Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Bilan : où en est la bibliothèque numérique

Bilan : où en est la bibliothèque numérique

Février 2007
Le Particulier pratique n° 321, article complet.
Auteur : ROUSSILLE (Katia)

D'un côté, les initiatives privées de Google et de Microsoft, numérisant quantité de livres dans un joyeux pêle-mêle ; de l'autre, des projets publics, réfléchis mais lents à voir le jour.

Les grands noms de l'informatique, Google et Microsoft, font leur ­entrée dans le secteur de l'édition littéraire sur le Web. La numérisation et la mise en ligne d'ouvrages sont gratuites pour l'inter­naute, la vente d'espaces publicitaires rémunérant ces sites. Pour alimenter son Live Search Books, riche de dizaines de milliers de titres, Microsoft a développé des partenariats avec des universités et des éditeurs. Le consommateur y trouve des œuvres libres de droits, et d'autres “dont le détenteur des droits a expressément délivré une autorisation écrite”, uniquement en anglais pour l'instant. Sur le service “Google recherche de livres”, on a ­accès, intégralement et gratuitement, à des centaines de milliers de livres libres de droits. Mais s'affichent aussi des extraits de ceux qui ne le sont pas encore, à partir d'un ou de plusieurs mots clés. Pour lire inté­gralement le texte, il faut passer par l'éditeur ou la bibliothèque, et payer. Un procédé largement critiqué par le monde de l'édition en France : “Le nombre infini d'extraits possibles ­selon les requêtes fait que l'intégralité de l'œuvre pourrait être, dans l'absolu, consultée par les internautes, déclare le Syndicat national des éditeurs (SNE). La numérisation et la mise en ligne des œuvres protégées se font sans l'autorisation préalable des éditeurs et des auteurs.”

En annonçant la numérisation de millions d'ouvrages, ces sites font l'effet d'un bulldozer en France. Chez nous, jusqu'ici, seuls les éditeurs spécialisés, souvent en lien avec les ­organismes de recherche ou les ­ministères, ont des sites de diffusion gratuite. Ainsi, www.cairn.info met en ligne des revues de sciences ­humaines ; www.revues.org est une fédération de publications en sciences humaines et sociales ; www.persee.fr, créé par le ministère de l'éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, fait connaître les travaux des chercheurs ­publiés dans diverses revues scientifiques, après l'accord de leurs auteurs.

En ce qui concerne la littérature grand public, seul un fabricant de sites pour biblio­thèques, fort de la numérisation de 32 000 titres, appartenant à 60 éditeurs, propose le téléchargement de romans et d'essais récents sur son site www.numilog.com, moyennant un tarif établi à 70 % du prix de librairie. Un marché discret mais en augmentation de 40 % par an, selon son responsable, qui attend pour prendre son véritable essor la sortie des e-books, ces ­fameux supports électroniques conçus pour lire con­for­tablement sur écran (voir LPP n° 317).

Pour une lecture gratuite des grands classiques de la littérature française libres de droits, www.gallica.bnf.fr, le site de la Bibliothèque nationale de France, reste le leader avec presque 100 000 titres – dont des spécimens rares ou épuisés. à vocation patrimoniale et encyclopédique, il propose des textes, des images et des enregistrements sonores. Les passionnés d'histoire peuvent y consulter, par exemple, tous les numéros des grands quotidiens, de leur création à 1940. Des exemplaires ­annotés de la main de leur auteur sont également disponibles.

Pour véritablement contrer les géants de l'informatique, plusieurs pays européens travaillent à la création d'une bibliothŹque numérique commune qui prendrait en compte à la fois des fonds libres de droits et ceux sous droits mais en respectant la propriété intellectuelle. Ce site, qui comportera une partie du fonds Gallica, verra le jour courant 2007. Il permettra une vraie recherche bibliographique, ce que ne prétendent pas offrir les simples entrepôts numériques privés. Enfin, de son côté, le SNE réfléchit à la création d'un site qui s'appuierait sur l'outil du Cercle de la librairie, Electre.

Katia Roussille


Mots-clés :

BIBLIOTHEQUE , INTERNET




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier