Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Fermer le foyer définitivement ou par intermittence

Fermer le foyer définitivement ou par intermittence

Décembre 2007
Le Particulier pratique n° 330, article complet.
Auteur : FRANCISCO (Sylvie)

Des progrès depuis dix ans ; Inserts ou, mieux, foyers fermés ; Coupler avec une autre source de chauffage.

Autre solution pour augmenter le rendement thermique de sa cheminée, installer dans l'espace constituant jusque-là le foyer ouvert un insert ou un foyer fermé. Ces deux systèmes se valent-ils ? L'un et l'autre sont des récupérateurs de chaleur à air à haut rendement, capables de chauffer de gros volumes par rayonnement, convection et inertie des matériaux. En pratique, l'air destiné à la convection ne circule pas de la même façon, et, au final, les foyers fermés sont un peu plus performants que les inserts (de 70 à 85 % de rendement suivant les modèles, contre 50 à 75 %). Ils sont aussi plus chers.

L'insert se présente comme un caisson à double cloison, encastrable, plat sur le dessus et vitré en façade. Le foyer fermé, lui, est solidaire de l'avaloir. Toutes les fantaisies sont possibles : deux, trois, quatre faces vitrées, voire sur tout le pourtour (cheminées centrales circulaires). Le feu y est plus visible que dans un insert à porte panoramique. Si les panneaux vitrés sont repliables, relevables, escamotables ou dégondables, vous pouvez même goûter, de temps à autre, le plaisir d'un feu en direct, au prix d'une baisse drastique de rendement. Même chose avec les cheminées centrales à hotte et conduit mobiles : en position haute, vous disposez d'un foyer ouvert ; en position basse, d'un foyer fermé. Aucun modèle d'insert ne permet cela...

D'un point de vue technique, la postcombustion, la généralisation de la prise d'air extérieure, l'amélioration de l'étanchéité des portes et panneaux vitrés, etc., ont permis des gains importants de rendement et des économies d'énergie. Ces progrès ont profité aussi bien aux inserts qu'aux foyers fermés. Si le vôtre a plus de dix ans, son rendement n'excède sans doute pas 30 à 40 %. Il est donc conseillé de vous rééquiper en mettant à profit le crédit d'impôt de 50 %. Peuvent prétendre à ce dernier les appareils répondant à la norme NF EN 13229 ou NF D 35376 de classe 1 (rendement supérieur à 70 %), voire de classe 2 (entre 60 et 70 %), mais pas ceux de classe 3 (de 50 à 60 %) ni de classe 4 (de 30 à 50 %). Le label Flamme verte, facultatif, atteste que l'appareil a un rendement supérieur à 70 %.

Quant aux foyers-chaudières, semblables en apparence à un insert, ils chauffent de l'eau qui alimente ensuite un réseau de radiateurs répartis dans la maison, constituant ainsi un chauffage central. Les contraintes d'installation et d'utilisation sont nombreuses : difficulté de montée en température, puis de régulation, risque de surchauffe, etc. Un couplage avec une chaudière à fioul ou à gaz ou, mieux, des panneaux solaires, une installation géothermique, une pompe à chaleur est souhaitable pour obtenir un confort vraiment satisfaisant.

Mots-clés :

CHAUFFAGE , CHAUFFAGE INDIVIDUEL , CHEMINEE




Outils pratiques :
Formalités et démarches
Papiers à conserver

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier