter pour le bon mode de pose... selon la nature du support

Opter pour le bon mode de pose... selon la nature du support

Mai 2010
Le Particulier Pratique n° 357, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

- La pose clouée et ses grincements - La pose collée est sans résonance - La pose flottante et ses bruits de pas - Le type de pose dépend du support

Il existe plusieurs possibilités de pose. Tout dépend du support sur lequel le parquet sera installé, avec des qualités de confort différentes.

La pose clouée et ses grincements

Réservée au parquet massif, la pose clouée sur lambourdes, la plus traditionnelle, donne son charme au parquet, avec ses grincements caractéristiques. Les lames sont clouées en biais dans la languette. Elles doivent avoir une épaisseur minimale de 19 mm. Pour un meilleur confort acoustique, il est conseillé de remplir l’espace entre les lambourdes avec un isolant de type laine de verre, de roche ou fibres de bois. En restauration, dans les vieux immeubles, cette pose est assez coûteuse, car il faut déposer l’ancien parquet, enlever les débris qui se trouvent ­entre les lambourdes (autrefois, elles étaient comblées avec toutes sortes de matériaux). Les lambourdes anciennes ayant tendance à fléchir, une remise à niveau s’impose parfois avant de poser l’isolant, puis le nouveau parquet.

La pose collée est sans résonance

C’est la plus répandue, presque tous les parquets pouvant être collés. Elle offre une bonne isolation phonique et élimine tout effet de résonance. Le parquet collé reste bien plan, ce qui facilite le ponçage.

La pose flottante et ses bruits de pas

Cette solution est économique et adaptée à un logement habité. La mise en œuvre est rapide et se fait sur une sous-couche. Le parquet est désolidarisé du sol ; seules, les lames sont collées entre elles. Si vous souhaitez conserver longtemps votre parquet, optez pour des produits trois plis. Les systèmes de clic ne nécessitent pas de colle, les lames s’emboîtant les unes dans les autres. Cette pose présente l’inconvénient de renvoyer les bruits de pas. La plupart des parquets flottants ne pourront subir qu’un nombre limité de ponçages et doivent être réservés aux pièces où il y a peu de passage (chambres).

Le type de pose dépend du support

Sur une chape en béton ou sur un revêtement dur (carrelage, pierre, marbre), les poses collées et flottantes sont possibles. Dans le cas d’une pose collée, le revêtement dur devra, au préalable, avoir été abrasé pour que la colle accroche bien. La pose flottante convient à un revêtement souple : PVC, linoléum, moquette – si elle est rase, elle permet de faire l’économie de la sous-couche ; si elle est épaisse, elle doit être déposée. En revanche, quand le parquet doit être collé, il faut déposer ces revêtements. Sur un ancien parquet, la pose flottante est plus commode que la pose clouée, car alors la surépaisseur peut gêner l’ouverture des portes. Si vous avez un vieux parquet sur lambourdes et que vous souhaitiez le remplacer par un parquet contrecollé, une solution consiste à déposer l’ancien parquet et à fixer des panneaux d’aggloméré sur les lambourdes pour recréer un sol à niveau. Le nouveau parquet est ensuite collé sur ce support.

Isabelle Coune


Mots-clés :

BRICOLAGE , PARQUET , REVETEMENT DE SOL




Outils pratiques :
Formalités et démarches
Papiers à conserver

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier