Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Argent > Bourse > Denrées agricoles : un secteur dopé par la consommation et les biocarburants

Denrées agricoles : un secteur dopé par la consommation et les biocarburants

Avril 2008
Le Particulier n° 1024, article complet.
Auteur : CLEMENT (Catherine)
Plusieurs facteurs expliquent l'accroissement de la demande de denrées agricoles. D'abord, l'augmentation de la population mondiale. Ensuite, l'élévation du niveau de vie dans les pays émergents, où l'on constate une augmentation de la consommation de viande, conduisant à élever davantage de bétail, gros consommateur de denrées agricoles. Enfin, l'intérêt croissant pour les biocarburants, à mesure que le pétrole se renchérit. Avec un effet pervers : l'engouement des agriculteurs pour le maïs, utilisé pour les biocarburants, a détourné les terres arables de la production de céréales alimentaires comme le blé dont les stocks sont parvenus à leur niveau le plus bas depuis 1960. « Or, l'offre de produits agricoles peine à augmenter, car les surfaces arables diminuent sous l'effet, notamment, de l'urbanisation », observe Olivier Rombi, gérant du fonds Parworld Agriculture, chez BNP Paribas. Conséquence logique : les prix se sont mis à flamber, alourdissant notamment la facture de céréales de nombreux pays. Fin février, l'indice GSCI Agriculture, qui reflète l'évolution des cours de différents produits (blé, soja...) avait ainsi progressé de plus de 57 % en dollars (39,4 % en euros) sur un an. Par comparaison, il n'avait gagné « que » 13 % en dollars (1,6 % en euros) en 2006 et 26 % (15,7 %) en 2007. « Le prix des denrées agricoles était tombé à des niveaux anormalement bas depuis des décennies, ajoute Olivier Rombi. Malgré le rattrapage effectué depuis quelques années, il reste historiquement faible et garde un fort potentiel de hausse. » Une réelle opportunité, mais avec un risque important de fluctuations, à la hausse comme à la baisse, les cours pouvant notamment être influencés par l'évolution des prix du pétrole. Il est possible d'investir sur le cours de certaines denrées agricoles (sucre, maïs...) grâce à des certificats. D'autant que ces derniers offrent parfois une couverture bien utile contre le risque de change, les matières premières étant cotées en dollars. Certains, par exemple, misent sur le cours du sucre, d'autres, sur ceux du lait ou du bétail. Mais c'est une stratégie risquée, car l'offre d'une denrée agricole est très versatile, beaucoup plus que celle des métaux ou du pétrole. Ainsi, quand le blé flambe, les agriculteurs peuvent lui consacrer des surfaces plus importantes, au détriment d'autres cultures, accroître leur production donc faire baisser les cours. Mieux vaut donc choisir des certificats répliquant des indices plus diversifiés, comme le GSCI Agriculture, qui reflète la performance des principaux marchés à terme de matières agricoles. Les trackers permettent, pour leur part, de parier sur des indices regroupant des matières premières. Par exemple, un ensemble de produits agricoles ou dérivés (café, blé, maïs, jus d'orange...), souvent complété, en partie, par des matières telles que les métaux. La performance n'est donc pas seulement indexée sur le cours des matières premières agricoles. En revanche, les Sicav et FCP classiques consacrés au secteur agricole restent rares, car le nombre de valeurs cotées issues de ce secteur (engrais, tracteurs...), hors agroalimentaires, est très limité.

Mots-clés :

BOURSE , FCP , PLACEMENT BOURSIER , PLACEMENT FINANCIER , SICAV , TRACKER




Outils pratiques :
 

Bannière Choix patrimoniaux

bannier la lettre des placements

Forum bannière

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Simulateur Assurance vie 300*250

Bannière e-Particulier