Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Automobile > Location de voitures : les bonnes affaires du Net

Location de voitures : les bonnes affaires du Net

Juillet-Août 2009
Le Particulier n° 1039, article complet.
Auteur : DESHAYES (Sylvain)

Avec internet, la concurrence entre les loueurs de voitures s’est exacerbée. Voici comment profiter des meilleures offres et bénéficier de prestations avantageuses à petits prix : kilométrage illimité, assurance étendue…

Pour un week-end, une semaine ou plus, louer une voiture est une solution pratique mais aussi économique, pour peu que l’on fasse jouer la concurrence, ce qui est facile grâce à internet. Depuis une dizaine d’années, la clientèle des loueurs de voitures a, d’ailleurs, radicalement changé : alors que les locations dans un cadre professionnel représentaient les trois quarts de leur chiffre d’affaires, aujourd’hui, plus d’un client sur deux est un particulier. Ce type de clientèle fait donc l’objet d’une sollicitude renforcée de la part des loueurs de voitures. Il suffit de savoir en profiter.

Les meilleurs prix sont sur internet

Si vous louez une voiture seulement de façon occasionnelle, vous n’avez aucun intérêt à rester fidèle à une enseigne. Pour débusquer les tarifs les plus bas, il faut systématiquement faire le tour des sites des principaux loueurs de voitures. Et consulter aussi impérativement les offres des courtiers spécialisés, tels autoescape.com ou holidaysauto.fr. Vous pouvez, certes, utiliser les services des voyagistes en ligne, tels voyages-sncf.com ou expedia.fr. Toutefois, il ne faut en attendre aucune économie, les tarifs proposés par les voyagistes n’étant jamais inférieurs à ceux des loueurs ou des courtiers.
D’une façon générale, l’utilisation d’internet procure plusieurs avantages. En quelques clics de souris et une dizaine de minutes, le Net vous offre la possibilité de comparer de nombreuses offres sans la contrainte d’avoir à passer de multiples coups de fil. Cela vous permettra de constater que les tarifs proposés font parfois le grand écart. Ainsi, pour la location d’une voiture compacte de type Renault Mégane ou VW Golf pour 3 semaines (à compter du 30 avril), réservée 10 jours avant le départ, les tarifs s’étagent de 602 € à 820 €. Soit 36 % de plus ! Autre avantage d’internet : à condition de réserver et de payer en ligne, les offres des loueurs, tels Avis, Hertz, Europcar ou Sixt, sont, le plus souvent, meilleur marché sur leurs sites que si vous vous adressez à l’une de leurs agences. La différence avoisine souvent les 15 à 20 %. Sur les locations pour un week-end, la différence est même parfois plus grande. Comptez ainsi 129 € pour la location d’une petite voiture par internet chez Avis, contre 179 €, soit 38 % de plus, si vous passez par une de ses agences. Par ailleurs, en règle générale, plus vous louez longtemps à l’avance, plus les prix sont bas. Toutefois, cette règle mérite d’être nuancée, comme le montrent nos tableaux comparatifs. En effet, pour certaines périodes (vacances scolaires, ponts, par exemple), les loueurs savent, longtemps à l’avance, qu’ils vont connaître une forte demande de véhicules, ce qui les amène à fixer, dès le départ, des tarifs élevés. A contrario, tous les loueurs pratiquent des remises sur les réservations effectuées moins d’une semaine avant le départ, s’ils constatent alors un fléchissement de la demande locative. Mais ces remises n’ont rien de systématique. In fine, louer le plus tôt possible reste, dans la majorité des cas, le meilleur moyen de décrocher un bon tarif. Cela vous permet aussi d’avoir le maximum de chances de disposer d’une voiture.
Vous ne souhaitez pas perdre de temps à comparer les offres à chaque location ? Il peut être alors intéressant d’acheter la carte de fidélité proposée par les grands loueurs, tels Avis, Hertz ou Europcar, qui vous feront bénéficier de remises « garanties ». Chez Avis, par exemple, les cartes Azur et Senior sont facturées 65 € pour 2 ans. Elles donnent droit à des réductions allant de 10 % à 30 %, selon les périodes. Si vous louez assez souvent des voitures pour le week-end à un tarif moyen de 130 € et obtenez une réduction de 20 % à chaque fois, votre carte sera amortie à partir de votre troisième location. Et si vous louez très souvent des véhicules, cette solution peut se cumuler avec le choix, de temps à autre, d’un autre prestataire qui pourrait s’avérer moins cher.
Ces avantages tarifaires ne doivent pas être confondus avec les programmes de fidélité qui sont, eux, gratuits. Chez Avis, le programme « Avis Prefered » et chez Hertz, « Hertz#1 Club Gold » permettent d’accélérer la mise à disposition du véhicule, avec un comptoir spécifique dans les agences. Tous les grands loueurs proposent ce type de services très pratiques dont l’objectif est de fidéliser les clients. Toutefois, chez Hertz, si vous vous identifiez avec le numéro qui vous a été attribué dans le programme de fidélité « Hertz#1 Club Gold », la réservation par internet pose problème. En effet, vous avez alors accès à des tarifs en ligne parfois plus élevés que si vous aviez réservé sans vous identifier avec votre numéro de membre ! Vous pouvez ainsi passer à côté de promotions ponctuelles.

Les courtiers : des offres souvent avantageuses

Ces professionnels achètent, à prix négociés, d’importants volumes de location aux loueurs traditionnels (Hertz, Avis, etc.), qu’ils revendent ensuite aux particuliers. De surcroît, ils proposent des véhicules tout au long de l’année et pas uniquement pendant les périodes creuses de location, quand les loueurs traditionnels cherchent à dégonfler leurs stocks de voitures non louées. Les courtiers ne sont accessibles que par l’intermédiaire de leur site internet, à l’instar d’autoescape.com, autoeurope.fr ou holidayautos.fr. Un site se démarque par son offre particulièrement abondante : ­locationdevoiture.fr. Il s’agit, en fait, d’un comparateur de six courtiers : très ergonomique, ce site vous donne accès rapidement à un nombre très élevé de propositions de locations dans de nombreux pays du monde.
En pratique, lorsque vous passez par un courtier, il vous vend une prestation qui consiste à mettre à votre disposition une voiture à un tarif négocié et il assure la facturation. En principe, il indique le nom de la société de location vers laquelle il vous oriente. Par exemple, vous pouvez être envoyé chez l’agence Europcar située juste à côté de chez vous et louer un véhicule à un tarif différent de celui proposé en direct par cette même agence.
Passer par un courtier ne vous dispense pas, en revanche, de signer un contrat avec ladite agence. Carte bancaire utilisée à titre de caution, descriptif de l’état de la voiture, souscription d’assurances facultatives…, tout ce qui a trait à votre location dépend de ce contrat, identique à celui que vous auriez signé si vous vous étiez adressé directement à l’agence. En cas de problème au cours d’une location, le litige doit donc être réglé avec le loueur. Toutefois, le courtier peut faciliter les choses. « Europcar nous avait débité une somme supérieure à celle initialement prévue. Leur service clientèle sur internet annonçait 3 semaines de délai pour répondre à notre demande de régularisation. Nous avons alors sollicité Autoescape, le courtier par l’intermédiaire duquel nous avions loué et, 2 jours plus tard, le problème était réglé », témoigne Béatrice.
Quels sont les autres avantages à utiliser les services d’un courtier ? Tout d’abord, les prix. Nos tableaux comparatifs le montrent, même s’ils ne proposent pas systématiquement les meilleurs tarifs, ceux-ci se situent toujours parmi les plus compétitifs… à l’exception notable de ceux ­d’holidayautos.fr. Mais surtout, contrairement à ceux des loueurs traditionnels, leurs tarifs incluent toujours le kilométrage illimité, ce qui constitue un avantage indéniable. Prenons l’exemple d’un particulier parisien louant une voiture pour un week-end en Normandie et devant parcourir 500 km. Avec locationdevoiture.fr, le véhicule lui est proposée à 132 €, avec Ada, à 119 € (voir tableau p. 82). Dans le premier cas, il peut avaler autant de kilomètres qu’il le souhaite sans surcoût. Dans le second, son forfait est limité à 250 km et chaque kilomètre supplémentaire est facturé 0,29 €. S’il parcourt 500 km, la location chez Ada lui reviendra plus cher : 191,50 € au total, soit 119 € de location et un supplément kilométrique de 72,50 € (0,29 € x 250 km).

Roulez bien assuré

Tous les loueurs incluent une couverture minimale d’assurance dans leurs tarifs. En revanche, même si cela devient de plus en plus rare, l’assurance pour les dommages corporels du conducteur et des passagers n’est parfois qu’optionnelle. Il s’agit pourtant d’une assurance indispensable que nous vous conseillons de souscrire. Dans les contrats, elle est parfois dénommée PAI pour « Personal Assistance Insurance ».
Pour le vol ou les dommages au véhicule, vous êtes toujours assuré d’office. Mais, en cas de sinistre, des franchises d’un montant élevé restent alors à votre charge : une somme comprise entre 800 et 2 000 €, selon la catégorie du véhicule, peut vous être facturée. Il est toutefois possible de souscrire, en option, des « rachats de franchise », souvent appelés respectivement CDW (Collision Damage Waiver) et TP (Theft Protection) pour les assurances dommages et vol. Si certains loueurs ou courtiers – Hertz, Avis, Europcar ou Autoescape – permettent de racheter intégralement la franchise, d’autres – comme Rent-a-Car et Sixt – n’autorisent qu’un rachat partiel. En cas de sinistre, le loueur débite alors le montant de la franchise, grâce à l’autorisation que vous lui avez donnée au moment de la location, via votre carte bancaire. Si le montant des réparations dépasse celui de la franchise, vous perdez cette somme. Si le montant estimé est inférieur, la différence vous sera remboursée. Mais, comme nous l’a confié un loueur d’Europcar, « la moindre réparation concernant la carrosserie d’une voiture se chiffre rapidement à plusieurs centaines d’euros ». La souscription d’options « rachat total de franchise » n’est donc pas un luxe. Vous pouvez néanmoins vous en dispenser si vous disposez d’une carte bancaire de type Visa Premier ou Mastercard Gold et que vous réglez votre location avec ce moyen de paiement. En effet, les contrats de ces cartes incluent des assurances « rachat de franchise » pour les dommages et le vol.
Attention ! ces garanties connaissent quelques limites. Vous n’êtes garanti qu’à concurrence de deux sinistres par année civile. De plus, chez Visa, une même location ne doit pas excéder 31 jours et les voitures de type 4 x 4 ou haut de gamme ne sont pas couvertes.
Enfin, en cas de sinistre, la procédure est relativement fastidieuse. Le loueur vous débitera d’abord la franchise et il vous appartiendra ensuite d’effectuer les démarches auprès de l’assurance de votre carte bancaire pour vous faire rembourser. « Ayant restitué ma voiture cabossée, j’ai été immédiatement débité du montant de la franchise, soit 800 €. Puis j’ai dû patienter plus d’un mois avant que l’assurance de ma Visa Premier ne me rembourse », témoigne Alain, qui s’étonne encore du nombre impressionnant de pièces qui lui ont été réclamées par l’assureur.
C’est pourquoi, pour leurs locations de courtes durées (week-end), de nombreux particuliers, pourtant détenteurs d’une Visa Premier ou une Mastercard Gold, préfèrent, malgré tout, payer de leur poche ces rachats de franchise afin d’éviter le risque d’un débit important et prolongé sur leur compte bancaire. D’autant que les courtiers commercialisent leurs propres assurances « rachat de franchise » à des tarifs très compétitifs. Autoescape.com, notamment, propose une assurance « rachat de franchise totale » pour seulement 6 € par jour de location, soit un tarif environ deux fois moins élevé que celui pratiqué par les loueurs (de 11 à 15 €/jour, par exemple, chez Avis).

Évitez les mauvaises surprises

La location est encore source de nombreux litiges et vous devez donc rester vigilant sur quelques points essentiels. Ainsi, ne partez pas au volant d’une voiture de location avant d’avoir rempli soigneusement le formulaire ayant trait à son état et de l’avoir cosigné avec le loueur. Au retour, faites de même. Dans certaines agences, en particulier dans les gares, cette formalité n’est pas toujours respectée. Exigez pourtant de dresser, avec le loueur, un état du véhicule, au départ et au retour, sans rien négliger : carrosserie, pneus, autoradio, etc. Ce qui suppose notamment que vous rendiez le véhicule pendant les heures d’ouverture de l’agence. En outre, sachez que si vous le garez dans la rue, devant l’agence, d’éventuelles dégradations ultérieures pourront vous être imputées.
Par ailleurs, restituez la voiture avec le plein de carburant. À défaut, le loueur vous le facturera au prix fort. Chez Avis, par exemple, le litre de gazole est facturé 2 €. Enfin, les mauvaises surprises prennent parfois la forme de suppléments inattendus. L’inscription d’un conducteur supplémentaire peut vous être facturée de 20 à 35 € par location. Un siège pour enfant, de 25 à 40 € par location ; des pneus neige de 20 à 30 € par jour. Et si vous souhaitez restituer la voiture dans une agence différente de celle de départ, comptez 70 € de supplément. Ces « prestations » sont toujours à régler directement au loueur, même si vous passez par un courtier.

Sylvain Deshayes


Mots-clés :

ASSURANCE AUTOMOBILE , AUTOMOBILE , FRANCHISE , INTERNET , LOCATION , PRIX




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier