Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Un chauffe-eau solaire : de l'eau chaude presque gratuite

Un chauffe-eau solaire : de l'eau chaude presque gratuite

Avril 2009
Le Particulier pratique n° 345, article complet.
Auteur : LABEY (Pierre)

Le soleil brille pour tout le monde, même sous nos latitudes. S'en servir pour chauffer l'eau de la maison constitue une excellente opération : de l'énergie gratuite presque toute l'année, et un appoint électrique ou provenant du chauffage central pour les quelques mois insuffisamment ensoleillés. Les pays scandinaves et l'Allemagne nous ont montré le chemin.

Des mesures fiscales incitatives

Le chauffe-eau solaire fait bénéficier son acquéreur d'un crédit d'impôt intéressant, de 50 % en 2009 (limité à 8 000 € pour une personne seule, à 16 000 € pour un couple), sous réserve que le matériel soit certifié CSTBat, Solar Keymark, ou ait reçu une certification européenne équivalente, et qu'il soit intégré dans la construction : sur le toit, le balcon, mais pas dans le jardin.

Seul le prix du matériel est pris en compte, mais la pose doit être effectuée par un professionnel, dont la main-d'œuvre sera facturée avec un taux de TVA réduit à 5,50 %, au lieu de 19,60 %, si la construction date de plus de 2 ans. Mieux vaut que l'entreprise soit agréée Qualisol, car l'organisme qui gère ce cahier des charges, Qualit'EnR (liste des équipements accrédités sur enerplan.asso.fr), a récemment fait le ménage parmi ses affiliés, ne retenant que les artisans vraiment ­expérimentés. Une réelle sélection donc. L'installateur (ou le bureau d'étude avec lequel il travaille, l'essentiel étant qu'il n'y ait qu'un seul interlocuteur et une seule facture) devra fournir au client une étude thermique détaillée en même temps que le devis. La concurrence entre les nombreuses marques a sensiblement fait baisser le prix des matériels, ce qui n'empêche pas certains artisans de surfacturer, l'aubaine du crédit d'impôt venant gommer les aspérités du devis... Le nouvel éco-prêt à taux zéro rend aussi les investisseurs moins regardants, pour un chantier qui revient, en moyenne, à 6 000 €.

Un investissement à long terme

Il suffit de déposer une déclaration de travaux qui, si elle est bien remplie (les entreprises ont l'habitude), est généralement acceptée par la mairie et la direction départementale de l'équipement (DDE) au bout d'un mois (sans réponse), sauf en site classé. Compte tenu des aides fiscales et autres, notamment régionales et départementales (toutes applicables pour une résidence principale), le chauffe-eau solaire individuel (Cesi) est amorti en 6 à 10 ans, alors que sa durée de vie est estimée à 20 ou 25 ans (à 15 ans pour certaines pièces). Il assure 60 à 75 % des besoins en eau chaude sanitaire gratuite, selon le paramétrage de l'installation. Pour en tirer le meilleur parti, voici trois points importants qui doivent retenir votre attention.


Mots-clés :

CHAUFFAGE , CHAUFFE-EAU , EAU CHAUDE SOLAIRE , ENERGIE SOLAIRE




Outils pratiques :
Formalités et démarches
Papiers à conserver

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier