Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Animaux de compagnie : un commerce "souvent indigne"

Animaux de compagnie : un commerce "souvent indigne"

Animaux de compagnie : un commerce "souvent indigne"
Avril 2002
Le Particulier n° 953, article complet.

Dans son récent rapport parlementaire sur le commerce d'animaux d'agrément en France, Geneviève Perrin-Gaillard, députée des Deux-Sèvres, met en lumière des pratiques "souvent indignes" : transport dans des conditions sordides, ventes trompeuses par petites annonces, importations frauduleuses avec la complicité de vétérinaires payés pour donner une nouvelle identité à l'animal, vols au profit de laboratoires et de restaurants, négoce de peaux pour fabriquer des peluches pour enfants ou des manteaux...

Les importations illégales de chats et de chiots en plein essor.

Cette enquête signale, notamment, la forte augmentation, depuis 5 ans, des importations de chats et de chiots en provenance, le plus souvent, d'Europe de l'Est, via la Belgique ou la Hollande. Chaque année, environ 100 000 chiots non vaccinés entreraient ainsi en France, provenant de pays touchés par la rage, et plus généralement, des bêtes "trop jeunes, malades et que leur fragilité voue à une mort prématurée". Jugeant "défaillante" l'action des pouvoirs publics, la députée a émis dix propositions, dont la création d'un Institut de l'animal de compagnie, des modifications du code pénal et l'interdiction du commerce de peaux de chiens et chats.

Des précautions indispensables avant d'acheter un animal.

Ce rapport – qui n'est pas le premier – n'a pas surpris l'Association nationale contre le trafic des animaux de compagnie (Antac, BP 243, 47006 Agen Cedex). Pour l'achat d'un chiot, l'association conseille, en particulier, de privilégier un élevage de petite taille et ayant peu de races. S'il est bien tenu, si l'éleveur semble aimer ses bêtes et recourt à un vétérinaire local, c'est un bon début. Chez un éleveur ou un particulier, pour éviter toute surprise, demandez à voir les parents du chiot. Enfin, en animalerie ou en élevage, exigez les papiers du chiot qui, selon la loi, doit être tatoué et vacciné. Ne vous engagez pas si des documents manquent, et refusez qu'ils vous soient envoyés après la vente, conclut l'association. À noter enfin que deux enseignes d'animaleries, 1 000 Amis (citée en exemple dans le rapport) et Animalis, se sont engagées, il y a un an, dans une démarche de "commerce éthique", visant notamment à acheter des chiots surtout français, qui seront transportés et élevés dans des conditions "respectueuses du vivant".


Mots-clés :

ANIMAL FAMILIER




Outils pratiques :
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier