Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Valoriser un poster : des supports pour sortir du cadre

Valoriser un poster : des supports pour sortir du cadre

Avril 2010
Le Particulier Pratique n° 356, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Mettre un poster en valeur en s’affranchissant du sous-verre et du cadre, c’est possible grâce aux nouvelles techniques de traitement de l’image.

Il existe différents procédés, plus ou moins coûteux, à choisir en fonction du type de document, de son état d’origine et de ce que l’on souhaite en faire. La principale technique, le laminage, va transformer la reproduction en un tableau très sobre, à poser sur un meuble ou à accrocher. Apparu, il y a une vingtaine d’années, au Canada, où il concurrence sérieusement les encadrements classiques, il reste, chez nous, encore confidentiel. Il est surtout utilisé dans l’univers de la décoration et comme supports publicitaires dans les lieux de vente.

Le laminage donne du peps à vos affiches

Ce procédé consiste à thermopresser un document sur un support rigide (généralement un médium de 6 à 10 mm d’épaisseur) et à le recouvrir d’un film plastique invisible, mat, satiné ou brillant. Sur le panneau de médium, découpé aux dimensions de l’affiche, sont déposés une feuille de colle, puis l’affiche et, enfin, un film de protection. L’ensemble est passé dans une presse spéciale et soudé sous l’effet de la pression et de la chaleur. Une machine de finition chanfreine les bords et y appose un ruban de couleur. Ainsi protégé, le document résiste beaucoup mieux aux UV et à l’humidité – il peut être posé sans crainte dans une salle de bains. Il s’entretient très facilement : un coup d’éponge suffit pour le nettoyer.
Cette technique a l’avantage de donner de la profondeur aux couleurs et d’éviter les reflets. Certaines enseignes proposent de passer une couche de vernis supplémentaire pour obtenir un effet laqué. Tous types de documents peuvent être laminés : posters, affiches, photos, dessins, lithographies… Toutefois, il faut savoir que plus le format de la reproduction est important, plus il y a de risques de formation de plis au moment de l’application du film, qui reste une opération délicate. En outre, le traitement est irréversible. Il ne convient donc pas à des œuvres d’art originales.

Avec l’encapsulage, vous n’obtenez qu’un rendu très basique

Il s’agit d’insérer un document entre deux feuillets en plastique souple (entre deux feuillets de 75 microns), semi-rigide (entre deux feuillets de 125 microns) ou rigide (entre deux feuillets de 250 microns). Le rendu est, au choix, mat ou brillant. Une petite bordure de découpe permet de souder le film tout autour du chanfrein. Ainsi traitée, l’affiche est difficilement manipulable : elle ne peut pas être roulée. Le mieux est de la faire coller sur un panneau rigide, du plastique en général, mousse ou PVC. Le résultat est moins flatteur qu’en laminage. Cette technique est à réserver aux documents qui n’ont pas de valeur.

Pour une œuvre d’art, préférez le marouflage

Les documents originaux, surtout s’ils sont anciens ou détériorés, nécessitent un véritable travail de chirurgien, réalisé à la main. Ce que s’applique à faire Robin Tourenne dans son atelier parisien. Il se définit comme un spécialiste de la “mise en valeur d’œuvres d’art en feuilles”, c’est-à-dire affiches, peintures, plans, dessins. Les réponses proposées sont, chaque fois, différentes, en fonction de la demande du client et de la destination du document, selon qu’il sera exposé dans une salle ou archivé.
“Pour assurer la pérennité d’une œuvre originale en acrylique ou à l’huile, il n’est pas nécessaire de la protéger derrière un verre. Le papier qui a été marouflé sur une toile ne se déchire plus”, explique ce professionnel. Le marouflage consiste à transférer l’œuvre sur une toile de coton, puis à la tendre sur un châssis pour lui redonner de la rigidité. L’estompage des défauts (application de touches de couleur aux endroits abîmés, aux pliures par exemple) donne une belle lisibilité au poster lorsqu’il est regardé de loin. Si l’affiche a jauni, elle passe sur une table de lavage où elle peut être restaurée grâce à un traitement chimique. Les traces d’adhésifs semblent être la seule chose qui fasse peur à Robin Tourenne – les colles utilisées pour réparer les affiches sont, elles, réversibles.

Un débouché déco pour vos photos

De plus en plus d’enseignes de tirages photo proposent de réaliser des posters laminés avec vos propres clichés. Ces derniers, tirés au format poster, sont contrecollés sur une plaque de PVC (appelé Forex) de 3 mm ou sur un support en plexiglas ou en aluminium. Un film de protection transparent est collé par-dessus pour donner un aspect brillant. Il est également possible de faire développer vos photos sur toile. Vous pouvez envoyer votre fichier directement par Internet et vous faire livrer ensuite le produit ou le récupérer en boutique.
Prestations, formats et prix varient d’un site à l’autre. Voici quelques exemples relevés lors de notre enquête. Sur alpes-images.com, faire laminer sur bois une photo en 60 x 80 cm revient à 98 €, alors qu’une impression sur toile, aux mêmes dimensions, coûte 129 €. Photocité.fr facture l’entoilage, toujours en 60 x 80, à 99 €, mais ne fait pas de laminage dans ce format. Enfin, sur photoservice.com, vous devrez vous contenter de l’entoilage de vos clichés ; en 60 x 90 cm, comptez environ 65 €.

Isabelle Coune


Mots-clés :

MATERIEL AUDIOVISUEL , PHOTOGRAPHIE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier