Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > La téléphonie mobile 3G : Internet sur son téléphone, éviter les pièges

La téléphonie mobile 3G : Internet sur son téléphone, éviter les pièges

Avril 2010
Le Particulier Pratique n° 356, article complet.
Auteur : HENRI (Benoit)

Une option encore chère L’abonnement 3G fait grimper le prix du forfait mensuel de 15 € environ à temps de communication égal. à vous de voir si le jeu en vaut la chandelle, sachant que, pour en bénéficier sur un iPhone, il faut compter encore un supplément de 11 €, en moyenne.

Une ergonomie pas toujours évidente Mobilité du téléphone oblige, écrans et claviers restent minuscules, même sur les smartphones, les mieux conçus pour cet usage. Mais les sites Internet développent des versions optimisées pour s’adapter au format du mobile.

L’Internet mobile à haut débit (la 3G et la 3G+) est à l’honneur chez tous les opérateurs de téléphonie. Les téléphones portables sont sans cesse plus intelligents et, surtout, plus communicants. Ils ne se limitent plus à leur fonction première qu’était le simple appel. Un smartphone permet, aujourd’hui, d’écouter de la musique, d’organiser son agenda, de prendre des photos, de faire des vidéos… Il sert aussi à surfer sur Internet en nomade, où que l’on se trouve. Pour profiter des nombreux services liés à l’Internet mobile (mails, navigation, téléchargement, géolocalisation, etc.), vous devez souscrire un forfait spécial (3G ou 3G+), qui permet d’envoyer et de recevoir des données informatiques*.
Bien sûr, ce n’est pas nouveau. Le consommateur a déjà vu passer successivement les fonctions GPRS et Edge, sans qu’il soit très attrayant de les utiliser, les connexions restant plutôt laborieuses. La donne a changé. Le débit 3G vise les 2 Mbits/s, contre 171 kbits/s pour le GPRS et 473,60 kbits/s pour Edge ; le débit 3G+ peut monter jusqu’à 28 Mbits/s. C’est dire le pas franchi, rendant le surf sur Internet presque aussi rapide qu’en ADSL. Quels sont les pièges à éviter dans cette nouvelle pratique de consommation ?

Peut-on vraiment surfer à volonté ?

L’accès Internet illimité… n’est pas illimité, même si les opérateurs ne se gênent pas pour le présenter comme tel. Le terme “illimité” est, la plupart du temps, accompagné d’un astérisque qui renvoie à des conditions d’utilisation bien précises. Tous les forfaits 3G et 3G+ vendus aujourd’hui par les opérateurs sont donc limités, non pas dans le temps d’utilisation, mais dans le nombre de données mensuel. Le navigateur Internet (Internet Explorer Mobile, Opera Mobile, Safari Mobile, Androïd…) d’un téléphone portable ou d’un smartphone doit télécharger un grand nombre de données – exprimées en mégaoctets et en gigaoctets – pour afficher du texte, des photos ou des vidéos. Plus le débit est important, plus ces données sont téléchargées rapidement et plus la page du site s’affiche vite. Dépassé un certain poids cumulé mensuel, entre 500 Mo et 2 Go selon les forfaits, l’opérateur s’octroie le droit de restreindre le débit de la connexion. Le “tuyau” étant alors plus étroit, le nombre de données à la seconde y circulant est moindre. Cela influe directement sur la rapidité de téléchargement, et donc sur la vitesse d’affichage de la page Web. Par exemple, partons d’une moyenne théorique de 25 Mo de données téléchargées pour 1 h passée sur le Net. Un forfait incluant un plafond de 1 Go par mois offre près de 40 h de connexion à débit correct. Mais si l’on regarde des vidéos en streaming, sur Youtube, Dailymotion…, que l’on échange des photos ou que l’on télécharge de la musique – des opérations lourdes en données –, le seuil sera plus vite atteint. L’opérateur risque alors de réduire le débit jusqu’à la date de la prochaine facture. Le poids cumulé mensuel auquel vous avez droit est toujours indiqué dans votre contrat, mais il ne saute généralement pas aux yeux. Il est donc préférable de poser la question au vendeur avant de s’engager.

Peut-on brancher le téléphone sur un ordinateur portable ?

Utiliser son téléphone 3G comme modem et surfer confortablement sur un vrai écran d’ordinateur serait tentant. Seulement, cet usage est contractuellement interdit ; une clause le stipule dans tous les forfaits de SFR, d’Orange et de Bouygues Télécom. Malgré cela, une foule de petits malins inonde les forums de tutoriels pour expliquer comment détourner cette interdiction.
Conscients de cette demande, les opérateurs réfléchissent à des offres allant dans ce sens. Ainsi, Orange propose un forfait supplémentaire d’une trentaine d’euros par mois permettant de se servir de l’iPhone comme d’un modem et de surfer en illimité. Restent les classiques clés USB 3G prévues pour fonctionner avec n’importe quel ordinateur portable (voir Le Particulier n° 1048 et LPP n° 341), mais cette forme de consommation revient encore cher (compteur à la carte ou forfaits) et fait double emploi avec l’abonnement téléphonique.

Écrire sur ces minuscules claviers ?

Même si les smartphones disposent tous d’un vrai clavier azerty, séparé ou non de celui réservé aux numéros et aux SMS – ce qui n’est pas le cas de tous les téléphones classiques –, les touches (qu’elles soient mécaniques ou tactiles) sont souvent très petites et trop rapprochées les unes des autres. Vous arriverez sans problème à taper les mots clés ou les adresses nécessaires à vos recherches sur Internet, mais ne comptez pas utiliser l’appareil pour envoyer de longs mails.

Est-ce que l’on capte la 3G partout ?

Eh bien, non ! La population française n’est pas entièrement couverte par les trois grands opérateurs de téléphonie mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom. Notez, à ce propos, que l’on parle de couverture de la population et non du territoire. De fait, les zones peu peuplées et celles au relief difficile ne sont pas toujours couvertes. Dans ce cas, le réseau Edge prend automatiquement le relais de la 3G, avec, cependant, un débit bien moindre. Fin 2009, la couverture 3G d’Orange, de SFR et de Bouygues Télécom était, respectivement, de 87 %, 81 % et 75 % de la population française. Cependant, des évolutions sont attendues dans les années à venir. Ainsi, Orange* devrait étendre sa surface de réception à 91 % de la population française avant la fin 2010, puis à 98 % en 2011. Celle de SFR* atteindra 84 % en juin 2010, 88 % à la fin de cette année, 98 % en 2011 et 99,30 % en 2013. Un quatrième acteur vient d’obtenir une licence sur ce marché de la téléphonie mobile : Free (voir LPP n° 354). Le petit nouveau s’est engagé à un déploiement sur 27 % de la population française en 2012, 75 % en 2015 et 90 % en 2018.

Et à l’étranger ?

Pouvoir surfer à l’étranger est parfois très intéressant quand on est loin de son bureau, de son ordinateur portable ou d’un webcafé. Mais cela coûte vraiment très cher, en moyenne une grosse dizaine d’euros le mégaoctet. Nous évoquions précédemment une moyenne théorique de 25 Mo de données téléchargées pour 1 h passée sur Internet… Vous avez ainsi une petite idée du budget à prévoir. Pour éviter toute mauvaise surprise, il est possible de désactiver la fonction “gestion des données à l’étranger”, ce qui vous permettra de ne pas recevoir de mails – facturés à prix d’or – si vous ne le voulez pas. Autre solution, acheter, au préalable, à votre opérateur du temps ou une certaine quantité de données à prix forfaitaire pour votre voyage (20 € les 20 Mo pour Orange).

Combien de temps tient la batterie en 3G ?

Tout possesseur d’un téléphone 3G a pu constater que la batterie se décharge rapidement, même sans utiliser Internet. Pour garder une meilleure autonomie, certains basculent sur un autre réseau dès qu’ils ne se servent pas de la 3G. Mais c’est contradictoire avec le fait d’avoir un téléphone ouvert sur le Web. Le mieux est donc de rester sur le réseau 3G et de se résoudre à recharger la batterie tous les 2 jours… en pensant à désactiver le wi-fi et le Bluetooth, très énergivores.

* Voir notre comparatif des offres sur votre espace abonnés, outils pratiques, bonus du n° 356 du Particulier pratique.

Benoit Henri


Mots-clés :

ABONNEMENT , INTERNET , TELEPHONE MOBILE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier