Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Bilan : les biocarburants sont-ils des carburants bio ?

Bilan : les biocarburants sont-ils des carburants bio ?

Septembre 2007
Le Particulier pratique n° 327, article complet.
Auteur : ROUSSILLE (Katia)

S'ils réduisent les gaz à effet de serre, les biocarburants ne sont pas neutres pour l'environnement, ne serait-ce qu'à cause des engrais nécessaires à leur production.

Miser sur les biocarburants pour restreindre les émissions de CO2 n'est pas si simple. En Europe, le but est d'en incorporer 5,75 % dans les carburants fossiles en 2008. Grâce à cela, on atteindrait 10 % de l'objectif global de réduction fixé par le plan Climat de 2004, soit une diminution des émissions à effet de serre de 72,30 millions de tonnes équivalent CO2, et une baisse d'importation de pétrole de 3 millions de tonnes. En 2020, la part des biocarburants devrait être portée à 10 %. Mais, pour l'instant, la production de ces carburants dits de “première génération” est en concurrence directe avec celle des denrées alimentaires...

Le 4 juillet dernier, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) présentaient une étude annonçant l'augmentation des prix agricoles au niveau mondial. “Des volumes importants de maïs aux états-Unis, de blé et de colza dans l'Union européenne et de sucre au Brésil seront employés pour obtenir de l'éthanol et du biodiesel, entraînant une hausse du prix de ces produits, mais aussi de celui des produits animaux, compte tenu de la hausse du coût des aliments du bétail.” En Europe, les quantités d'oléagineux (colza principalement destiné à fournir du biodiesel) devraient passer de 10 à 21 millions de tonnes. En France, le ministère de l'Agriculture estime qu'il faudra affecter 2 millions d'hectares (contre 410 000 ha en 2005) à ces cultures, soit 10 % des terres labourables, pour obtenir annuellement les 3,2 millions de tonnes de carburants qui permettraient d'atteindre l'objectif fixé en 2008. La production d'éthanol et de biodiesel est encouragée par la Politique agricole commune (PAC) : autorisation de la culture des plantes dont ils sont tirés sur les terres en jachère (en France, 275 000 ha), et versement d'une allocation de 45 € à l'hectare aux agriculteurs qui y consacrent d'autres surfaces.

Le rendement de ces biocarburants n'est pas excellent. Un hectare de colza cultivé pour fournir du carburant produit 1,37 tonne d'équivalent pétrole, mais comme il faut en déduire 0,5 tonne consommée pour la fabrication des engrais, le gazole du tracteur, la transformation des graines en huile... son vrai rendement est de 0,87 tonne. Il est de 0,76 tonne pour la betterave, et de 0,40 tonne pour le blé. On attend donc la seconde génération de biocarburants, qui résulteront de la fermentation de déchets alimentaires, de bois ou de produits de culture (paille), et nécessiteront, par conséquent, moins de surface cultivée...

Katia Roussille


Mots-clés :

AUTOMOBILE , CARBURANT , ENERGIE RENOUVELABLE , POLLUTION




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier