Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Savoir utiliser les lampes fluocompactes ...en optimisant leurs capacités

Savoir utiliser les lampes fluocompactes ...en optimisant leurs capacités

Novembre 2008
Le Particulier pratique n° 340, article complet.

La durée de vie des lampes fluorescentes est réduite par les allumages-extinctions fréquents, et surtout rapprochés.

Elles sont donc à proscrire dans un couloir équipé d'une minuterie (sauf certains modèles spécifiques tel celui que nous présentons ci-dessous). On devrait toujours attendre 10 min entre chaque phase d'allumage et d'extinction. Or, elles mettent de 30 secondes à 1 minute et demie pour atteindre leur pleine puissance 

à la limite, il ne faut plus éteindre la lumière en sortant d'une pièce si l'on doit y revenir un quart d'heure plus tard... Les courbes de durée de vie en fonction des fréquences d'allumages et d'extinctions n'ayant pas été établies, les recommandations sont encore floues. On ­commence juste à creuser la question. Il est vrai que ces lampes ont été étudiées dans un usage industriel, très différent des pratiques d'éclairage grand public.

En matière de longévité, il y a, d'ailleurs, plusieurs qualités d'ampoules fluocompactes. Elle s'exprime en “durée de vie”, ­affichée 6 000, 10 000 ou 15 000 h, le prix variant alors de 11 à 25 €. Certaines, moins chères, se limitent à 3 000 h, le triple, néanmoins, d'une ampoule ordinaire.

Une fois établi que vous n'utiliserez ces lampes que pour des phases continues d'allumages (chambre, salon), reste à optimiser leur mise en œuvre afin d'obtenir un résultat lumineux suffisamment esthétique. Plusieurs moyens permettent de contrer soit le manque de brillance, soit la froideur de la lumière.

On remédiera au premier de ces défauts en privilégiant un éclairage indirect vers un mur ou un plafond qui renvoie la lumière (photo p. 53). On peut aussi valoriser l'aspect diffus et tamisé du flux lumineux avec des luminaires en papier ou en tissu (photo ci-contre). L'éclairage ne gagnera pas en brillance, mais donnera du modelé aux volumes.

Une autre astuce consiste à réchauffer la lumière froide en habillant la lampe d'abat-jour jaunes ou roses, en soie, dans le genre boudoir, mais aussi en version très contemporaine (photo ci contre, en haut). Il faut, en tout cas, cacher l'ampoule, que ce soit par un abat-jour ou par la structure des luminaires. Tous les fabricants travaillent en ce sens, et, dans les magasins, de nombreux modèles sont présentés ainsi équipés. Citons, pour le haut de gamme, les marques Dark, Belux, Flos et Artemide, qui proposent lampadaires, appliques, suspensions... intégrant la fluorescence.

Edwige Barron

Mots-clés :

AMPOULE ELECTRIQUE , ECONOMIE D'ENERGIE , LAMPE , LAMPE HALOGENE




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier