Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Accès à Internet : le câble et l'ADSL sont-ils faits pour vous ?

Accès à Internet : le câble et l'ADSL sont-ils faits pour vous ?

Accès à Internet : le câble et l'ADSL sont-ils faits pour vous ?
Novembre 2002
Le Particulier n° 959, article complet.
Auteur : DESHAYES (Sylvain)

Forfait ou connexion illimitée ? Câble, ADSL ou connexion classique ? Les abonnés ont le choix entre de nombreuses formules à tarifs et débits variables. Tout dépend de l'usage et du confort de navigation que recherchent les internautes.

Définissez les besoins de chacun pour choisir la formule la plus adaptée à votre foyer L'Internet "illimité pour 19,99 €", "le haut débit à 39 €", "pack modem ADSL gratuit

"... pas de doute, les fournisseurs d'accès Internet (FAI) se livrent une bataille commerciale acharnée pour inciter les internautes à choisir l'une de leurs offres. En effet, pour accéder à Internet, les particuliers n'ont pas le choix : ils doivent obligatoirement passer par un FAI. Difficile de s'y retrouver parmi les offres, toutes plus alléchantes les unes que les autres.

Deux critères de choix à définir en priorité : le débit et le temps de connexion.

Le premier critère, le débit de la connexion proposée, détermine la quantité de données transmises par seconde. Le bas débit est celui délivré, via la prise de téléphone, par l'intermédiaire d'un modem classique (accès dit RTC, voir lexique p. 72), au maximum 56 Kb/s. À l'opposé, le haut débit, délivré par le câble et l'ADSL, peut atteindre 512 Kb/s, voire 1 024 Kb/s, pour les offres les plus chères. La simple navigation sur des sites Internet et l'échange de mails (courriers électroniques) deviennent alors beaucoup plus confortables (plus besoin d'attendre indéfiniment l'affichage d'une page ou la réception d'un e-mail), sans parler du téléchargement de musique, d'images fixes ou vidéo, et des jeux en réseau sur Internet. Télécharger un morceau de musique de taille moyenne prend environ 1 minute avec le haut débit contre environ 10 minutes en RTC.

Le second critère de choix est le temps de connexion. Soit l'utilisateur souscrit un forfait mensuel qui comprend un nombre d'heures préalablement défini ; cette solution n'est proposée que sur le bas débit. Soit il opte pour une durée de connexion illimitée, en bas débit ou en haut débit. Aujourd'hui, sur les 8 millions de ménages qui disposent d'un accès à Internet, seuls 880 000 ont une connexion par l'ADSL ou le câble.

Le câble et l'ADSL proposent de nouvelles formules de débit moyen très abordables.

Il y a peu encore, l'accès par le câble ou l'ADSL était synonyme de haut débit et de durée illimitée, pour environ 45 € par mois. Désormais, l'internaute peut opter pour un débit moins élevé, quoique supérieur à celui de l'accès RTC, avec un tarif attractif. En région parisienne, ainsi qu'à Toulon, Noos propose ainsi quatre débits différents sur le câble : 64 Kb/s pour 19 € par mois, 128 Kb/s à 29 €, 512 Kb/s à 39 € et le très rapide à 1 024 Kb/s à 79 €. NC Numéricâble, sur une partie des réseaux câblés qu'il exploite, fait également des offres différenciées.

En ADSL, les accès à débit intermédiaire sont aussi apparus, depuis une décision de l'Autorité de régulation des télécommunications (ART, avis n° 02-594 du 18.7.02) rendant possible une baisse des tarifs qui, auparavant, étaient tributaires de France Télécom. Tiscali, Club-Internet ou Wanadoo, entre autres, se concurrencent notamment sur une offre d'abonnement à durée illimitée et à 128 Kb/s, pour des prix de l'ordre de 30 €/mois.

Autre avantage d'une connexion à Internet par le câble ou l'ADSL : contrairement à une connexion par le RTC, elle laisse libre la ligne de téléphone. Une liaison par câble emprunte en effet un réseau différent. Quant à une connexion ADSL, elle passe par la ligne téléphonique, mais n'empêche pas le passage simultané d'une communication téléphonique. Cet atout peut, à lui seul, enlever la décision en faveur du câble ou de l'ADSL, surtout dans les foyers où parents et enfants font un usage intensif tant du téléphone que d'Internet.

Le câble s'adresse à une minorité de foyers.

Il est réservé aux internautes qui habitent une ville dotée d'un réseau câblé de télévision, qui de surcroît donne accès à Internet – l'Association française des opérateurs multiservices (Aform, voir Contacts p. 77) vous indiquera si votre logement est raccordable. Par ailleurs, sur le câble, on n'a pas le choix de son fournisseur d'accès : il s'agit obligatoirement du câblo-opérateur exploitant le réseau, sauf sur les réseaux exploités par NC Numéricâble, où les internautes ont le choix entre les offres NC Internet et celles d'AOL. Sur le plan technique, l'Internet par le câble est installé par un technicien qui vient à domicile et effectue lui-même les différents réglages. De plus, en cas de panne importante, il se déplacera à nouveau.

Pour l'accès à l'ADSL, il faut disposer d'un abonnement au téléphone fixe.

Les personnes qui ont renoncé à une ligne fixe au profit du téléphone mobile – jeunes étudiants ou usagers qui se déplacent beaucoup, par exemple – et qui veulent accéder à Internet par l'ADSL, devront donc ajouter un abonnement à France Télécom, soit 13 € par mois, à leur budget Internet. L'accès à l'ADSL suppose aussi que France Télécom ait procédé à une mise à niveau technique de son réseau. Selon l'opérateur public, fin 2002, 74 % des foyers français pourront accéder à l'ADSL, dans la quasi-totalité des villes de plus de 10 000 habitants. Une partie des 15 % restants y aura accès ultérieurement, mais, pour des raisons techniques, cet accès restera impossible pour quelques centaines de milliers d'abonnés, résidant en zone rurale. Pour savoir si vous avez accès à l'ADSL, selon votre lieu de résidence, le plus simple est de poser la question à un fournisseur d'accès qui propose des offres ADSL (AOL, Club-Internet, Free, Tiscali ou Wanadoo), ou encore de consulter le site www.netissimo.tm.fr. Mais à la différence du câble, si vous avez accès à l'ADSL, vous avez le choix entre tous les fournisseurs proposant ce type de connexion. Auparavant un peu compliquée à installer chez soi, une connexion par l'ADSL est devenue assez simple. Le fournisseur vous procurera (ou vous pouvez l'obtenir directement auprès d'un distributeur, grande surface ou boutique spécialisée) un "pack" comprenant un modem ADSL, les câbles de branchement, des filtres à poser sur les prises de la ligne téléphonique auxquelles un téléphone est relié (ces filtres assurent la séparation entre les communications ADSL et téléphoniques), et enfin un CD-Rom avec les logiciels nécessaires. Vous insérez ensuite le CD-Rom dans votre ordinateur, qui vous guide pas à pas. Néanmoins, à la différence du câble, en cas de problème ultérieur, votre FAI ne vous enverra pas de technicien, il vous renverra vers le vendeur du modem, celui de l'ordinateur, ou vers France Télécom.

Câble ou ADSL, quelle est la meilleure solution ?

La question se pose pour les internautes qui veulent du moyen ou haut débit (128 Kb/s ou 512 Kb/s) et ont accès à ces deux modes de connexion. D'un point de vue technique, les deux se valent. Leurs performances sont comparables, sachant qu'en pratique elles dépendent aussi du nombre d'internautes qui, dans un même secteur et au même instant, sollicitent le réseau ou encore de la qualité des installations dans votre quartier (voir plus bas). Par contre, câble et ADSL se différencient sur le plan des tarifs.

Les tarifs des haut et moyen débits.

La concurrence féroce que se livrent les fournisseurs d'accès amène en effet à des changements fréquents. Concernant les offres à 512 Kb/s, le câble semble plus attractif : Câble Wanadoo (36,45 €), Noos (39 €) ou NC Numéricâble (40 €). Mieux : les abonnés à la télévision par câble bénéficient d'une réduction pour leur abonnement Internet. Elle est de 4 à 8 €/mois selon la formule chez Noos, et de 5 € chez NC Numéricâble. Par contre, pour certaines offres – en particulier celles de Câble Wanadoo ou de Chello – au forfait peut s'ajouter une somme qui dépend du volume de données émises par l'internaute à partir de son ordinateur (en revanche, les quantités reçues par l'internaute n'interviennent pas). Cela concerne essentiellement les amateurs de jeux en réseau, qui émettent beaucoup de données. Les données qui partent de l'ordinateur (upload) sont ainsi facturées par Câble Wanadoo 2 € les 100 Mo (mégaoctets) par mois au-delà de 1 Go (gigaoctet). Avant de s'abonner, il faut donc se faire préciser s'il existe une limite et le tarif en cas de dépassement.

Les forfaits ADSL ne comportent pas de facturation de "l'upload", mais ils sont plus chers, avec un prix de 45 € environ par mois pour 512 Kb/s, à l'exception notable de Free, à 29,99 €/mois. Pour le moyen débit (128 Kb/s), les nouveaux tarifs mensuels de l'ADSL, de 30 € environ, semblent à égalité avec ceux des câblo-opérateurs qui proposent déjà ce débit (par exemple, Noos à 29 €).

La comparaison des tarifs câble/ADSL doit aussi porter sur les frais d'installation et/ou de mise en service de l'accès à Internet. Ils s'élèvent le plus souvent entre 50 et 65 € (49,50 € chez Tiscali et 64 € chez AOL et Club-Internet, par exemple, pour les offres ADSL), mais peuvent être réduits dans le cadre d'offres promotionnelles avec, en contrepartie, l'obligation de s'abonner pour une durée minimum, de 12 mois en général. Autre dépense initiale à prévoir, l'achat d'un modem câble ou ADSL. Les câblo-opérateurs offrent le choix entre la location et l'achat, cette seconde solution étant le plus souvent préférable en terme de rentabilité : Noos loue, par exemple, le modem 10 € par mois et le vend 90 €, l'achat étant ainsi amorti en 9 mois. Ces tarifs sont respectivement de 10 €/mois et 150 € chez NC Numéricâble, et de 13,50 €/mois et 200 € pour Wanadoo Câble. Il faut également parfois prévoir pour l'ordinateur une carte Ethernet d'environ 30 €.

Du côté de l'ADSL, le modem ou le pack dans lequel il est inclus peut coûter jusqu'à 150 €, mais la concurrence entre les fournisseurs d'accès Internet pousse certains à l'offrir totalement (Club-Internet et AOL notamment) ou partiellement, en échange d'une durée minimale d'abonnement. Là encore, Free se distingue, en mettant gratuitement à disposition de l'abonné un modem ADSL, et en prenant en charge les frais de mise en service, sans durée minimale d'abonnement. Enfin, certains câblo-opérateurs ou FAI ADSL prévoient également de facturer en fin d'abonnement des frais de déconnexion : ils s'élèvent à 40 € chez Noos, par exemple. Quant à Free, le fournisseur précise que "ces frais de résiliation ne pourront dépasser 99 €", sans plus de précision

Une connexion classique reste satisfaisante pour des internautes occasionnels.

Avec une connexion RTC bas débit, via une prise de téléphone, la navigation est plus lente et la ligne de téléphone est occupée durant les connexions. Mais, pour consulter son courrier de temps en temps, et surfer quelques heures par mois, le câble et l'ADSL ne s'imposent pas. Les forfaits à moins de 10 € pour 10 heures par mois restent tout à fait indiqués, ainsi que, pour les internautes novices qui n'ont pas encore d'idée précise de leur future consommation, ou pour ceux qui veulent tester un nouveau FAI, les formules dites sans engagement. Les connexions y sont facturées à la durée, directement sur la facture de téléphone. Le prix d'une heure de connexion est alors de 1,29 €, voire moins en recourant à des options tarifaires de France Télécom telles que Primaliste.

En revanche, si vous êtes aujourd'hui un internaute assidu, sollicitant une durée de connexion moyenne de 30 à 50 heures par mois, l'ADSL ou le câble moyen débit deviennent très intéressants. En effet, les forfaits d'accès RTC pour de telles durées, ou de durée illimitée, coûtent généralement de 20 à 25 € par mois, soit guère moins cher qu'une connexion par câble ou ADSL avec un débit deux fois plus élevé (128 Kb/s au lieu de 56 Kb/s).

Toutefois, si vous habitez dans une région où vous n'avez accès ni au câble ni à l'ADSL, le forfait proposé par Free donnant droit pour 14,98 € à 50 heures de connexion (0,02 €/mn au-delà) offre le meilleur rapport prix/durée. Rares sont, en effet, ceux qui passent beaucoup plus de 50 heures par mois sur Internet, et pour qui un abonnement illimité serait meilleur marché.

Les autres critères qui peuvent faire la différence.

La rapidité, le confort, ou encore un tarif imbattable peuvent faire pencher la décision vers tel type de connexion et de FAI. Toutefois, pour le câble, l'emplacement de la prise dans le logement et les éventuels frais pour en faire installer une nouvelle doivent être pris en compte. Autre point important : si votre foyer est équipé de plusieurs ordinateurs, vous pouvez utiliser un accès RTC avec n'importe lequel de ces ordinateurs, pourvu qu'il soit équipé d'un modem et d'une prise téléphonique à proximité. En revanche, en optant pour le câble ou l'ADSL, vous ne pourrez en principe utiliser votre accès qu'avec un seul de ces ordinateurs, à moins de les mettre en réseau, ce qui implique des frais supplémentaires.

Dans un registre différent, qui concerne aussi bien les accès câble, ADSL ou RTC, AOL est le seul FAI à proposer un logiciel de contrôle parental couplé à son navigateur, un réel atout pour éviter que des enfants surfant seuls sur Internet ne consultent des sites indésirables. Avec les autres FAI, il faut s'équiper d'un logiciel ad hoc, il en existe plusieurs. Mais vous pouvez aussi télécharger le logiciel gratuit disponible sur le site de l'Association des fournisseurs d'accès (AFA, voir Contacts, ci-dessous).

Par ailleurs, Club-Internet est le seul à proposer avec ses abonnements RTC le report de minutes non consommées d'un mois sur l'autre, ou encore un service client privilégié par téléphone (options facturées 1,50 €/mois chacune).

Le nombre d'adresses e-mail mises à disposition peut aussi avoir une importance (si, par exemple, chaque membre de la famille veut en avoir une, voire plusieurs) : aucun FAI n'en propose moins de 5, mais certains, comme Free ou Club-Internet, en proposent un nombre illimité.

Enfin, il est appréciable, pour un accès câble ou ADSL proposant plusieurs niveaux de débit, de pouvoir passer de l'un à l'autre, en fonction de ses besoins (par exemple, en prenant le haut débit les seuls mois où l'on prévoit de nombreux téléchargements). Toutes les offres actuelles comportent cette option gratuite, mais c'est un point qui sera à vérifier sur les offres à venir. En RTC, tous les fournisseurs permettent de changer de forfait d'un mois sur l'autre, sauf pour les abonnements à durée illimitée.

Mesurer la qualité des connexions.

La qualité de service des fournisseurs, pour le câble comme pour l'ADSL et le RTC, ne permet pas de les départager a priori. Les débits qu'ils annoncent ne sont qu'un maximum, et aucun fournisseur ne s'engage à ce qu'ils soient respectés en permanence. Il peut donc arriver qu'à certains moments le haut débit ne soit pas plus rapide qu'une connexion RTC, ou qu'une connexion RTC se révèle d'une lenteur exaspérante. Néanmoins, avant de choisir, vous pouvez consulter plusieurs fois le site www.grenouille.com, où la qualité des connexions des différents FAI est évaluée par les internautes, à des heures et des jours différents. Une fois votre abonnement souscrit, si vous doutez de la qualité de votre connexion, rendez-vous sur l'un des sites qui proposent des testeurs, tels que www.lescreeneur.net (cliquez sur "test de connexion") et http://bw.sdv.fr. Selon les résultats de votre test, vous pourrez alors solliciter votre fournisseur : même s'il n'a pas pris d'engagements précis à votre égard, il est tenu, par la nature même du contrat qui vous lie, de vous assurer un accès correct, sinon toujours optimal.

Enfin, le talon d'Achille des fournisseurs reste leur "hot line", ou service client par téléphone. Il est régulièrement embouteillé aux heures où les internautes sont chez eux et ont un besoin urgent d'assistance, et le coût des appels est élevé (le plus souvent 0,34 €/mn, facturés même pendant le temps passé à attendre une réponse). Tout se complique pour l'internaute qui utilise un accès RTC. En effet, lorsque son ordinateur est connecté et occupe donc sa ligne téléphonique, il ne peut joindre la hot line que depuis son téléphone portable, s'il en a un. Et, étant donné qu'il s'agit d'un numéro qui commence par 08, l'appel est alors surtaxé et décompté hors forfait de téléphone.

Sylvain Deshayes


Mots-clés :

CABLE , FOURNISSEUR D'ACCES A INTERNET , INTERNET




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier