Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Maison individuelle > Détruire un nid de quêpes : comment se sortit du guêpier

Détruire un nid de quêpes : comment se sortit du guêpier

Détruire un nid de quêpes : comment se sortit du guêpier
Juillet-Août 2009
Le Particulier pratique n° 348, article complet.
Auteur : FRANCISCO (Sylvie)

L’attitude à adopter en cas de découverte d’un nid de guêpes diffère selon que celui-ci est aérien ou souterrain.

En général, les nids aériens abritent des espèces non agressives, qui ne sont pas attirées par la nourriture et le sucre, et n’importunent donc guère les convives lors des repas à l’extérieur. Le risque de piqûres est faible. Mieux vaut quand même se tenir à une distance de 2 m du nid pour ne pas le déranger. Si le guêpier est souterrain, il convient de vérifier s’il s’agit d’une colonie de guêpes germaniques ou de guêpes vulgaires, enclines à piquer lorsqu’elles se sentent menacées.

Une piqûre parfois mortelle

En France, les espèces de guêpes les plus courantes sont Vespula vulgaris (la guêpe commune), Vespula germanica (la guêpe germanique), Vespa crabro (le frelon, l’espèce la plus répertoriée en Europe) et Polistes gallicus. Leur piqûre, toujours très douloureuse, peut être dangereuse, voire mortelle, au visage et dans la bouche (risque d’œdème pouvant entraîner un étouffement), ou si la personne piquée présente un terrain allergique (risque de choc anaphylactique) ou encore en cas de piqûres multiples (attaque par un essaim). Les femelles possèdent un aiguillon venimeux, à l’extrémité de l’abdomen. Les mâles, identifiables à leurs longues antennes, en sont dépourvus. à la différence des abeilles, une guêpe peut piquer plusieurs fois.
Un voisinage saisonnier. Contrairement à d’autres hyménoptères vivant en société organisée (les abeilles, les bourdons, les fourmis…), les guêpes ont un cycle de vie annuel. Au printemps, chaque femelle fécondée (reine) l’année précédente cherche un endroit pour construire son nid : tronc d’arbre creux, coffrage de volet roulant, cheminée, grenier… Les premiers œufs qu’elle y pond produisent des ouvrières stériles, qui poursuivent la construction du nid et approvisionnent la colonie. La reine peut alors se consacrer exclusivement à la ponte. à la fin de l’été, ces œufs donnent naissance à des mâles et des femelles fertiles, les premiers fécondant rapidement les secondes. à l’automne, toute la colonie meurt, sauf les femelles fécondées, qui hivernent dans un abri naturel. Le nid, désaffecté au plus tard fin octobre, est définitivement abandonné.

Une affaire de spécialistes

Les guêpes nourrissent leurs larves de nombreux autres insectes et sont, à ce titre, très utiles dans l’écosystème. Néanmoins, si vous souhaitez absolument vous débarrasser de ces guêpes, vous pouvez faire appel aux pompiers – comptez de 25 à 100 € pour un nid unique facile d’accès –, à condition, toutefois, que cette intervention entre dans les missions arrêtées par le service d’incendie et de secours (Casdis). Cela n’est pas le cas dans tous les départements. Ainsi, ils n’interviennent plus dans l’Ariège, mais le font toujours dans la Haute-Garonne. Dans les départements où il n’est pas possible d’avoir recours aux pompiers, vous pouvez vous adresser à une société spécialisée dans la désinsectisation, agréée par le ministère de l’Agriculture (cet agrément est obligatoire depuis le 1er janvier 1996). La destruction d’un nid unique facile d’accès revient à environ 100 €, davantage s’il faut louer une nacelle.

L’éradication de la colonie

A la différence de ce qui se pratique en Allemagne et dans d’autres pays européens, l’intervention consiste non pas à déplacer le nid mais à éradiquer la colonie. Dans un premier temps, les pompiers ou les agents de désinsectisation procèdent à la localisation exacte du nid. Une tâche moins évidente qu’il n’y paraît. Vos indications sur les allées et venues de la colonie leur seront précieuses. Une fois le nid localisé, l’intervention est programmée, à la nuit tombée, lorsque l’activité du guêpier est minimale (le frelon fait un peu exception, car, contrairement aux autres guêpes sociales, il est actif la nuit aussi et est attiré par les lampes). Protégés par une combinaison d’apiculteur et des gants, pompiers ou agents de désinsectisation pulvérisent dans le nid un insecticide chimique, liquide ou en poudre, à base de pyréthrinoïdes, d’organophosphorés, de carbamates… Ces produits sont à utiliser avec discernement du fait de leur toxicité et de leur rémanence. L’enfumage et l’inondation du nid sont inefficaces.
Si le nid est souterrain, une autre méthode, simple, saine et efficace, est parfois employée. Elle consiste à boucher le (ou les) trou(s) du nid avec de la terre, puis à tendre un film plastique, maintenu par des pierres ou tout autre objet lourd. Privées d’oxygène et de nourriture, les guêpes périssent rapidement. L’absence d’activité aux abords du nid 24 h après l’intervention atteste de son succès.
Sylvie Francisco


Mots-clés :

ABEILLE , LOGEMENT , NUISANCE , PARASITE




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier