Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Maison individuelle > Restaurer un luminaire

Restaurer un luminaire

Restaurer un luminaire
Décembre 2007
Le Particulier pratique n° 330, article complet.
Auteur : BARRON (Edwige)

Pampilles orphelines, bronzes attaqués ou lampes qui voudraient retrouver une nouvelle énergie, il est rare que la maison ne recèle pas un beau luminaire en souffrance au grenier. Méconnaissance ou crainte d'une facture salée nous poussent souvent à la procrastination. à tort. Car faire toute la lumière n'est pas si laborieux 

L'électrification, le b. a.-ba de la restauration

Au Bazar d'électricité, la plus grande surface spécialisée de Paris, refaire l'électrification d'un luminaire, c'est le quotidien. Deux jeunes femmes “consultent” pour une applique de fer forgé d'un blanc crémeux dénichée aux puces le matin même. Sur une table attend une immense potiche chinoise qui a tout perdu, son fil, son abat-jour pagode... Ces luminaires vont être entièrement remis aux normes, auscultés, recâblés – cordon et douille changés. Le travail coûte de 20 à 40 €, les fournitures valent 10 €. Et encore... ce prix maximal s'applique plutôt à un candélabre tortueux, dans les branches duquel il faudra guider le câble électrique à l'aide d'une chaînette-boule. C'est plus long, comme de supprimer des fils anciens cassés ou collés dans les branches avant d'en enfiler un nouveau. Cela se fait chez tout bon électricien, qui répare aussi les luminaires contemporains, avec, paradoxalement souvent davantage de difficultés, parce qu'il faut changer le transformateur ou le variateur, qui s'avèrent être des pièces chinoises n'ayant pas leur équivalent en France.

Le prix dépend du nombre de branches

Pour les lustres, hollandais, vénitiens ou à pampilles, les choses sont bien balisées. Comptez 30 € pour remplacer les fausses bougies d'un lustre électrifié ou changer une bobèche, le support et le fourreau. Sinon, ici, l'unité de mesure du prix, c'est la branche. à Paris, il vous en coûtera 40 € pour en réélectrifier une, soit 320 € pour un grand lustre à huit branches (sachant que le matériel – câble, douille... – revient déjà à 10 € pour chaque branche). Un prix qui n'est dépassé qu'exceptionnellement, pour les mastodontes de 2 m de diamètre (100 € la branche pour l'électrification complète, y compris la soudure de plaques de métal pour poser les fausses bougies).

Pas de luminaire pimpant sans un abat-jour frais tendu

Pagode, plissé Empire, forme parapluie ou fuseau, comme dans les années 1970, les abat-jour s'achètent en série... quand on trouve la bonne taille (on parle d'une cote). Avec plus de 2 000 références et 50 formes sur le marché, il est pourtant parfois laborieux de dénicher le modèle adapté à une lampe ancienne. Car les cotes vont de cinq en cinq. Si la vôtre est de 42 ou de 53, rien ne va plus. Dans ce cas, le sur-mesure s'impose. Idem si vous voulez faire retendre un abat-jour ancien, si vous désirez un style non académique ou une taille hors normes (9 cm ou 1 m de diamètre). Une situation fréquente, car la vieille règle qui veut que le bon diamètre pour un abat-jour soit égal à la hauteur de la lampe, douille incluse, n'est valable que pour les tout petits formats. Ce service de sur-mesure est offert par les boutiques spécialisées (L'Abat-jour, le Bazar d'électricité...) et les grands magasins.

Les abat-jour de polyphane (un plastique rigide) coûtent évidemment moins cher que ceux qui sont en tissu, drapés puis cousus pli par pli sur la structure métallique. Voir l'ouvrière installer l'étoffe avec des épingles à linge tout autour du cadre métallique permet de comprendre la différence. Ainsi, un abat-jour de polyphane doublé de taffetas revient à 60 € pour un diamètre de 55 cm, alors que son voisin juponné, cousu main, atteindra les 300 €. Le métrage de tissu est important, 7 à 8 m pour une carcasse de 60 cm de diamètre, le temps de travail aussi (un jour et parfois deux sont nécessaires pour réaliser juponnés et plissés).

Galons, soutaches supplémentaires accroissent encore le prix. Comme l'ajout d'une doublure intérieure argentée ou dorée (cela revient à faire deux abat-jour 

). Autre must du sur-mesure, la “vessie de porc”, revêtement traditionnel qui, s'il a l'aspect du parchemin, est, maintenant, du PVC. Comptez 400 € environ pour un modèle de 45 cm de diamètre. D'autres fois, c'est la forme de la carcasse qui alourdit le tarif, tel est le cas des écrans Louis XV en demi-lune par exemple, car ce sont de petites séries.

Pampilles, fleurs ou perles pour redonner du peps à un lustre

Le spécialiste n'est pas toujours indispensable pour remplacer ces accessoires. Vous trouverez des pampilles dans les boutiques spécialisées, depuis 0,30 € les octogones jusqu'à 20 ou 25 € les grandes plaquettes. Vous pouvez aussi acheter vous-même le fil de laiton, les épingles et les œillets pour fixer ces breloques, lesquelles existent en deux qualités : discret cristal de Bohême ou strass de Swarowski, plus clinquant et plus cher (trois fois environ) car il contient davantage de plomb. Là encore, c'est le style du lustre, des girandoles ou des montgolfières qui décidera. Pour un lustre ancien en Murano, vous devrez casser votre tirelire. Commander aux verriers italiens une fleur sur mesure afin de compléter l'objet vénitien revient à 200 ou 300 € pièce.

Faire redorer son flambeau

Pour les interventions sur la partie métallique des très beaux luminaires, il faut s'en remettre à un restaurateur spécialisé. Un lustre en bronze aux branches mal assemblées, un luminaire d'acier des années 1950 attaqué par la rouille exigent le savoir-faire d'un spécialiste du travail des métaux, doté d'un CAP de tourneur sur bronze-ciseleur par exemple. Si le lustre est corrodé, si vernis et dorure sont tombés sous les attaques du temps, la restauration sera chère. De même, s'il manque une petite colombe ou une grappe de raisin en bronze sur un flambeau ou une girandole : il faut faire un moulage en silicone, puis un moule en résine ou en plâtre, le donner au fondeur et ensuite ciseler le décor. Un ­travail d'orfèvre 

Edwige Barron


Mots-clés :

ARTISAN , BRICOLAGE , LAMPE




Outils pratiques :
Formalités et démarches
Papiers à conserver

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier