Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Internet haut débit : tenez compte des services associés

Internet haut débit : tenez compte des services associés

Novembre 2004
Le Particulier n° 982, article complet.

Tarifs et débits variables : tout dépend de la localisation de votre domicile et du fournisseur d'accès auquel vous vous adressez

Avant d'envisager l'ADSL, vérifiez si vous y avez techniquement accès. Le plus simple est de vous adresser à votre agence France Télécom, ou de consulter le site www.francetelecom.fr, rubrique "tout sur l'ADSL". L'opérateur s'est engagé à desservir 90 % de la population métropolitaine d'ici à fin 2004. Toutefois, même dans une commune en principe desservie, jusqu'à 5 % d'abonnés peuvent ne pas en bénéficier, car la qualité technique de leur ligne est insuffisante ou qu'ils sont trop loin (à plus de 5 km environ) du répartiteur France Télécom qui les dessert.

Le dégroupage au service de la concurrence.

Si votre ligne téléphonique est compatible avec l'ADSL, vous pouvez souscrire un abonnement auprès de Wanadoo, filiale de France Télécom ; d'un concurrent, comme Free, AOL, Club Internet ; ou de l'un des opérateurs de téléphone qui proposent aussi de l'accès à Internet, tels 9Telecom ou Cegetel. Toutefois, avant de choisir l'un d'eux, vérifiez auprès de lui si vous êtes dans une zone où il peut dégrouper votre ligne. Le fournisseur d'accès Internet (FAI) pourra alors raccorder votre ligne directement, pour l'ADSL, à son propre réseau. Ce qui lui permettra de vous proposer des débits plus importants en dégroupé qu'en non dégroupé, des tarifs souvent plus bas, et un accès élargi aux services complémentaires, téléphone et télévision. En revanche, le dégroupage total (voir p. 86) ne vous procurera pas un débit plus élevé ni un accès Internet moins cher.

Déterminez le type d'offre qui vous convient le mieux.

Les débits les plus faibles proposés (512 kb/s ou 1Mb/s) suffisent pour des utilisations comme l'envoi et la réception de photos numériques, ou des recherches approfondies de documents. En revanche, pour télécharger de la musique de façon plus ou moins intensive (notamment sur les sites de téléchargement payant et légal), ou pour jouer en ligne, un débit de 2 Mb/s sera plus confortable. Les débits les plus élevés, jusqu'à 6Mb/s, se justifient surtout pour une utilisation simultanée Internet et télévision. Les débits ainsi annoncés sont cependant des maximums théoriques, aucun FAI ne s'engageant dessus. Le débit réel dont vous disposerez dépend en effet de nombreux facteurs, dont la distance à laquelle vous vous trouvez du répartiteur France Télécom. Côté tarifs, les plus attractifs, environ 15 €/mois, comportent l'obligation de présélectionner (voir p. 87) l'opérateur de téléphone qui les propose. Aussi, assurez-vous que ce choix correspond à vos habitudes de consommation téléphonique. Cela dit, ces opérateurs permettent, moyennant un tarif plus élevé – en général de 5 €/mois –, de ne s'abonner qu'à l'accès Internet, sans présélection. à l'inverse, prenez aussi en compte les services proposés avec l'accès Internet, même si l'ADSL vous intéresse essentiellement pour cette utilisation. Surtout quand ces services sont offerts sans supplément, notamment la téphonie.

Prendre en compte les faux frais et autres mauvaises surprises des FAI.

À l'abonnement mensuel s'ajoutent des dépenses sur lesquelles les FAI sont plus discrets. Ainsi, profiter des services annexes à l'accès à Internet nécessite de s'équiper d'un modem spécifique au FAI (les modems ADSL standard ne conviennent pas). Comptez, à l'achat, 30 € chez Cegetel et 49,90 € chez AOL. La location, imposée par d'autres FAI, tel 9Télecom, revient plus cher au bout de 1 ou 2 ans (seul Free prête gratuitement le modem). Autre surprise désagréable, les tarifs très compétitifs mis en avant par certains FAI ne s'appliquent que les premiers mois d'abonnement, puis augmentent (voir ci-dessous). Par ailleurs, si la majorité des offres ne comportent aucun engagement minimal de durée, Club Internet réclame toutefois un engagement de 12 mois ; Free ne demande aucun engagement, mais facture, en cas de résiliation, 96 € de frais, moins 3 € par mois d'abonnement. Compte tenu de tous ces critères, les offres les plus intéressantes du moment nous semblent être celle de Free, pour des débits élevés, ou celle de Télé2.

Mots-clés :

NO INDEX




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier