Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Maison individuelle > La rénovation d'un parquet ancien

La rénovation d'un parquet ancien

La rénovation d'un parquet ancien
Mai 2007
Le Particulier pratique n° 324, article complet.
Auteur : BARRON (Edwige)

Facilité d'entretien oblige, la vitrification a depuis longtemps supplanté la cire sur nos parquets anciens. Une finition commode, mais pas éternelle.

Tous les quinze ans environ, il faut poncer, ­remettre le plancher à nu et refaire toute l'opération. Si dans les années 1970 on ne jurait que par le vernis brillant, actuellement, la beauté ­naturelle du bois est privilégiée : le bois huilé occupe largement les ­pages des magazines de ­décoration et s'impose sur les sols des musées contemporains. Certains opposent la brillance du vernis à l'aspect mat d'un parquet huilé. à tort, car les vernis mats ont maintenant un rendu plus proche des finitions huilées que de la vitrification traditionnelle. Mais les différences ne sont pas seulement esthétiques, elles concernent aussi l'entretien...

Avant de choisir la finition, pensez à l'entretien

Au moment de faire ­appel au parqueteur ou à l'entreprise de vitrification, le client doit trancher la question : quelle finition choisir ? Car si un parquet huilé présente un aspect doux, soyeux, naturel, très agréable par exemple dans une salle de bains, où l'on marche pieds nus, il exige plus de soins que le parquet vernis. A contrario, régulièrement entretenu, il est... quasi éternel, ­selon Vincent Lepais, de la société Blanchon, le fabricant français de vernis haut de gamme. C'est donc très en amont que vous devez vous livrer à un arbitrage et ­arrêter votre choix : soit un nettoyage contraignant, mais une protection presque inaltérable ; soit un simple coup de chiffon humide, mais au bout du compte un ponçage total tous les dix à quinze ans en moyenne. Une fois la décision prise, il ne vous reste plus qu'à vous adresser à ­l'homme de l'art.

Une même gamme de prix pour les deux techniques

Pour ce qui est du devis, c'est du pareil au même. La vitrification d'un parquet coûte, en moyenne, entre 20 et 24 €/m2, avec des écarts allant de 18 à 30-35 €. Dans la tranche haute, le travail peut être peaufiné, avec, par exemple, un lustrage supplémentaire avant de vitrifier, intéressant pour les très beaux parquets (Parquets déco dans le 8e arrondissement à Paris). La finition huilée est au même prix – avec des variations de plus ou moins 10 % environ. Bien que l'huile revienne moins cher à l'achat que le vernis, son ­application peut demander plus de travail selon la technique adoptée, ce qui explique que les tarifs se valent. Il faut savoir que l'étape précédente, le ponçage, est absolument la même pour les deux procédés.

Le ponçage, la clé d'une rénovation ­réussie

“C'est essentiellement de la qualité du ponçage que dépend le fini”, explique Vincent Lepais. Un ponçage à blanc en bonne et due forme demande trois passages avec du papier de verre de grains différents (36/60/100), c'est-à-dire un égrainage, un ponçage moyen, puis un fin. Ensuite, le polissage à la monobrosse rotative couche la fibre du bois, une opération essentielle pour obtenir un beau rendu. Le gros décapage élimine 2 mm au maximum, un seul en général. Un vrai professionnel utilise une machine qui pèse entre 80 et 90 kg. Un monstre très difficile à conduire, et qui vous creuse une cuvette en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. C'est à cela aussi que vous reconnaîtrez les vrais pros, les autres maniant du matériel grand ­public – celui que l'on trouve chez les loueurs – , deux fois moins lourd.

L'artisan peut alors entreprendre la finition. La vitrification crée une protection très robuste, qui résiste à l'usure mais pas aux ­talons aiguilles ni aux pieds de chaises non protégés. Gare aussi aux rayures et aux brûlures de cigarettes, irréparables

Trois couches de vernis sont nécessaires, dont une sous-couche (ou un fond dur). ­Assurez-vous que le produit utilisé est sans odeur et ­qu'il répond aux exigences environnementales (NF Environnement). Les meilleurs sont de marques Blanchon et Bona. S'il ­s'agit d'huiler un parquet, on aura une application en deux couches, sur le même fond dur, puis un lustrage à la monobrosse ou au chiffon en ­coton. Le parquet s'entretient ensuite avec un savon spécial chaque semaine, et doit être huilé de nouveau tous les six mois (surtout les deux premières ­années, le temps que le bois soit bien imprégné) ; dans les zones de fort passage, il faudra remettre de l'huile à l'aide d'un vaporisateur. Sans cette ­rigueur, il vire à la catastrophe...

Edwige Barron


Mots-clés :

BRICOLAGE , DEVIS , PARQUET , REVETEMENT DE SOL




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier