Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Guide d'achat : réfrigérateurs - congélateurs

Guide d'achat : réfrigérateurs - congélateurs

Guide d'achat : réfrigérateurs - congélateurs
Juillet-Août 2006
Le Particulier pratique n° 315, article complet.
Auteur : BIRON (Véronique)

Les appareils de froid font tellement partie de la maison qu'on en exige des proues­ses sans leur accorder grande attention. Bien sûr, au moment du choix, les dimensions de l'appareil et votre budget restent des critères incon­tournables. Cela dit, à volume égal, ce sont vos ­habitudes de vie qui vous guideront.

Selon que vous êtes un adepte des surgelés, un forcené de la congélation maison ou un ­accro du marché quotidien, vous le préférerez avec un petit, un moyen ou un très gros congélateur.

Les modèles “deux portes” sont dotés d'une partie congélateur indépendante, de taille moyenne (50-70 l), située ­­au-dessus d'un réfrigérateur bien dimensionné (150 à 300 l). Ils conviennent à ceux qui conservent des plats surgelés mais congèlent peu de produits frais.

Les “combinés” sont des appareils à deux portes dont le compartiment congélateur (à partir de 80 l) se trouve sous le réfrigérateur, ce qui permet de faire des réserves de surgelés, de congeler régulièrement des produits frais, mais réduit d'autant la partie réfrigérateur.

Enfin, les modèles side by side, inspirés des réfrigérateurs dits “américains” qui ­en­trent également dans cette catégorie, ont le congélateur d'un côté et le réfrigérateur de l'autre. Ils sont d'une taille imposante, mais offrent une grande capacité de stockage et des aménagements intérieurs très bien conçus.

Toutefois, avant de choisir un modèle, il est judicieux de se pencher aussi sur les technologies employées et sur la qualité du froid produit, deux éléments qui ­dé­terminent le confort d'utilisation.

Un appareil à froid ventilé permet d'échapper au dégivrage

En optant pour la technologie du froid ventilé, dit aussi no frost, vous évitez la formation de givre et vous vous épargnez le dé­gi­vrage du congélateur. Autres avantages : une très bonne conservation des aliments (froid sec, homogène, variation minime + ou – 0,5 °C) et un rétablissement du froid très rapide dans l'enceinte après chaque ouverture de la porte. Par ailleurs, les emballages des produits ne collent pas entre eux, les étiquettes restent parfaitement lisibles, et l'absence de givre améliore le rendement de l'appareil, permettant ainsi un entretien minimal.

Il est préférable que le froid ventilé ne soit intégré qu'au congélateur

Beaucoup de modèles étendent cette technologie à l'ensemble de l'appareil, ce qui a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. En ­effet, le froid ventilé garantissant une température homogène dans l'enceinte, vous n'avez pas à vous préoccuper de la répartition de vos aliments dans le réfrigérateur, mais ce système manque un peu de subtilité puisque tous les produits sont soumis à la même température. Pour mieux conserver le fromage, par exemple, il faut le protéger en le plaçant dans une boîte. De même, les légumes, le beurre ou les œufs seront mis à ­l'abri dans les espaces qui leur sont consacrés... En fait, ce sont toutes les denrées qu'il s'agit de préserver, car le no frost dessèche les aliments beaucoup plus que ne le ferait un froid classique.

Un compartiment 0-3 °C permet de conserver plus longtemps les denrées fraîches

Un compartiment spécifique 0-3 °C est utile pour les produits dits de quatrième gamme (salades en sachet, carottes ­râpées...) et de cinquième gamme (plats cuisinés sous vide). Mais bon nombre d'appareils disposant de cette zone 0-3 °C fonc­tionnent avec du froid ventilé. Ils n'ont alors aucun réglage d'hygrométrie. Au mieux, ils apportent 10 à 20 % d'humidité en plus, dus à l'enfermement des aliments. Or, viande, volaille ou poisson n'ont pas les mêmes besoins d'humidité. Brandt, avec sa colonne de froid brassé Multiflow, assure de maintenir de l'humidité mais toujours sans réglage très précis. Car, pour cela, il faut dédier une sonde indépendante à ce compartiment, ce qui ­revient cher. Liebherr, marque phare du froid, a ainsi développé un procédé très abouti sur plusieurs de ses modèles. Il ­s'agit d'une zone Bio Fresh à 0-1 °C. Largement dimensionnée, elle concerne trois ­tiroirs, dont l'hygrométrie diffère : dans celui du bas, réservé aux légumes, elle est de 90 % ; dans celui du haut, de 70 %, taux idéal pour les viandes ; celui du milieu se règle en fonction des besoins – à 80 %, par exemple, pour convenir aux poissons

Ce procédé apporte une réponse idéale à trois demandes très répandues : faire le marché moins souvent, manger des produits frais et les conserver en toute tranquillité. Comptez au minimum 1 350 € pour vous offrir ce confort.

Fruits et légumes se conservent plus longtemps dans un bac adapté

Aussi est-il préférable d'éviter les grands formats fourre-tout au profit de deux bacs séparés, l'un pour les fruits et l'autre pour les légumes. ­L'acidité que dégagent les premiers épargnera les seconds, qui se garderont mieux. Brandt, sur sa dernière gamme de réfrigérateurs, développe un compartiment ­appelé Optifresh censé con­ser­ver trois fois plus longtemps fruits et ­légu­mes, même mélangés. L'idée consis­te à capter l'éthylène dégagé par ces aliments lors de leur maturation grâce à une cartouche de permanganate de potassium qui est insérée dans la poignée (il faut la changer tous les trois mois).

La mise sous vide permet une meilleure conservation

Certains modèles comportent une boîte sous vide – le vide est fait grâce à une pompe méca­nique –, qui fonctionne sur le même principe que les appareils domestiques que nous avions testés (voir LPP n° 292). Ce processus n'a pas les qualités d'un sous vide pratiqué dans l'industrie, mais il prolonge toutefois la durée de vie des aliments.

D'autre part, il existe sur certains réfrigérateurs une touche Super réfrigération ou SuperCool qui abaisse la température à + 2 °C pendant six heures, puis revient automatiquement à la température optimale initialement réglée. On l'active avant de partir faire ses courses ; ainsi, les grandes quantités d'aliments placés au frais au ­retour du marché seront rapidement refroidis.

Pour le congélateur, c'est la fonction Supercongélation qui joue ce rôle. Il faut la dé­clencher trois à quatre heures à ­l'avan­ce. Quand elle est automatique, le processus s'arrête tout seul au bout de vingt-quatre ou quarante-huit heures.

Un système qui contrôle la chaîne de froid

La régulation électronique se char­ge de maintenir constante, au degré près, la température sélectionnée. Elle est généralement couplée à un affichage digital qui permet de visualiser les températures de réfrigération et de congélation et de con­trô­ler le bon fonctionnement de l'appareil. Avec une alarme sonore qui se déclenche en cas de remontée anormale de la température ou, tout simplement, parce que la porte a été mal refermée.

Certains modèles se dotent même d'une mémoire, très utile pour le congélateur : s'il y a eu une coupure de courant, et donc une rupture de la chaîne de froid, le bandeau de commandes vous indique la température maximale ­atteinte dans l'enceinte, même après l'incident lorsque le courant est rétabli et le processus de congélation réactivé. Après une longue ­absence, c'est la meilleure façon de savoir si vos aliments ont été, ou non, correctement conservés.

Dans tous les cas, que votre réfrigérateur soit ou non doté d'une régulation électronique, s'il n'a pas le froid ventilé, tenez bien compte des zonages naturels du froid. Sur les anciens modèles, il fallait expérimenter soi-mê­me ce zonage à l'aide d'un ther­momè-tre. Sur les appareils récents, ce repérage est faci­lité : en effet, depuis trois ans, la loi oblige les fabricants à apposer à l'intérieur de l'enceinte un logo “zone froide”, qui identifie précisément l'emplacement le plus froid.

Avec les distributeurs d'eau, de bouteilles ou de glace, un bar à domicile

Autrefois apanage des gammes side by side, les distributeurs d'eau et de glaçons ont fait leur apparition sur les combinés depuis plusieurs années. Branchés (ou non) sur l'arrivée d'eau, ils procurent, via un distributeur encastré dans la porte et accessible de l'extérieur, de l'eau fraîche, des glaçons ou de la glace pilée à volonté. Arthur-Martin-Electrolux a même conçu un modèle capable de servir de l'eau gazeuse grâce à une cartouche de CO2 intégrée. L'eau est filtrée, et lorsque le filtre ou la cartouche doivent être changés, un témoin lumineux vous le signale .

On peut aussi trouver sur quelques versions un bar réfrigéré pour le stockage du lait, du jus d'orange et de certains apéritifs dont l'accès est indépendant de la porte principale

Vous vous servez en toute discrétion, sans réchauffer toute l'enceinte. Autre astuce, un espace de refroidissement trois fois plus rapide pour les canettes et les bouteilles. Ces services sophistiqués sont propres aux réfrigérateurs offrant un volume important. Il faut toutefois distinguer ceux dits “américains”, monoblocs, des side by side, qui consistent à accoler un réfrigérateur et un congélateur. Les premiers ont tous les “gadgets” qui font rêver, mais ils sont toujours no frost. Les seconds se font plus discrets mais permettent de mixer deux types de froid (brassé et ventilé). Deux modèles de réfrigérateurs ­encore onéreux, mais dont les prix, concurrence oblige, ont quand même baissé ces ­dernières années.

Véronique Biron


Mots-clés :

EQUIPEMENT DOMESTIQUE , REFRIGERATEUR




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier