Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Santé > Faut-il prendre des antioxydants ?

Faut-il prendre des antioxydants ?

Avril 2009
Le Particulier pratique n° 345, article complet.
Auteur : BARRON (Edwige)

Depuis plus de 50 ans, on nous le dit et le répète : ce qui nous fait mourir, c'est l'action des oxydants... Notre corps fonctionne comme une locomotive brûlant de l'oxygène, et cette combustion produit des déchets, les fameux radicaux libres.

En effet, les électrons célibataires de l'oxygène ont tendance à brusquer toutes les cellules qu'ils rencontrent, modifiant leurs molécules pour s'y apparier. C'est le phénomène de l'oxydation. éternelle ambivalence entre danger et nécessité de l'oxygène – comme le soulignait le professeur Xavier Leverve lors de la Journée annuelle de nutrition et de diététique en janvier –, car les déchets de cette oxydation encrassent progressivement l'organisme, et finissent par altérer les cellules, provoquant, à long terme, le vieillissement.

D'après ce modèle, il suffirait d'éliminer ces déchets pour ralentir le vieillissement. Le hic, c'est que les tentatives pour y arriver semblent capoter. On a ainsi vanté sans réserve des cocktails comprenant différentes substances antioxydantes (on dit aussi antiradicaux libres), le plus souvent à base de vitamines A, C, E, de caroténoïdes, de polyphénols, d'oligoéléments métalliques (cuivre, manganèse, sélénium et zinc). Mais ces additifs alimentaires n'auraient pas l'effet escompté ; pis, ils seraient délétères dans certaines circonstances. D'où la nécessité de mettre nos connaissances à l'heure des dernières avancées scientifiques, limitées mais intéressantes quand elles ébranlent des certitudes qui nous feraient, à tort, courir au rayon “complé­ments nutritionnels et vitamines”.

La tentation des pilules miracle

Les pilules antioxydantes constituent un marché des plus lucratifs. Il n'y a qu'à observer les rayons des pharmacies et parapharmacies pour s'en convaincre. Les responsables marketing des laboratoires multiplient les colloques pour trouver l'art et la manière d'y amener les juniors et les “baby seniors”, encore un peu réticents. Cela finit par marcher très bien. Selon le magazine LSA, les ventes des compléments nutritionnels, créés par plus de 400 fabricants, ont progressé de 17 % en un an et doublé en quelques années. Il ressort de la dernière étude Inca 2 menée par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) qu'un Français sur cinq en consomme assez régulièrement. Nous sommes, certes, largement distancés par les Américains, qui avalent ces cocktails depuis plusieurs décennies : la moitié en prend tous les jours et 12 % en ingurgitent au moins cinq quotidiennement. Lesquels Américains ne meurent pourtant pas moins que nous (cela se saurait 

) ni n'évitent davantage cancer et maladie cardiovasculaire.

Pour les hommes plus que pour les femmes

En réalité, les antioxydants n'ont pas fait leurs preuves, et l'on sait peu de chose sur leur action réelle. L'étude Suvimax, en 2001, qui testait l'effet d'un apport quotidien de vitamines à dose “nutritionnelle” (c'est-à-dire équivalente à celle fournie par une alimentation équilibrée) avait mis en évidence un bénéfice pour les hommes (un risque de cancer réduit de 31 %), mais pas pour les femmes, qui se nourrissent plus sainement, et consomment, notamment, davantage de fruits et légumes. C'est donc combler un déficit qui semble utile.

Le juste dosage

D'autres études ont montré le danger d'un supplément de vitamine A pour les fumeurs. Cela augmente nettement les décès prématurés dans cette population. Maintenant, “les fumeurs ont peur des carottes”, disent ironiquement les scientifiques. Une dose nutritionnelle serait bénéfique, une forte dose délétère. Aussi les chercheurs s'inquiètent-ils beaucoup actuellement de tous ces fumeurs qui prennent à longueur d'année des cachets bourrés de bêtacarotène afin de faciliter le bronzage. Une chose est sûre, les antioxydants, qui théoriquement, in vitro, réduisent l'accrochage de la plaque d'athérome, n'ont aucun bénéfice clinique, selon les études conduites sur des patients cardiaques. Il y a même un léger risque supplémentaire d'accidents cardiovasculaires (+ 5 %). Apparaît là un autre aspect : la distance entre effet théorique et effet in vivo..., les analyses prouvant qu'une bonne hygiène de vie protège mieux que la prise de compléments antioxydants.

Quant à la vitamine E, elle serait à manier avec beaucoup de précautions, se révélant rapidement un pro-oxydant. Certaines études démontrent la survenue de problèmes coronaires et cardiaques lorsqu'il y a une forte supplémentation en vitamines E.

Conclusion : à faible dose, pas de surrisque, mais pas d'effet non plus (sauf si la supplémentation vient corriger un régime très pauvre en fruits et légumes) ; à haute dose, un effet délétère. Cela pour une population “normale”.

Des profils à définir

Finalement, qui doit prendre des antioxydants ? Le problème est que l'on ne sait pas identifier si une personne a, ou non, de bonnes réserves antioxydantes, cette donnée évoluant perpétuellement. On ignore également quelles sont les valeurs de référence, les seuils “normaux” n'ayant pas été établis, et l'on ne fait que de manière très approximative un bilan biologique de stress oxydant, explique Anne-Marie Roussel professeur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Pour le moment, seules les personnes très âgées carencées et celles atteintes de cancer, de diabète, d'obésité, d'une maladie neurodégénérative où la production radicalaire est élevée pourraient en bénéficier. L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments s'oriente ainsi vers la définition de profils à qui serait conseillée une complémentation en antioxydants.

Edwige Barron


Mots-clés :

ADDITIF ALIMENTAIRE , ANTIVIEILLISSEMENT




Outils pratiques :
Papiers à conserver
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier