Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Comprendre les matériaux : le bambou

Comprendre les matériaux : le bambou

Comprendre les matériaux : le bambou
Mai 2008
Le Particulier pratique n° 335, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Vaisselle, corbeilles tressées, chaises longues, meubles, cadres de vélos, parquets, et même maisons, le bambou se glisse progressivement dans notre quotidien. Outre qu'il pousse vite, ce qui en fait un bois rentable, et qu'il est bien dans l'air du temps par son côté naturel, il possède des caractéristiques mécaniques permettant de multiples applications. En parquet, par exemple, sa résistance au poinçonnement est équivalente à celle du chêne. En placage d'ameublement, il apporte une esthétique originale. “Et il reste de nombreuses pistes à explorer : alors qu'il est déjà utilisé comme brise-soleil en façade, certains architectes rêvent de le voir en bardage”, explique Jean-Luc Kouyoumji, chercheur à l'Institut technologique forêt, cellulose, bois-construction, ameublement (FCBA). C'est un matériau qui intéresse également beaucoup les designers. En effet, paradoxalement, de très dur, il peut devenir ductile et se débiter en lamelles extrêmement fines et souples (on parle de pelage), ou encore bouillir et se mouler pour former des objets divers.

Un lamellé-collé résistant pour le parquet

Par son petit diamètre et parce qu'il n'a pas un tronc plein, le bambou n'est pas utilisé en bois massif. Mais la technique du lamellé-collé permet d'en faire des lames de parquet très dures. Pour cela, les tronçons de bambou sont débités en lamelles de 20 mm de large, 2 m de long et 5 mm d'épaisseur. Rabotées sur les quatre faces, ces lamelles reçoivent un traitement thermique et anti­fongique, sont étuvées si l'on veut en changer la couleur, puis enduites de colle et compilées sous une presse. Dans ce produit brut lamellé-collé, on découpe une rainure-languette : la lame de parquet est prête à être vernie.

Pelé et déroulé pour un placage de meuble

Pour obtenir un placage en bambou, très décoratif en ameublement, on doit débiter plus finement la cane et utiliser un support en contreplaqué. On procède soit par pelage, soit par déroulage. La première technique consiste à tresser à la main des lanières très minces (2 cm de large sur environ 0,30 mm d'épaisseur) et très souples. Avec la seconde, la plante est déroulée, exactement comme si elle passait dans un taille-crayon, après avoir été traitée thermiquement pour la rendre plus ductile (elle peut alors être facilement déformée sans se rompre). Dans les deux cas, l'effet est vraiment esthétique.

Bouilli et moulé pour un façonnage d'objets

Le bambou peut aussi être débité en fibres extrêmement fines. Celles-ci (bouillies, et étuvées si l'on souhaite en modifier la couleur) sont enduites de colle et passent sous une presse. Le matériau obtenu est moulé en boîtes, saladiers, vases...

Les petits copeaux, après un passage dans un broyeur, un défibreur et un raffineur, servent à fabriquer de la pâte à papier.


Mots-clés :

EAU , EQUIPEMENT DOMESTIQUE , MATERIAU DE CONSTRUCTION , MEUBLE , PARQUET , POLLUTION




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier