Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Cinq boîtes de tomates farcies en surgelé ou au rayon frais

Cinq boîtes de tomates farcies en surgelé ou au rayon frais

Mars 2006
Le Particulier pratique n° 311, article complet.
Auteur : ROUSSILLE (Katia)

Les tomates farcies ne se laissent pas facilement domestiquer par les industriels. La tomate est fragile.

Chez soi, on cuisine des tomates farcies en été quand on trouve sur le marché ces beaux fruits côtelés à chair épaisse et ferme qui, une fois évidés, serviront de contenant à la farce de chair à saucisse relevée d'herbes aromatiques sur laquelle on ajoute de la chapelure. Une recette simple, mais qui nécessite de bons produits et une longue cuisson. Il faut que les tomates dégorgent lentement et que l'ensemble mijote longtemps de manière à ce que les saveurs des deux ingrédients se mêlent harmonieusement. Nous avons donc cherché dans les magasins cette recette en plat tout prêt, à mettre au four en dépannage. Il en existe peu. Deux en version surgelée et deux cuisinés avec du riz (rayon frais), avec en plus un gratin surgelé appelé Façon Tomates Farcies par Maggi.

Seuls les surgelés de Picard et Charal sont de grosses tomates chapeautées, gonflées d'une farce débordante. Ces deux marques se retrouvent ici en concurrence, avec des recettes assez proches et un fort succès pour chacune (12 % des ventes de plats avec préparation à la viande). La tomate se tient parfaitement, même au sortir du four, elle n'est pas du tout flétrie. Et c'est là un exploit quand on considère la quantité de jus qu'elle contient.

Contraintes maximales

De fait, la fragilité de la tomate constitue la principale difficulté pour les industriels. Il faut qu'elle soit cueillie au bon moment, ni trop verte ni trop mûre, et immédiatement traitée sur la chaîne de production, car elle va continuer à mûrir, même détachée de son plant. Une fois vide, elle doit rester assez ferme pour ne pas risquer de se fendiller, voire d'éclater en deux, après avoir été remplie de farce. La mise en boîte des quatre tomates s'effectue manuellement, avec des emballages conçus pour qu'elles demeurent bien calées dans leur barquette. La farce est précuite avant d'être placée à l'intérieur de chacune d'elles, à la main toujours, et le tout est congelé rapidement.

La farce est à base de porc pour Charal, de porc et de dinde pour Picard, qui ajoute aussi de la mie de pain, d'où ce fondant noté par les dégustateurs. La cuisson au four est longue, de l'ordre de quarante-cinq minutes. Bien sûr, on peut les passer au micro-ondes, mais les fabricants ne le recommandent pas.

Un plat complet

Au rayon frais des plats cuisinés, les tomates farcies sont beaucoup plus petites et accompagnées de riz. Une possibilité qu'autorise la cuisson plus rapide de ces préparations à conserver au réfrigérateur pendant trois semaines, et à faire réchauffer en quelques minutes.

Avec Fleury Michon, les six tomates se tiennent bien et leur pulpe garde un goût de “frais”. Pour Marie, la consistance et la saveur se rapprochent un peu trop de la tomate cuite en conserve. La farce est également travaillée, un mixte de viandes blanches, veau en priorité, puis porc et dinde. Le riz est sans surprise, parfumé chez les deux industriels. Sa présence dans ces plats complets hausse le taux de glucides de la tomate farcie classique, un élément que les deux marques mettent en avant arguant de “nutrition” pour l'un, “d'équilibre” pour l'autre.

K.R.

Mots-clés :

ALIMENTATION , PLAT CUISINE , TOMATE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier