Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Test comparatif : 8 postes webradio, une station d'écoute pour la musique du Web

Test comparatif : 8 postes webradio, une station d'écoute pour la musique du Web

Test comparatif : 8 postes webradio, une station d'écoute pour la musique du Web
Mars 2010
Le Particulier Pratique n° 355, article complet.
Auteur : STEMMELIN (Pierre)

Test d’ergonomie des commandes et de rapidité d’exécution : configuration de la connexion réseau ; recherche de stations de radio ; lecture de fichiers audio depuis un ordinateur distant.Évaluation de stabilité de la liaison wi-fi.Essai d’écoute sur différents types de programmes (voix, musiques modernes, classique et jazz) pour juger des performances sonores et de la puissance acoustique.

Les ventes de disques ne cessent de chuter depuis près d’une décennie, tandis que le marché de la musique en ligne est en plein essor. Services de téléchargement, sites d’écoute en streaming et webradios se multiplient, ces dernières proposant, de plus en plus d’offres légales, payantes ou gratuites. Pour en profiter, nul besoin de rester coincé devant son ordinateur. Différents matériels vous permettent maintenant d’écouter votre radio ou vos morceaux de musique préférés de n’importe quel lieu de votre habitation, même ordinateur éteint.
La segmentation de ce marché est encore un peu floue, et les appareils disponibles dans le commerce ont des spécifications assez disparates. Néanmoins, une famille de produits émerge : les postes webradio. Souvent compacts et facilement transportables, ils possèdent tous une liaison réseau sans fil de type wi-fi. Ils sont parfois capables de recevoir également la radio FM par ondes hertziennes et de lire des fichiers audio stockés sur un ordinateur ou un disque dur en réseau, même distants.
Pour utiliser ces postes webradio, il est préférable de disposer du wi-fi, mais ce n’est pas obligatoire. Beaucoup de modèles ont aussi un port Ethernet pour communiquer par réseau filaire. En revanche, il est impératif d’être connecté à Internet. Une connexion bas débit suffit théoriquement, mais, afin d’accéder à un large choix de stations sur le Web et de ne pas risquer la coupure de son, une connexion haut débit de type ADSL est recommandée. Toutefois, il n’est pas nécessaire que la vitesse soit très importante, le flux audio étant bien moins gourmand en bande passante que celui de la vidéo. Si vous habitez loin du répartiteur, dans une zone non éligible au dégroupage total et à la télévision par ADSL, vous pourrez quand même recevoir les webradios.
En dehors des petits postes webradio, beaucoup d’appareils audio sont, maintenant, en mesure de capter les radios du Net ou de lire les fichiers de musique stockés sur un ordinateur distant. Parmi eux, on trouve quelques stations d’écoute pour iPod, des minichaînes, des serveurs audio avec disque dur intégré, des disques durs multimédia et des tuners spécialisés à brancher sur une chaîne hi-fi (voir l’encadré p. 28).
Dans tous les cas, l’écoute de webradios, et à plus forte raison celle de fichiers audio stockés sur un ordinateur ou un disque dur en réseau, demande à l’utilisateur une phase d’apprentissage assez longue, et la lecture de la notice d’emploi est souvent indispensable. La première étape consiste à connecter le poste webradio au réseau ADSL. Par liaison câblée de type Ethernet, l’opération s’effectue presque toujours automatiquement. En revanche, via le wi-fi, c’est plus fastidieux : il faut sélectionner le bon réseau sans fil, entrer la clé de cryptage WEP ou WPA au moyen d’une molette à bouton-poussoir. La plupart du temps, la liaison réseau s’établit sans problème, mais il y a parfois des incompatibilités de matériels (adressage IP, clé de cryptage WPA2…).
Une fois cette étape franchie, reste à choisir les stations de radio qui vous intéressent. Plus de 15 000 émettent gratuitement sur le Web (nos appareils en ont recensé 18 391, le 12 février 2010 à 17 h). Elles sont classées par genres, styles musicaux, pays, langues, popularité… Quels que soient vos centres d’intérêt, vos goûts musicaux, même très pointus et éclectiques, il y a de fortes chances que vous trouviez une station exclusivement consacrée à votre sujet de prédilection. Pas besoin de l’ordinateur, le poste la recherche directement de l’accès Internet.
Sur ce point, l’ergonomie de l’appareil de réception fait toute la différence. Les postes équipés d’un grand écran couleur, d’une télécommande à clavier alphanumérique, d’une interface graphique claire et qui réagissent rapidement aux instructions creusent l’écart par rapport à leurs concurrents sur le terrain du confort d’utilisation. Quelques-uns disposent de la recherche par noms, codes d’accès ou mots-clés ; tous possèdent une mémoire pour enregistrer les canaux de vos stations préférées. Là encore, il existe de fortes disparités entre les modèles. Pour certains, la mémorisation se limite à une demi-douzaine de stations, tandis que d’autres ont des menus plus élaborés, avec des préférences et des listes de lecture personnalisables.
Pour lire les fichiers audio stockés sur un ordinateur, l’installation d’un logiciel spécifique est parfois requise. Cependant, nombre de postes webradio fonctionnent avec l’application Windows Media Player 11, déjà intégrée dans la plupart des PC, et le protocole de transmission UPnP. Il est alors juste nécessaire d’activer le partage des fichiers sur l’ordinateur. Philips a choisi de fournir avec les appareils de sa gamme Streamium le logiciel TwonkyMedia Server. Compatible Mac et PC, il peut être acheté séparément (20 € au maximum). Logitech, quant à lui, a développé sa propre application, SqueezeBox. C’est la plus intuitive et la plus complète de toutes. Attention, tous les fichiers audio ne sont pas systématiquement reconnus par les postes webradio. Ceux codés en MP3 ou WMA ne posent généralement pas de problème. En revanche, les formats haute définition ou à compression sans perte, qui apportent une restitution sonore de meilleure qualité, sont rarement reconnus.
Enfin, il est intéressant de souligner que la qualité de réception d’une webradio est toujours parfaite. C’est l’avantage du numérique. Tant que la connexion Web est en service, le son ne subit aucune dégradation, aucun souffle ni interférence parasite. Les coupures de signal sont rares et ne se manifestent que lorsque le réseau ou les serveurs de la station émettrice saturent. Quant à la qualité sonore, elle dépend du débit du signal de la webradio. En MP3, il peut varier de 32 kbits/s, ce qui est assez mauvais, jusqu’à 320 kbits/s, soit l’équivalent de la qualité d’un CD audio.

Par Pierre Stemmelin


Mots-clés :

INTERNET , MATERIEL AUDIOVISUEL , MUSIQUE , RADIO




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier