Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Concurrence sur le téléphone : aubaine ou casse-tête ?

Concurrence sur le téléphone : aubaine ou casse-tête ?

Concurrence sur le téléphone : aubaine ou casse-tête ?
Mars 2002
Le Particulier n° 952, article complet.
Auteur : GERY (Yves)

Les appels locaux sont désormais mis en concurrence, comme les communications nationales et internationales. Mais pour faire réellement baisser sa facture, il faut savoir jongler avec les biais de facturation inventés par les opérateurs.

Depuis le 1er janvier 2002, vous pouvez présélectionner un autre opérateur que France Télécom pour acheminer — et facturer – toutes vos communications locales, comme vous pouviez déjà le faire pour les appels nationaux et internationaux. Un pas important a ainsi été franchi dans l'ouverture à la concurrence du téléphone fixe. Car, pour les appels locaux, il n'était jusqu'à présent possible d'utiliser les services d'opérateurs comme Cegetel, 9 Télécom ou Tele 2 qu'au prix d'une manipulation compliquée. Désormais, vous pouvez effectuer ce choix une fois pour toutes, en signant avec l'opérateur de votre choix un "mandat de présélection". Il se chargera alors de traiter tous vos appels, sans que vous changiez vos habitudes de numérotation. Vous devrez toutefois conserver votre abonnement à France Télécom qui, pour quelque temps encore, est le seul opérateur à traiter les appels vers les services d'urgence (le 15, le 18...), et vers les numéros commençant par 08 (numéros vert, indigo ou azur, services Minitel ou Audiotel, fournisseur d'accès à Internet...).

Si avant le 1er janvier 2002 vous aviez déjà présélectionné un opérateur pour vos appels nationaux et internationaux, vos appels locaux passeront également par lui. Vous avez d'ailleurs dû en être informé par cet opérateur, qui devait vous proposer de renoncer à votre présélection ou de l'étendre. En effet, il est techniquement impossible, pour l'instant, de limiter la présélection automatique à certains appels. Fin 2001, 2,8 millions des 34 millions d'abonnés au téléphone fixe avaient déjà présélectionné un opérateur autre que France Télécom. Cegetel et 9 Télécom ont étendu cette présélection aux appels locaux dès le début de janvier. Le basculement s'effectuera progressivement jusqu'à fin avril pour les clients de Tele 2.

La présélection n'est pas le seul moyen de faire jouer la concurrence.

Vous pouvez aussi sélectionner votre opérateur à chaque appel, même si vous en avez présélectionné un autre. Il faut vous abonner (c'est gratuit) auprès de l'opérateur que vous voulez sélectionner et, pour faire passer un appel par lui, composer son préfixe à la place du 0 placé au début du numéro : 4 pour Tele 2, 7 pour Cegetel, 9 pour 9 Télécom, et, dans certaines régions, 2 pour Dirland ou Onetel. Si l'opérateur ne dispose pas de préfixe à 1 chiffre, il faut composer son code à 4 chiffres (1618 pour Dirland, 1645 pour 3 U), puis les 10 chiffres de votre correspondant. De même, si après avoir présélectionné un opérateur, vous voulez faire passer un appel par France Télécom, composez le 8 à la place du 0 en début de numéro. Vous recevrez périodiquement une facture des opérateurs auxquels vous êtes abonné, pour les appels qu'ils auront traités.

Le plus délicat : déterminer l'opérateur le moins cher.

Chaque opérateur propose les meilleurs tarifs sur une destination, une heure et une durée d'appel spécifiques : "La complexité de l'offre tarifaire empêche toute comparaison valable, à tel point que nous avons renoncé à éditer une brochure d'information sur les prix des communications", déplore l'Association de défense et d'information des consommateurs (Adeic). Un avis partagé par Bernard Dupré, de l'association française des usagers du téléphone (Afutt) : "Il est plus que jamais difficile, voire impossible, de comparer les tarifs des opérateurs, parce que de nombreux paramètres qui déterminent le prix des communications – tels que le crédit temps, le palier de facturation, les horaires et le périmètre des communications locales – diffèrent d'un opérateur à l'autre."

Une jungle de zones tarifaires et de tarifs réduits.

Ainsi, les appels locaux correspondent aux communications acheminées à

l'intérieur du département, et les appels nationaux aux autres... sauf pour France Télécom et Cegetel. Ces opérateur ont gardé leur propre découpage, qui ne coïncide pas avec celui des départements (souvent de taille inférieure, les zones locales de France Télécom sont indiquées dans ses annuaires par départements).

Les plages d'heures creuses à tarif réduit varient aussi. Ainsi, en semaine, France Télécom les fait commencer à 19 heures, sauf pour les appels vers les mobiles (21 h 30). Certains opérateurs appliquent les mêmes horaires que France Télécom, d'autres jouent la simplification avec un tarif unique (plus d'heures creuses ni pleines). C'est le cas de Cegetel pour la plupart des communications... sauf celles à destination de quelques rares pays étrangers et des mobiles. Le "crédit temps" est la durée minimale facturée par l'opérateur pour un appel, quelle qu'en soit la durée réelle : selon les opérateurs ou les plages horaires, il peut varier de 20 secondes à 3 minutes. Enfin, si les principaux opérateurs décomptent la durée des communications à la seconde près, d'autres appliquent un "pas de facturation" allant jusqu'à 1 minute, ce qui majore indirectement le prix des appels, toute tranche commencée étant facturée.

La méthode de comparaison des prix des opérateurs.

Elle consiste à appliquer les paramètres de facturation de chaque opérateur à des appels de durées différentes, en heures pleines et en heures creuses (voir pp. 74 et 75 pour les communications locales, et p. 77 pour les communications nationales). La comparaison montre que, schématiquement, pour les communications locales, si vous téléphonez longtemps et plutôt dans la journée, vous avez intérêt à passer par un concurrent de France Télécom. En revanche, l'opérateur historique reste bien placé pour les communications très courtes. À noter que, pour contrer ses concurrents, France Télécom propose depuis peu 4 forfaits de communications locales, sans crédit temps (chaque communication, même très brève, est décomptée pour sa durée réelle), valables en heures pleines comme en heures creuses. Ils vont de 3 heures pour 5,78 Ä par mois à 20 heures pour 36,26 Ä par mois (soit, par minute de communication, de 0,032 Ä à 0,030 Ä selon les forfaits). Au-delà de ces durées, les appels locaux sont facturés au prix habituel.

Les écarts de prix en national et en international demeurent importants.

La concurrence instaurée depuis 1998 a permis aux nouveaux entrants de prendre le tiers du marché à France Télécom. De petits opérateurs comme 3 U ou Dirland Telecom continuent à casser les prix et les grands affichent des écarts de tarifs substantiels. Si vos appels longue distance sont facturés trop cher, faites jouer la concurrence en sélectionnant votre opérateur à chaque appel.

En réaction à la concurrence sur les appels nationaux et internationaux, France Télécom propose Option plus : moyennant un abonnement plus cher de 1,50 Ä par mois, le client bénéficie du tarif à la minute présenté comme "le plus avantageux" de France Télécom pour toutes les destinations d'appel et depuis les fixes vers les mobiles. Ces offres améliorent la position de France Télécom, mais compliquent encore les comparaisons. Et le plus avantageux chez l'opérateur historique ne veut pas dire le moins cher du marché.

Sur les appels internationaux, les prix varient du simple au triple.

Comparatel conseille fortement de comparer les tarifs pays par pays, et non par zones (Europe, Asie...), car ces dernières ne recouvrent pas forcément les mêmes pays selon les opérateurs. La plupart des opérateurs proposent toutefois un prix unique vers les pays d'Europe proches et vers l'Amérique du Nord (États-Unis et Canada).

Les écarts de tarif pour les appels vers un pays donné peuvent être importants, mais aucun opérateur n'est systématiquement le moins cher (voir nos deux exemples p.77). Pour les DOM TOM, France Télécom reste la meilleure offre. Sur deux simulations effectuées par Comparatel, il distance même nettement ses concurrents : une communication de 4' 33” vers la Martinique en soirée coûtait fin janvier 0,795 Ä avec l'option d'abonnement Primaliste de France Télécom (25 % de remise sur les appels vers 6 numéros), contre 1,022 Ä avec l'opérateur concurrent le moins cher, OneTel. Même en intégrant le coût de l'option Primaliste (1,5 Ä par mois), l'offre de France Télécom reste la meilleure au-delà d'un faible volume de communications mensuel. De même, vers le Maroc, le soir, pour une communication de durée identique, Primaliste offre le meilleur tarif. Enfin, sur d'autres destinations, comme l'Asie ou le Moyen Orient, les cartes prépayées peuvent être intéressantes du point de vue des tarifs, mais elles sont moins commodes à utiliser (il faut à chaque fois taper une kyrielle de chiffres préalablement au numéro du correspondant).

Ce n'est pas sur le tarif des appels vers un portable

qu'il faut choisir son opérateur. La fourchette est en effet assez serrée et se caractérise par "un beau tarif à la minute pour séduire les consommateurs, accompagné toutefois d'un gros crédit temps", indique Comparatel. Or, la majorité des appels d'un téléphone fixe vers un mobile étant de courte durée, leur coût est lesté par ce crédit temps. Un exemple édifiant : Cegetel affiche 0,13 €/mn en heures creuses, mais avec un crédit temps de 0,274 € pour les 20 premières secondes. Autrement dit, vous payez le prix de 2 minutes pour 20 secondes. Moins chers, les autres concurrents de France Télécom ne parviennent pas non plus à battre ce dernier. En fait, le plus économique pour appeler un téléphone mobile est souvent de le joindre à partir d'un autre portable, si vous en avez un avec forfait, de préférence à votre téléphone fixe.

Il n'existe pas d'opérateur moins cher pour tous les types de communications.

Présélectionner un opérateur ne garantit donc pas l'optimisation totale de votre facture de téléphone, certains appels pouvant en effet coûter moins cher en passant par un de ses concurrents. Vous avez toutefois intérêt à analyser vos factures des derniers mois, pour déterminer quels types d'appels représentent la majeure partie de vos dépenses. En fonction des résultats de nos comparaisons, vous serez mieux à même de savoir quel opérateur présélectionner, ou s'il est préférable de sélectionner appel par appel un opérateur plutôt qu'un autre.

Cette démarche a néanmoins ses limites, car, avant d'effectuer un appel, si vous connaissez évidemment sa destination et l'heure à laquelle vous l'effectuez, vous ne savez pas précisément quelle sera sa durée. Or, pour être certain de choisir chaque fois le meilleur opérateur, il faudrait aussi tenir compte de ce facteur. Si vous avez accès à Internet, vous pourrez cependant affiner les comparaisons, car plusieurs sites permettent d'obtenir un classement des opérateurs, du moins cher au plus cher, pour d'autres cas concrets de communications (destination, durée, heure d'appel) que ceux figurant dans nos tableaux. Et les tarifs sont régulièrement mis à jour en fonction des offres tarifaires des opérateurs. En revanche, ce n'est pas le cas des petits logiciels à télécharger sur ces sites, qui proposent de choisir l'opérateur le moins cher pour vos communications.

En cas de présélection, vos communications locales ne passent plus par France Télécom.

Tenez-en compte si vous avez par ailleurs un forfait de communications locales France Télécom : il ne vous servira plus, à moins de composer le 8 au lieu du 0 avant chaque appel local. Vous pourriez donc avoir intérêt à résilier ce forfait. Autre conseil pratique : enregistrez les numéros que vous appelez souvent dans la mémoire de votre téléphone avec le préfixe de l'opérateur par lequel il est le plus avantageux de passer (s'il ne s'agit pas de France Télécom ou de votre opérateur présélectionné), ce qui vous évitera d'oublier ce préfixe. Vous pouvez aussi, mais c'est moins élégant, afficher des pense-bêtes près de votre téléphone.

La concurrence acharnée entre les opérateurs peut être préjudiciable.

Par exemple, vous vous abonnez auprès d'un opérateur pour pouvoir faire jouer la concurrence appel par appel, mais celui-ci vous fait signer à votre insu un mandat de présélection. Dans un premier temps, vous ne vous rendez compte de rien et continuez à faire le 0, croyant que vos appels passent par votre opérateur habituel, et ce n'est qu'en recevant les factures des différents opérateurs que vous découvrez le pot aux roses. "Les cas sont assez nombreux, essentiellement avec 9 Télécom, qui sous-traite son marketing à des intermédiaires, et Tele 2", précise Bernard Dupré (Afutt). Ces deux opérateurs ont fait savoir qu'ils allaient y mettre bon ordre. Néanmoins, lisez très attentivement les documents qu'on vous propose de signer, et exigez qu'il soit mis fin immédiatement à toute présélection abusive. Il peut aussi arriver que vous annuliez votre présélection – vous en avez le droit à tout moment – mais que l'opérateur n'en tienne pas compte, ou mette un ou deux mois avant de s'exécuter. D'autres plaintes reçues par des associations d'usagers et par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) portent sur des doubles facturations : vous quittez France Télécom en présélectionnant un autre opérateur, mais certaines communications vous sont ensuite facturées par France Télécom et par votre nouvel opérateur. Même si le phénomène est encore ponctuel, soyez vigilant quand vous changez d'opérateur. Enfin, dénonce l'Afutt, "nous avons eu connaissance de cas, constatés par huissier, où le système de facturation de l'opérateur ne décomptait pas le nombre exact de secondes, ce qui relève de la fraude pure et simple". La DGCCRF fait état de "très peu de plaintes" à ce sujet, mais elle n'exclut pas pour autant cette pratique, qui concernerait plus particulièrement les cartes prépayées. La DGCCRF s'apprête d'ailleurs à lancer une enquête sur les équipements de facturation des opérateurs de téléphonie.

Yves Géry

Mots-clés :

FACTURE , TELEPHONE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier