Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Vendre son or : les circuits de rachat comparés

Vendre son or : les circuits de rachat comparés

Vendre son or : les circuits de rachat comparés
Janvier 2006
Le Particulier pratique n° 309, article complet.
Auteur : SARGIS (Marise)

Les circuits de rachat comparés : sortez l'or de vos tiroirs ! Bijoutiers, buralistes, comptoirs de change et fondeurs vous le rachètent au poids. Les règles pour savoir comment négocier et faire jouer la concurrence.

Vieux bijoux cassés, bracelets de montre, dents, couronnes, mais aussi napoléons ont une valeur au poids dans la catégorie “or de casse”. Et, bonne nouvelle pour les vendeurs, les cours ont grimpé de 40 % depuis l'année dernière, sous la pression conjuguée des fonds de pension américains et des investisseurs du Moyen-Orient. Les “collecteurs”, comme on les appelle dans la profession, ne manquent pas sur le pavé. A éplucher les petites annonces en période de Noël, ils sont nombreux à proposer de racheter vos précieux grammes. Chaque année au moment des fêtes, les particuliers affluent avec leurs bijoux cassés afin de regarnir leur portefeuille. “En décembre, nous réalisons la moitié de notre chiffre d'affaires en rachat d'or, alors que le reste du temps cela représente un quart”, confirme un comptoir de change. “Attention à la vente à la sauvette et aux petites annonces dans les journaux, qui peuvent se terminer en agression. Rien ne vaut une boutique ayant pignon sur rue”, prêche-t-on à l'Emeraude, bijouterie du quartier Opéra à Paris.

Portes blindées

Fondeurs, bijoutiers, comptoirs de change, et même aujourd'hui un réseau de buralistes (en cours d'agrément) constituent les quatre circuits ouverts aux particuliers pour le rachat d'or. Mais suivant leur position dans la filière du recyclage de ce matériau, leurs tarifs diffèrent.

Fondeurs.

Cette profession, qui comprend seulement une dizaine de membres en France, regroupés au sein d'une chambre syndicale, demeure peu connue du grand public. En revanche, tous les autres circuits qui rachètent les métaux précieux passent ensuite par eux pour écouler leur stock. En s'adressant directement aux fondeurs, on évite donc les intermédiaires. Ils travaillent le vieil or et l'affinent. Le jeu consiste à séparer l'or fin des alliages de nickel, d'argent ou de cuivre.

Un grand soin est apporté au tri avant la fonte. “Il faut veiller à séparer les pièces de l'or dentaire et des bijoux, qui ne présentent pas la même teneur en or fin, et aussi en vérifier l'état parce qu'il peut comporter des impuretés”, détaille le responsable bijouterie de la Chambre syndicale des fondeurs affineurs. Le nouvel or est proposé sous divers formats, lingot, lingotin, fil, tube, voire fermoir et petite puce pour boucle d'oreille, qui seront revendus aux fabricants de bijoux.

Cookson Métaux précieux fait partie des quelques fondeurs français à avoir créé son réseau de collecte. La société dispose de trois agences (Paris, Marseille, Lyon) et d'un site Internet www.cookson-clal.com qui affiche les tarifs pratiqués, des prix fermes mais toujours intéressants puisque sans intermédiaire.

Bijoutiers.

Le réseau de collecte le plus étendu est celui des 7 100 bijoutiers affiliés à la Fédération nationale de l'horlogerie, bijouterie, joaillerie, orfèvrerie. De par leur profession ils rachètent usuellement le vieil or de leur clientèle à titre de geste commercial. Ils sauront vous conseiller si vous hésitez entre revendre un bijou en l'état dans une salle des ventes spécialisées (certains font aussi dépôt-vente) et le revendre au poids, ou encore le faire transformer. Sachez qu'ils gardent toujours une marge de négociation pour leurs clients selon la quantité d'or qu'ils leur confient.

Comptoirs de change et numismates.

En petit nombre, les comptoirs du quartier de la Bourse à Paris rachètent aussi les bijoux, pièces, lingots, le platine... derrière de grosses vitres blindées. N'hésitez pas à négocier.

Buralistes.

Depuis l'an dernier, une société strasbourgeoise Valeurs précieuses et or (VPO), spécialisée dans le débouché dentaire, fait appel aux buralistes pour la récupération de métaux précieux. Près de 3 % de ces professionnels y participent, que l'on trouve essentiellement dans l'Est de la France, des grandes villes comme Lyon, Marseille, Valence, Montauban, le Nord, et bientôt la région parisienne. Ils sont formés et équipés du nécessaire pour reconnaître le bon or du faux, mais ils appliquent un tarif fixe de rachat, non lié aux variations du cours, et qui s'avère en ce moment assez défavorable.

Cours de Londres

Vers midi, chaque jour tombe le nouveau cours du lingot d'or fin à la Bourse de Londres, haut lieu de la cotation de l'or en Europe depuis que ce marché a été fermé à Paris le 16 septembre 2004. Pour avoir un ordre de grandeur, il faut bien comprendre que le cours de rachat de l'or 750/1 000 (18 carats) se fixe sur une base de 75 % du prix de l'or en bourse tel qu'il est coté à Londres. Celui de l'or 585/1 000 (14 carats) est basé sur 58 % du cours de l'or. Et pour l'or 333/1 000 (9 carats), aux alentours de 33 %.

Tout dépend ensuite des marges que prennent les différents intermédiaires. En décembre, le prix de rachat du 18 carats variait entre 5 et 7 € le gramme chez les bijoutiers et dans les comptoirs de change (davantage selon les volumes), alors que le lingot d'or fin cotait 13 750 €/kg. Les fondeurs, qui suivent plus scrupuleusement la cote et prennent moins de marge, appliquaient un meilleur tarif mais fixe, 7, 56 €/kg. Chez Cookson Métaux précieux, par exemple, le tarif réservé aux particuliers est affiché en toute transparence à côté de celui des professionnels, toujours mieux rémunérés compte tenu de leurs volumes. Enfin, les buralistes du réseau VPO fixaient un tarif absolument dissuasif : 3,60 € le gramme d'or 18 carats 

Il faut savoir que les prix de rachat annoncés sont hors taxes. Le comptoir qui vous rachète vos grammes prélève ensuite 8 % de taxes pour le Trésor public. Au minimum, compte tenu des multiples frais, un professionnel ne reprend pas un objet qui pèse moins de 5 g d'or. Une petite chaîne ou une alliance à revendre seule ne passe donc pas la barre.

Marise Sargis

Mots-clés :

BIJOU , PLACEMENT AURIFERE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier