Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Facteurs, pompiers, concierges, éboueurs : c'est la saison des étrennes

Facteurs, pompiers, concierges, éboueurs : c'est la saison des étrennes

Facteurs, pompiers, concierges, éboueurs : c'est la saison des étrennes
Décembre 2003
Le Particulier n° 971, article complet.
Auteur : DESHAYES (Sylvain)

À l'approche des fêtes de fin d'année, le facteur, les pompiers et les éboueurs perpétuent la tradition en sollicitant des étrennes auprès des particuliers. Les gardiens d'immeubles ne sont pas en reste. Faut-il leur en donner ? Et de quel montant ?

Solliciter des étrennes est une démarche personnelle qui n'est régie par aucune législation

Que ce soit par gratitude, par habitude ou parce que nous n'osons pas refuser, nous sommes nombreux à sacrifier à la tradition des étrennes de fin d'année. L'attitude individuelle prime sur toute règle établie, avec cependant quelques tendances générales : les aînés donnent plus facilement que les jeunes ; l'habitude reste bien ancrée dans les communes petites et moyennes, à la campagne, alors que dans les grandes agglomérations, elle se perd parfois. Ainsi, les facteurs avec leurs calendriers de fin d'année se font plus rares. De même que les éboueurs, qui n'ont pas toujours les moyens de loger près des lieux de leurs tournées. Après une journée de travail, beaucoup n'ont plus envie de revenir sur place effectuer une tournée supplémentaire pour les étrennes. Sans compter que, en ville, les nombreux systèmes de protection rendent de plus en plus d'immeubles inaccessibles.

Est-il obligatoire de donner pour les étrennes ?

Aucunement, cette pratique n'a aucune base légale. Il s'agit uniquement, comme tous les corps de métier concernés sont unanimes à le dire, d'une simple coutume. "J'ai toujours connu cela", raconte ainsi Paul Chevallier, responsable syndical à la CFDT et postier depuis 36 ans. Pour la Direction générale des collectivités locales (DGCL) organisme de tutelle des employés municipaux, y compris des éboueurs là où la gestion des déchets est assumée par la commune elle-même, il s'agit d'"une pratique non encadrée au niveau national par un quelconque texte. Il revient aux maires d'intervenir, s'ils le jugent utile". Le maire peut, en effet, encadrer ou interdire cette pratique en tant que représentant de la commune, employeur des éboueurs ou au titre de ses pouvoirs de police municipale. Mais à notre connaissance, aucun maire n'a pris de dispositions en ce sens. Sita et Onyx, les principales entreprises privées de ramassage des ordures, indiquent à mots couverts que les étrennes sont des pratiques individuelles qui ne regardent pas l'entreprise. Même tonalité à La Poste, où l'on souligne que les agents qui se présentent avec leurs calendriers ne le font pas pendant leur service, et agissent donc en leur nom personnel. La préparation des collectes est tout de même tolérée dans les locaux de l'entreprise et La Poste surveille indirectement l'exactitude des informations des calendriers la concernant. Enfin, concernant les concierges et gardiens, cette pratique est très largement tolérée. Alain Shérif, de l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), estime toutefois que "cet usage presque obligatoire qui date du siècle dernier, ne se justifie plus vraiment aujourd'hui. Et ce, depuis que la convention collective des gardiens et concierges, conclue en 1979, a instauré le paiement d'un 13e mois".

Pourquoi donner ?

Parfois, pour marquer sa reconnaissance envers un métier difficile, pénible, voire dangereux. En la matière, la palme revient aux pompiers. Élodie, demeurant à Roissy-en-Brie (77), se souvient ainsi avec émotion de l'arrivée des pompiers qui se sont remarquablement occupés de sa grand-mère souffrante, avant de l'emmener à l'hôpital. "Pas question de ne pas leur donner une enveloppe tous les ans", affirme-t-elle. "Comment ne pas donner quelque chose aux éboueurs, alors qu'ils exercent un métier particulièrement pénible", souligne Jean, de Caen (14) ? Quant aux postiers, la qualité de leur calendrier plaide parfois pour eux (voir encadré). L'autre grande motivation au versement d'étrennes reste la rétribution de services. En milieu rural, le postier qui passe plus d'une fois pour présenter un recommandé, par exemple, est en général bien accueilli. "Tout le monde me donne quelque chose", témoigne Isabelle, postière dans une commune rurale de la Mayenne, qui prend aussi le temps de discuter et de prendre un café dans beaucoup de maisons. Quant aux concierges, certains sont très serviables et accomplissent des tâches en dehors de leurs attributions : prendre soin des fleurs et des animaux familiers pendant les vacances, monter un colis à l'étage, réexpédier le courrier, etc. Dès lors, les étrennes "relèvent avant tout d'une relation personnelle tissée entre le gardien et chacun des résidents d'un immeuble", souligne Alain Shérif. À condition cependant que ces derniers ne se croient pas autorisés, sous prétexte qu'ils donnent des étrennes, à transformer ces services informels en exigences pures et simples, rappelle le Snigic (Syndicat national indépendant des gardiens d'immeubles, concierges et professions connexes).

Pourquoi ne pas donner ?

À l'opposé, certains refusent de donner des étrennes, pour marquer leur mécontentement. Jeannine, de Paris (xxe), ne pardonne pas aux postiers de ne jamais monter à son domicile pour les recommandés. "Il leur suffirait d'appuyer sur l'interphone pour que je leur ouvre la porte de l'immeuble. Au lieu de cela, je dois systématiquement aller à la poste". Dans les immeubles, les occupants réagissent négativement devant l'insistance de certains concierges : apposer une affichette dans le hall pour souhaiter les vœux peut être perçu comme une attention délicate. Mais en coller une deuxième quelques semaines plus tard sous prétexte de "remercier les résidents de l'attention qu'ils ont eu à notre égard" peut avoir un effet dissuasif. Par ailleurs, un gardien d'immeuble perçoit un salaire pour un travail précis. S'il accomplit des tâches supplémentaires au service de la copropriété, il revient au conseil syndical de prévoir une gratification, sous forme d'une prime par exemple. De leur côté, les particuliers sont sollicités par plusieurs corps de métiers qui, tous, essaient de passer les premiers à domicile. Malheur au dernier

La collecte sélective des déchets a d'ailleurs un effet pervers. Ce n'est plus une équipe d'éboueurs qui passe, mais trois : une qui collecte les ordures ménagères, une autre, le verre et la dernière, les papiers. Certaines personnes ne versent pas d'étrennes parce qu'elles estiment que la remise d'une somme d'argent fausse la relation entre les individus. Dans ce cas, la reconnaissance peut s'exprimer autrement, avec un cadeau par exemple. De leur côté, des professionnels ne veulent plus réclamer des étrennes, tel Jacques Heestermans, sapeur-pompier à Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne). "Moi, j'ai un salaire pour travailler. Je sais que si je me présente chez les gens, ils voudront me donner quelque chose, même ceux qui n'ont pas vraiment les moyens. L'enveloppe est déjà prête. Je ne veux pas qu'ils se sentent obligés de le faire", conclut-il.

Combien donner ?

En l'absence de toute réglementation, chacun est libre de donner la somme qu'il estime "juste", selon une équation très personnelle où la nature du service rendu, sa fréquence, les moyens du donateur, la force de la tradition et la qualité des relations entre les personnes interviennent. Albert, qui habite en banlieue parisienne, donne 5 € aux pompiers qu'il n'a pourtant jamais sollicités. Certains particuliers se montrent plus généreux. "Je ne donne jamais moins de 15 € aux éboueurs à qui je dis bonjour tous les matins et qui, à l'occasion, me rendent service en me débarrassant d'objets un peu encombrants", raconte Élodie. Mais, quelle que soit votre évaluation, évitez de donner une somme ridicule (moins de 1 €), ce qui serait plus insultant qu'autre chose. Mieux vaut carrément vous abstenir. Pour les gardiens d'immeuble et concierges, le Snigic souligne que "les étrennes ne sont pas une obole", entendez, leur montant ne doit pas être dérisoire... Le Snigic rappelle incidemment à cet égard "qu'il était d'usage de verser 10 % du loyer". Un chiffre sans fondement légal, et qui date d'une époque lointaine où la profession ne percevait pas de 13e mois. Ici aussi, l'évaluation du service personnel rendu à un locataire ou copropriétaire doit conserver un caractère personnel, en dehors de toute norme.

Où va l'argent des étrennes ?

Facteurs, éboueurs et concierges conservent pour eux ce qui leur est donné. Mais, témoigne Paul Chevallier, "alors que les postiers n'ont pas de 13e mois, les étrennes qu'ils perçoivent n'en représentent pas toujours l'équivalent, loin de là". En effet, chaque facteur achète ses propres calendriers, qu'il doit ensuite écouler. Dans les petites communes, il lui est facile de bien ajuster son stock, et de s'assurer une réelle rentrée d'argent. Dans les grandes villes, certains recueillent un pécule modeste, voire rentrent tout juste dans leurs frais. On peut estimer qu'un facteur reçoit entre 2  et 7 € nets par calendrier (prix d'achat déduit), sachant que sa tournée compte, en moyenne nationale, 340 boîtes aux lettres desservies. Les éboueurs seraient sensiblement logés à la même enseigne. Du côté des pompiers, la moyenne des dons se situe aux environs de 6 €. Cet argent est reversé à l'Amicale de leur centre de secours (association loi 1901). Celle-ci l'utilise à payer l'assurance de pompiers pour les activités extra-professionnelles, le Noël des enfants, le bal annuel, un repas de fin d'année... L'argent sert aussi à des activités sociales, en particulier l'aide aux familles en difficulté. Sylvain Deshayes

 


Mots-clés :

ETRENNES




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier