Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Netbook ou ultraportable : des ordis vraiment nomades ?

Netbook ou ultraportable : des ordis vraiment nomades ?

Avril 2009
Le Particulier pratique n° 345, article complet.
Auteur : LABEY (Pierre)

Le netbook... conçu pour consulter Internet en déplacement, en se connectant dans les free zones wi-fi ou partout avec une clé 3G, est l'objet à la mode, mais la miniaturisation n'est pas sans défaut. L'ultraportable... doté d'un écran et d'un clavier plus grands, d'une connectique plus développée, fait presque jeu égal avec le portable classique 15 pouces, mais quel revers à la médaille ?

“Surfez où vous voulez”, c'est le slogan des netbooks, ces mini-ordinateurs portables dédiés à Internet qui sortent des rayons informatiques des grandes surfaces spécialisées pour être commercialisés également dans les boutiques de téléphonie mobile. Ils y sont vendus à prix cassés (1 € pour les plus simples à écran de 7 pouces), sous réserve de s'abonner à un opérateur (Orange, SFR, Bouygues Telecom ou Numericable), ou avec une réduction substantielle pour les plus complets (199 € au lieu de 399 € pour l'Asus Eee PC 901 de 8,9 pouces, que nous avons testé dans LPP n° 340). Mais ces offres sont à rapporter au prix de l'abonnement, qui monte très rapidement à 30 €/mois si l'on veut vraiment surfer en mode illimité. Les ultraportables, eux, sont une version miniaturisée des portables : dotés d'un écran de 12 ou 13 pouces, ils s'avèrent beaucoup plus faciles à transporter que les 15 pouces classiques, qui constituent la majorité des ventes, et sont souvent plus abordables du fait de la concurrence. Certains fabricants ne suivent pas le courant : Sony a mis sur le marché le netbook Vaio plus cher que son ultraportable. Le MacBook 13 pouces d'Apple n'a pas de déclinaison en netbook, la firme n'étant pas convaincue que la tendance se maintiendra. Un manque que des “accros” ont comblé en craquant le code qui restreint l'installation de Mac OS X à un Mac afin d'adapter ce système d'exploitation à des netbooks. C'est évidemment illégal... mais expliqué sur le Web 

Pour argumenter notre match entre ces deux formules de miniaturisation, nous avons comparé un échantillon de deux netbooks emblématiques (le Samsung Mini Notebook NC10 et le Compaq Mini 700, tous deux des 10 pouces) et de deux ultraportables particulièrement réussis (le Samsung X360 XI0V 9300 et le HP Pavilion dv3650, des 13,3 pouces).

Encombrement

Les netbooks sont conçus pour être moins encombrants et plus légers que les ultraportables. Certes, mais au prix d'un écran plus petit et, comme nous allons le voir, de nombreuses lacunes. La petitesse de l'écran lasse vite dès qu'il s'agit de saisir un long texte ou de surfer plusieurs heures. Et il faut s'habituer – en tapant lentement 

– aux touches du clavier, plus serrées que celles d'un modèle normal. Le poids (avec batterie) des netbooks, de 1 à 1,30 kg, reste cependant à peine inférieur à celui d'un ultraportable. Le Samsung X360, par exemple, dépasse tout juste 1,30 kg et le HP Pavilion pèse 1,87 kg. Dans un sac ou une sacoche, cela ne fait pas une grosse différence.

Autonomie

Concernant les netbooks, pour peu que l'on économise l'énergie (coupure systématique dès qu'on ne les utilise pas, téléchargements pas trop lourds), les Samsung NC 10 et Compaq tiennent 2 à 4 h. Cependant, pas question de leur relier un lecteur de DVD externe : la batterie s'épuiserait rapidement, et il faudrait installer un logiciel de lecture. Les ultraportables sont mieux lotis en batterie, mais consomment plus : leurs logiciels sont plus riches en couleurs, leur plus grand écran affiche davantage de points, donc plus de détails... Comptez 2 à 3 h, moins pour un film.

Performances

Les netbooks intègrent généralement un processeur Intel Atom, spécialement conçu pour consommer peu et chauffer moins. Sur les ultraportables, c'est un Intel Core 2 Duo, dont les performances de calcul sont 3 ou 4 fois supérieures.

D'autre part, la mémoire vive, qui contribue aussi beaucoup aux performances, est limitée à 1 Go sur les netbooks. Les ultraportables ont une mémoire extensible de 1 à 4 Go pour le Samsung X360, de 4 à 8 Go pour le HP Pavilion dv3650.

Stockage

La mémoire de masse des netbooks peut être une simple carte mémoire flash, comme nous l'avons vu avec l'Asus. Ici, ils ont un vrai disque dur : 60 Go pour le Compaq, ce qui, aujourd'hui, peut paraître bien peu ; plus confortablement, 160 Go pour le Samsung NC10. Les ultraportables sont bien équipés (120 Go pour le Samsung X360, 250 Go pour le HP dv3650). La capacité du disque dur est intéressante si l'on veut y stocker ses photos ou ses vidéos.

Graveur DVD

Évidemment absent des netbooks, ce compo­sant (externe et raccordable via une prise USB pour le Samsung X360, interne pour le HP dv3650) permet non seulement de sauvegarder des données sur CD, DVD et DVD double couche, mais aussi de se servir de l'ordinateur comme lecteur de CD audio ou de DVD vidéo, à l'arrière de la voiture, en train ou en avion. Le HP est compatible avec davantage de formats de disques (DVD enregistrable et réenregistrable) que le Samsung.

Logiciels

Sur les netbooks, on trouve Windows XP et Office (Word, Excel, Outlook...) allégés. Bref, du connu pour les possesseurs de PC. Quelques modèles admettent le gratuit Linus et Open Office, sans que cela soit préjudiciable, car la compatibilité se fait lorsque, par exemple, on transfère un texte sur un autre ordinateur sous Windows ou Mac OS X.

Les deux ultraportables sont sous Windows Vista, qui est plus performant. Malheureusement, Windows Office n'est pas fourni. En revanche, il y a tout pour traiter photos, musique et vidéos, graver des DVD, bien gérer l'ordinateur en réseau, sauvegarder le disque dur... Et surtout, pour les amateurs, ils disposent d'une carte graphique qui permet d'installer des jeux (certains fournis avec le HP).

Equipement

Les quatre appareils que nous avons testés possèdent une webcam (caméra intégrée pour discuter de visu avec vos interlocuteurs via Internet). La définition est assez basse (1,3 Mpixel), mais cela suffit pour afficher un visage à l'écran. Tous disposent, évidemment, d'une carte wi-fi pour surfer gratuitement dans les free zones ou avec votre box ADSL à la maison, en l'absence d'une clé 3G. Ils ont une prise Ethernet pour se raccorder à une box ADSL ou à un autre ordinateur.

Quant aux prises USB (2.0), elles sont moins nombreuses sur les netbooks (2 sur le Compaq). Mieux, les deux ultraportables de ce test ont une prise HDMI, qui autorise leur branchement à un téléviseur haute définition. Enfin, les lecteurs de cartes mémoire (d'appareils photo numériques, par exemple) sont réservés aux cartes SD sur le Compaq, SD et SDHC sur le Samsung NC10. Ils sont beaucoup plus polyvalents sur les ultraportables : 5 en 1 sur le HP, et 7 en 1 sur le Samsung X360. Tout dépend de vos besoins ; la carte SD est très répandue, mais si vous avez un appareil photo Fuji ou Sony, il vous faudra un lecteur externe sur le netbook.

Prix

L'avantage va aux netbooks, qui coûtent moins de 500 €, 399 € même pour les deux modèles testés. Les ultraportables sont nettement plus onéreux, 999 € pour le HP Pavilion dv3650, 1 399 € pour le Samsung X360. Quand on sait que les prix des portables avec écran de 15,4 pouces ­commencent à 499 €, hors promotion, cela fait cher la miniaturisation.

Pierre Labeÿ


Mots-clés :

INFORMATIQUE , ORDINATEUR , ORDINATEUR PORTABLE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier