Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Santé > Des dents blanches à tout prix ?

Des dents blanches à tout prix ?

Des dents blanches à tout prix ?
Avril 2006
Le Particulier pratique n° 312, article complet.
Auteur : BURSZTEJN (Dominique)

Chez le dentiste ou à domicile : qu'ils s'appliquent au pinceau ou dans une gouttière, les produits de blanchiment foisonnent en pharmacie. Et les dentistes proposent des formules spécifiques. Un traitement qui fait débat.

Pour des raisons purement esthétiques, des motivations sociales ou professionnelles, on peut vouloir s'offrir des dents plus blanches. Deux solutions existent alors : acheter un produit blanchissant en pharmacie ou avoir recours aux soins d'un dentiste. La deuxième méthode est conseillée, car elle s'effectue sous le contrôle d'un spécialiste qui tiendra compte des contre-indications, et ses résultats seront meilleurs. Cependant, certains professionnels estiment que le blanchiment, même s'il est pratiqué dans un cabinet dentaire, n'est pas dénué de danger. Ce qui n'est bien sûr pas l'avis des praticiens proposant ce traitement.

Au départ, ce sont nos gènes qui déterminent en partie la couleur de nos dents. Comme nous naissons avec une couleur de peau, nous héritons d'une teinte de dents. Les colorations disgracieuses, plus ou moins brunes ou grises, s'appellent, dans le jargon des spécialistes, des dyschromies intrinsèques. “Le ton de nos dents est défini au cours de l'embryogenèse, ou alors il s'acquiert dans la petite enfance, pendant la période de maturation de l'émail”, indique le Pr Michel Goldberg, président des commissions scientifiques de l'Association dentaire française. Un autre facteur : l'âge. “Au fil de la vie, explique le Dr Philippe Gateau, maître de conférences à Paris VII, l'émail devient moins opalescent.”

Quelle que soit la qualité opalescente de l'émail, c'est la dentine qui donne aux dents leur couleur ivoire. Les produits de blanchiment vont, en se décomposant, traverser l'émail pour atteindre donc cette partie située juste en dessous. Il ne faut pas les utiliser pour éliminer les colorations imputables au tabac, au café ou au thé, par exemple, que l'on nomme des dyschromies extrinsèques. Un bon détartrage pourra, la plupart du temps, venir à bout de ces taches de surface.

Simple décoloration

“Le blanchiment peut être assimilé à une décoloration”, assure le Dr Paul Miara, coprésident fondateur de la Société de dentisterie esthétique. Les produits en vente libre ou réservés à l'usage des dentistes contiennent d'ailleurs du peroxyde d'hydrogène, plus connu sous le nom d'eau oxygénée, ou du peroxyde de carbamide, constitué en partie de peroxyde d'hydrogène. Mais plutôt que de blanchiment, le Pr Michel Goldberg préfère parler d'éclaircissement. “On ne blanchit pas, explique-t-il, on atténue les teintes.” Et encore, pas toutes.

Les colorations fortes qui justifient le plus les traitements ne peuvent pas disparaître totalement par cette méthode. En effet, lorsque des personnes ont pris de la Tetracycline dans leur enfance, leurs dents comportent des bandes marron sur lesquelles les éclaircissants auront peu d'impact. Mais ce phénomène devient de plus en plus rare. “Comme on sait depuis les années 60 que cet antibiotique colore les dents, on ne le prescrit plus chez les enfants”, rassure le Dr Gateau. Autre cas où les résultats ne sont pas probants : avec des dents très grises, car l'éclaircissement va atténuer ce ton, mais il restera inesthétique.

Les produits disponibles en pharmacie ou en parapharmacie se présentent sous forme de bandes adhésives ou de gouttières à fixer sur les dents, de flacons ou de pots avec un applicateur ou un pinceau. La réglementation cosmétique prévoyait une teneur limitée à 0,1 % de peroxyde d'hydrogène, ce qui correspond à presque 0,3 % de peroxyde de carbamide dans les produits d'hygiène buccale, dont font partie les dentifrices blanchissants. “Or, avec des concentrations si faibles, précise le Dr Miara, les résultats sont nuls, malgré les promesses affichées sur les emballages.”

C'est dans ce contexte qu'ont été lancés en 2003, sans grand encadrement ni contrôle d'ailleurs, les produits “blanchissants”. Après une période d'euphorie, alimentée par des campagnes publicitaires, le marché a fortement chuté, passant de 30 millions d'euros en 2004 à 10 millions d'euros en 2005. En décembre dernier, la Commission européenne de cosmétologie a autorisé, toujours pour ces produits et pour un délai de trois ans, des concentrations maximales tolérables de 6 % pour le peroxyde d'hydrogène et de 18 % pour le carbamide.

Un bilan devra être effectué au terme de cette échéance.

Dose tolérable

Le mot tolérable fait “sauter au plafond” le Dr Goldberg, expert auprès de l'Afssaps pour les dossiers concernant la dentisterie. “Cela signifierait qu'en dessous de ces pourcentages, les produits seraient inoffensifs...” Déjà, avant l'autorisation délivrée par Bruxelles, les professionnels s'alarmaient de la vente libre de ces substances, car elles peuvent, en l'absence de diagnostic préalable, occasionner des dégâts. C'est le dentiste qui, en effet, vérifie l'état des dents, la présence éventuelle de caries, de fêlures, d'obturations peu étanches, qui constituent autant de risques que les produits atteignent directement la pulpe de la dent et nécrosent cette dernière. Comme toute automédication, ces traitements comportent donc un danger. “Ils nécessitent un contrôle permanent, constate le Dr Miara. Je ne suis pas opposé à leur commercialisation, mais elle devrait être soumise à une prescription médicale.”

Les traitements réalisés par un dentiste donnent de bien meilleurs résultats, car les concentrations s'avèrent beaucoup plus importantes, et leur application est mieux assurée. Mais, revers de la médaille, ils reviennent cher : alors que les produits en vente libre coûtent de 13 à 50 €, les soins prodigués par un professionnel sont facturés -sans prise en charge de la Sécurité sociale ou des mutuelles- de 500 à 1 000 € lorsque l'éclaircissement est pratiqué sur place, “au fauteuil”, et de 300 à 600 € si le patient l'accomplit chez lui “en ambulatoire”.

Concentration au fauteuil

L'éclaircissement dit “au fauteuil” s'effectue en deux ou trois séances d'une heure et demie chacune, et ce à une semaine d'intervalle. “Les concentrations, explique le Dr Miara, sont plus fortes, allant jusqu'à 35 % de peroxyde d'hydrogène, ce qui exige une véritable protection des gencives.” Celle-ci consiste à y déposer une résine. Ensuite, le produit est appliqué au pinceau sur toutes les dents du sourire (jusqu'aux premières molaires). Dans certains cas, le dentiste peut employer une lampe laser pour accélérer le processus d'éclaircissement. La technique “au fauteuil” permet, selon le Dr Miara, de mieux contrôler les effets. S'il y a par exemple des sensibilités, le praticien peut diminuer les concentrations ou le temps d'application.

Pour le traitement en ambulatoire, une gouttière en polyéthylène est confectionnée sur mesure, après prise d'empreinte des arcades dentaires. Elle comporte des petits réservoirs en résine. “Le patient doit y verser, à l'aide de seringues de blanchiment, explique le Dr Annie Ganem, chirurgien-dentiste à Paris, une gouttelette du fameux gel, et la garder dans la bouche une heure par jour pendant quatorze jours.” Selon le type d'éclaircissant, la durée du port peut atteindre plusieurs heures. Un contrôle s'impose au début pour vérifier l'action du gel et la présence d'une éventuelle sensibilité.

En fin de traitement, le patient remplit les réservoirs de gel fluoré pour reminéraliser la surface de l'émail, qu'il conserve là encore une heure. Lors de ces soins, l'émail devient plus poreux, ce qui favorise la fixation des colorants en surface. “Pour cette raison, avertit le Dr Ganem, il est préférable de “boire blanc”, s'abstenir de substances qui colorent comme la cigarette, le café, le thé, le vin rouge, le jus d'orange...”

“Une fois la dent dépigmentée, l'ancienne pigmentation ne va jamais réapparaître, indique le Dr Miara. En revanche, la dent peut se recolorer par le dépôt de nouveaux pigments.” Il faudra donc se soumettre à une séance d'entretien tous les ans ou deux ans.

Agressivité discutée

“Le traitement se révèle très peu agressif lorsqu'il est bien conduit”, selon le Dr Miara.

Les Drs Goldberg et Gateau ne partagent pas cet avis. “Pour obtenir une action d'éclaircissement, affirment-ils, les molécules doivent traverser la dent en dégradant la matrice organique, un de ses composants naturels, et entraînent des dégâts.” Lesquels ? “J'utilise cette technique depuis plus de vingt ans en France, riposte le Dr Miara. Avec le recul clinique, je constate qu'il y a très peu d'action au niveau de l'émail et de la dentine. Quant à la sensibilité, elle existe. Il peut y avoir une petite irritation de la fibre nerveuse, mais elle est réversible, contrôlable et sans aucun danger.”

Selon le Dr Gateau : “La pulpe perd à chaque agression un peu de son potentiel de vie et se rétracte.” Parmi ces attaques figurent certes les caries ou les chocs, mais peut-on y inclure les traitements éclaircissants ? En fait, on ne connaît pas vraiment leurs effets à long terme. Les essais sont réalisés sur des animaux de laboratoire ou in vitro, rarement sur l'homme, car il est très difficile d'analyser un seul paramètre, en l'occurrence un traitement éclaircissant, en l'isolant d'autres effets qui pourraient se cumuler.

Une enquête européenne, à l'initiative des associations dentaires, va être menée pour mieux cerner les pratiques des dentistes, comptabiliser déjà le nombre de patients traités (une donnée encore ignorée à ce jour) les résultats de leurs soins, les éventuels effets secondaires, etc. Quant aux fabricants des produits en vente libre, ils devraient effectuer de nouvelles études et fournir un rapport annuel sur les effets indésirables. C'est du moins l'engagement pris en échange de l'autorisation qui leur a été accordée d'utiliser de fortes concentrations.

Dominique Bursztejn

Mots-clés :

DENT , SOIN DENTAIRE




Outils pratiques :
Papiers à conserver
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier