Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Maison individuelle > Choisir un système radio pour échapper aux saignées dans les murs

Choisir un système radio pour échapper aux saignées dans les murs

Mars 2010
Le Particulier Pratique n° 355, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

La souplesse du carillon sans fil ; Dialoguer à distance par interphone ; Commander l’éclairage ou le portail.

Les carillons ont bien évolué ; ils ne font plus simplement “ding, dong” ! Ils se prêtent à de nombreuses applications et offrent une grande souplesse d’installation, notamment pour déterminer l’emplacement de l’émetteur et du récepteur. Ils permettent de choisir entre plusieurs mélodies, dont le volume sonore se règle. Ils associent un émetteur (bouton-poussoir) fonctionnant avec des piles et un récepteur à piles également ou qui se branche sur secteur, suivant les modèles. Ces éléments communiquent entre eux par ondes radio. Les fabricants indiquent la portée en champ libre sur l’emballage, mais il faut savoir qu’elle est parfois diminuée par des obstacles. Ainsi, les murs de l’habitation peuvent constituer un barrage si le récepteur se trouve, par exemple, dans le salon ou si la maison comprend une structure métallique (ce qui est rare). La gêne la plus fréquente provient des terrains dénivelés, lorsque le portail est situé en contrebas du pavillon. C’est pourquoi le système radio n’est pas envisageable dans les immeubles collectifs, à cause des étages.
Les premiers prix ont une portée de 30 m, alors que le haut de gamme peut atteindre 200 m en champ libre. Les tarifs vont d’une vingtaine d’euros pour un modèle simple, à poser soi-même, à plus de 150 € pour une version sophistiquée, à faire installer par un professionnel.
Outre que leur design s’est amélioré (finies les grosses verrues blanches !), les carillons ont gagné en mobilité. Ainsi, les récepteurs Mélody de Flash peuvent, suivant le modèle, être posés sur un meuble – et déplacés d’une pièce à l’autre –, fixés au mur ou branchés sur secteur. Ils comportent eux-mêmes une prise gigogne qui autorise d’y connecter un autre appareil électrique. Et rien n’interdit, si la maison dispose de plusieurs accès, de placer un émetteur à chaque porte, avec une mélodie différente. Un récepteur peut être commandé par plusieurs boutons-poussoirs (jusqu’à 16).
Il existe des récepteurs ayant un voyant lumineux sur leur façade (WECR 80103 d’Extel, Mélody de Flash en pack 10 mélodies + flash) qui peut être activé seul ou avec une sonnerie, ce qui se révèle très utile pour les personnes malentendantes. Le vibreur intégré dans un clip de ceinture (WECR 80020 d’Extel), qui prévient d’une visite sans actionner de sonnerie, est, lui, idéal pour ne pas réveiller les enfants ou dans les locaux bruyants. Quant aux modèles associés à des détecteurs de passage, ils sonnent aussitôt que quelqu’un se trouve derrière la porte, comme lorsqu’un client entre dans une boutique (Mélody de Flash, WEDO 68001 d’Extel). Enfin, Avidsen commercialise un carillon sans fil en kit, à composer soi-même en fonction des besoins (gamme Kläte) : au matériel de base s’ajoute, au choix, un autre bouton d’appel, un second récepteur à piles ou à brancher sur secteur, un détecteur de mouvement et/ou d’ouverture.
La pose de ces modèles est très simple, quelques vis suffisent. Si certaines marques (Flash) sont distribuées uniquement dans les réseaux professionnels et installées par des électriciens, d’autres (Avidsen) sont vendues au rayon électricité des grandes surfaces de bricolage ou sur Internet (maisonic.com).
Pour gravir un échelon supplémentaire dans la sécurité en conservant la souplesse du “sans fil”, vous pouvez opter pour un portier audio. Cet interphone se compose d’une platine de rue, blindée pour résister au vandalisme ; elle est reliée par câble à un coffret technique, placé juste derrière, côté propriété, qui comporte une interface radio permettant de communiquer avec le combiné intérieur, même placé très loin. La platine, côté rue, s’encastre dans un poteau maçonné ou se fixe en saillie ; elle est raccordée au boîtier électronique implanté de l’autre côté de la clôture, aussi haut que possible. Deux fils sont prévus pour relier à ce coffret une gâche électrique à impulsion, qui déclenche l’ouverture de la porte ou du portillon.
Comme pour les carillons, les fabricants déclinent les interphones en plusieurs versions. Le combiné intérieur est alimenté soit par piles, soit sur secteur. Avant de vous équiper, vérifiez la portée des appareils, certains ne dépassant pas les 100 m. Pour son WEPASF, le best-seller de la marque depuis 10 ans, Extel annonce 500 m en champ libre. Les prix varient d’une cinquantaine d’euros à plus de 500 € pour les matériels complets offrant de nombreuses options.
Afin de régler le problème de l’usure des piles des équipements extérieurs, particulièrement vulnérables en cas de grand froid, Extel a intégré dans tous ses modèles un adaptateur laissant au client la possibilité de les brancher sur le secteur. Retenez, en tout cas, que les interphones radio, plus gourmands en électricité que les simples carillons, ont une meilleure autonomie dans les régions tempérées que dans les zones froides.
Logisty propose pour l’habitat individuel un interphone (L5721) comportant un clavier codé sur la platine de rue. Le visiteur peut donc taper un code pour déverrouiller directement la porte. Cela permet à des tiers d’entrer sans que vous ayez besoin d’être présent (femme de ménage) ou sans avoir à vous déplacer jusqu’à la porte (infirmière, par exemple), et ce sans confier vos clés. Ce pack ­comprend également un badge, qui est en fait une clé magnétique, servant à ouvrir.
Vous pouvez aussi piloter, du combiné intérieur, un portail motorisé ou l’éclairage du ­jardin. Plusieurs solutions existent. La première consiste à installer un coffret de gestion d’automatismes à l’extérieur, qui fait office de relais radio avec le combiné intérieur. L’éclairage et la porte de garage sont ensuite connectés à ce coffret par un câble électrique. Dans la seconde, le coffret technique de la platine de rue sert à commander ces équipements, avec un raccordement filaire, à condition qu’ils en soient assez proches. Sinon, il faut creuser une tranchée jusqu’à la porte du garage. Le choix est vraiment dicté par la configuration des lieux.
Enfin, bien que les vidéophones utilisent habituellement une alimentation filaire, il existe une exception. Une nouvelle technologie permet aux caméras de s’en affranchir. Extel a sorti, en janvier, le WEVPSE 659 couleur sans fil digital, d’une portée de 30 m en champ libre. L’écran, qui devient mobile grâce à une batterie ou à un adaptateur secteur, peut ainsi accompagner partout les occupants de la maison, aussi bien dans le garage qu’au fond du jardin.


Mots-clés :

PORTE D'ENTREE , SECURITE , TELESURVEILLANCE




Outils pratiques :
Formalités et démarches
Papiers à conserver

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier