Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Argent > A qui confier la gestion de son patrimoine ?

A qui confier la gestion de son patrimoine ?

A qui confier la gestion de son patrimoine ?
Septembre 2002
Le Particulier n° 957, article complet.
Auteur : DURAND (Hélène)

La liste des professionnels capables de gérer un patrimoine ne cesse de s'allonger : banques, sociétés de gestion, conseillers indépendants, notaires... Encore faut-il savoir ce qu'on peut attendre d'eux et les limites de leurs interventions.

Contrairement à ce que l'expression "gestion de fortune" peut laisser entendre, il n'est pas nécessaire d'être millionnaire pour s'adresser à un spécialiste du patrimoine. Certes, pour placer 15 000 € sur un livret A, il est inutile de consulter un grand professionnel. Mais le montant des capitaux à partir duquel on peut s'aventurer dans les bureaux feutrés des conseillers en gestion patrimoniale n'est pas aussi considérable qu'on le croit. Après enquête, il n'existerait même aucun seuil précis. Plusieurs professionnels affirment accepter des clients ne disposant que de "petits" patrimoines. Entendez par là un capital de 50 000 à 100 000 €. D'autres assurent descendre plus bas, "si un potentiel de développement existe". Une chose est sûre : gérer les finances des particuliers représente une activité lucrative qui ne cesse de se développer.

De nouveaux venus rejoignent le marché.

Le patrimoine fut longtemps la chasse gardée de certaines banques. Aujourd'hui, non seulement les banques sont plus nombreuses à pratiquer la gestion de patrimoine, mais d'autres professionnels les ont rejointes. De nouveaux généralistes, d'abord, les "conseillers en gestion de patrimoine indépendants" qui, depuis une décennie, grâce à de gros efforts d'organisation et d'autodiscipline, ont conquis environ 10 % de l'épargne des particuliers. Des professions plus traditionnelles ensuite, comme les assureurs ou les notaires, qui ont décidé de se positionner sur ce créneau. Enfin, les sociétés de gestion de portefeuille ont développé des services spécifiques aux particuliers.

Ces professionnels proposent tous l'établissement de bilans patrimoniaux et le conseil en gestion de patrimoine. Mais seules les banques et les sociétés de gestion de portefeuille sont habilitées à gérer directement des fonds.

Commencer par un bilan patrimonial.

Un bilan patrimonial s'établit en deux temps. Le professionnel analyse d'abord la composition de vos avoirs financiers et immobiliers, recense les capitaux garantis, le cas échéant, par vos contrats de prévoyance (ceux versés à votre famille en cas de décès ou d'invalidité), estime l'ensemble de vos revenus (les vôtres et ceux de votre conjoint) et calcule en regard l'ensemble des charges induites par votre situation familiale. En fonction de tous ces éléments, il évalue si l'ensemble des grands risques de la vie sont correctement couverts et calcule si les besoins exprimés pour l'avenir (en particulier pour la retraite) pourront être satisfaits.

Tous les professionnels du patrimoine ont mis au point des questionnaires portant sur ces thèmes, exploités par ordinateur. Bien entendu, le bilan peut être réactualisé, en cas de modifications substantielles de votre situation patrimoniale (héritage, vente d'un bien...) ou d'événements familiaux (mariage, divorce, décès, naissance d'un enfant...). L'analyse des résultats permet au professionnel, en fonction de vos objectifs, de vous proposer "une solution d'organisation de patrimoine", c'est-à-dire une réponse aux points faibles mis en évidence dans le bilan personnel. De ce fait, du bilan au conseil, il n'y a qu'un pas.

Se faire conseiller selon son "profil".

Un conseiller en gestion de patrimoine ne doit pas uniquement disposer de solides compétences en matière de placements ou de fiscalité. Il doit aussi intégrer toutes vos contraintes personnelles, comprendre vos attentes et, en fonction de ces éléments, déterminer votre "profil" parmi trois grands types : prudent, équilibré ou dynamique. Si les mots utilisés par les professionnels diffèrent d'un établissement à l'autre (certains préféreront parler de sécurité ou de sérénité, par exemple), les concepts de base restent les mêmes. Or le profil est très important puisqu'il détermine le type de produit qui vous sera proposé. Ainsi, si vous préférez ne pas prendre de risques (profil prudent), on vous conseillera les placements en obligations ou des Sicav monétaires. Toute l'ingéniosité du conseiller consiste donc à trouver les produits performants qui correspondent le mieux à votre profil. Il joue le rôle de ce qu'on appelle un "allocataire d'actifs", c'est-à-dire qu'il détermine les fonds dans lesquels il vous conseille d'investir pour atteindre les objectifs que vous souhaitez sur l'ensemble de votre portefeuille. Si la nature de votre patrimoine est complexe, vous pouvez vous adresser à des "ingénieurs patrimoniaux" ou à des spécialistes en "ingénierie financière", des conseillers très expérimentés et rompus aux différentes techniques d'allocation d'actifs ainsi qu'à la complexité des produits. Reste la gestion des fonds proprement dite. Mais, cette fois, seules deux professions, les banquiers et les sociétés de gestion de portefeuille, sont concernées.

Choisir son mode de gestion.

Il existe deux grands types de gestion, la gestion conseillée et la gestion sous mandat. Dans le premier cas, vous gardez toujours la main sur vos fonds : vous êtes conseillé mais vous restez libre de suivre ou non les conseils, c'est-à-dire d'acheter ou de vendre tel ou tel produit. Dans les banques, la gestion conseillée se fait souvent dans le cadre d'une "convention de services", un simple contrat par lequel l'établissement s'engage à mettre à votre disposition un conseiller et à vous fournir les informations de base. La gestion sous mandat est beaucoup plus réglementée (art. 64 de la loi de modernisation des activités financières du 2.7.96). Ce qui est logique puisque, dans ce cas, vous confiez vos fonds à un établissement qui se charge de les gérer à votre place. Le mandat de gestion que vous devez signer doit préciser la durée de ce mandat, les objectifs que vous fixez au mandataire, son mode de rémunération ainsi que les moyens d'information mis à votre disposition. Dernier point à connaître : quel que soit l'intermédiaire auquel vous vous adresserez, les gestionnaires de vos fonds appartiennent toujours à un groupe bancaire ou à une compagnie d'assurances.

Hélène Durand

Mots-clés :

BANQUE , CONSEILLER FINANCIER , GESTION DE PATRIMOINE , NOTAIRE , PATRIMOINE




Outils pratiques :
 

Bannière Choix patrimoniaux

bannier la lettre des placements

Forum bannière

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Simulateur Assurance vie 300*250

Bannière e-Particulier