Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Famille > Résidences services : une formule chère, mais une prestation complète

Résidences services : une formule chère, mais une prestation complète

Juin 2003
Le Particulier n° 966, article complet.

Comme dans les cités U, on y fait l'apprentissage de la vie en collectivité, mais cette fois dans un cadre plus cossu, parfois luxueux. Sécurisant et rassurant pour les parents.

Très en vogue il y a une dizaine d'années, les résidences services destinées aux étudiants ont fait la joie des promoteurs locaux... mais pas toujours des investisseurs. Elles ont essaimé un peu partout, de Bussy-Saint-Georges (en région parisienne) à Chambéry, en passant par Nancy, Nantes, Strasbourg, Toulon ou Toulouse. Pendant longtemps, elles ont contribué à gonfler l'offre de petits logements sur un marché devenu pléthorique. D'autant qu'elles étaient parfois délaissées par les étudiants qui leur reprochaient leur situation géographique un peu excentrée.

De luxueuses prestations.

Toutes les résidences étudiantes fonctionnent sur le même principe. Dans un immeuble d'apparence classique, ont été aménagés plusieurs dizaines de studios indépendants de 20 m2 environ, ainsi que quelques appartements d'une trentaine de mètres carrés. Leurs locataires, en grande majorité composés d'étudiants, n'ont pas de contacts directs avec le propriétaire (privé ou institutionnel), mais uniquement avec un gestionnaire. Ces logements sont proposés meublés (un bureau, des étagères, un fauteuil, un lit, etc.) et disposent d'un coin cuisine équipée (réfrigérateur, plaques chauffantes, voire lave-vaisselle). La plupart de ces résidences comportent de vastes espaces destinés à la communauté (laverie, salle de sports, etc.) et certaines proposent même des services proches de ceux assurés par un établissement hôtelier (fourniture de linge de maison, services de ménage et de petits déjeuners). Les plus luxueuses, généralement conçues par Eurostudiomes, vont encore plus loin. "Outre la traditionnelle salle de sports, nous proposons généralement un espace-club qui comprend notamment un baby-foot et un billard, ainsi qu'une salle de télévision et un solarium. Notre résidence de Poitiers dispose d'un terrain de tennis et celle de Vanves, dans les Hauts-de-Seine, d'une piscine couverte", explique Denis Delobel, directeur commercial d'Eurostudiomes. Dans toutes, la présence d'un gardien et d'un intendant contribue à préserver la qualité de vie des résidents et à séduire les parents. "Je suis rassurée à l'idée de savoir ma fille dans un immeuble gardienné, équipé d'un digicode et d'un Interphone", explique ainsi la mère d'une jeune bachelière.

Des loyers élevés.

Revers de la médaille : les loyers sont aussi "haut de gamme" que les prestations. Il faut prévoir entre 275 € et 300 € par mois charges comprises, dans les "petites" villes universitaires comme Dijon, Poitiers, Rouen ou Saint-Étienne, et de 350 € à 420 € par mois dans les grandes métropoles régionales. À Paris et dans la première couronne, il faut compter au minimum 460 € par mois, sachant que certaines résidences affichent des tarifs dépassant allégrement 600 € par mois. Ces niveaux de prix n'empêchant pas les candidats locataires de se bousculer, mieux vaut prospecter le plus tôt possible. Pour cela, il suffit de se connecter sur le site des organismes gestionnaires (voir encadré) dont certains tiennent une comptabilité régulière des places disponibles. Tout en sachant que pour certaines villes il est déjà trop tard. "Pour nos résidences situées à Paris même, il est préférable d'avoir déposé son dossier en janvier pour la rentrée de septembre", explique Denis Delobel.

L'ALS, l'autre aide au logement.

De rares résidences, appartenant à ce que l'on appelle "le parc social privé", ouvrent droit à l'APL. Les autres, les plus nombreuses, permettent cependant de bénéficier d'une aide spécifique : l'allocation de logement à caractère social (ALS). Distribuée par la CAF, ce coup de pouce d'environ 140 € par mois s'adresse aux étudiants dont les revenus n'excèdent pas 5 500 € par an (4 400 € pour les boursiers).


Mots-clés :

ETUDIANT , JEUNE , LOGEMENT , RESIDENCE DE SERVICES




Outils pratiques :
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

Bannière e-Particulier