Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > 6 friteuses électriques

6 friteuses électriques

6 friteuses électriques
Septembre 2006
Le Particulier pratique n° 316, article complet.
Auteur : BIRON (Véronique)

6 friteuses classiques anti-odeurs ou “pro” à résistance plongeante, testées avec des frites surgelées pour évaluer leurs capacités de cuisson et leur confort d'utilisation.

Les frites, c'est bon, les beignets aussi, et ce n'est sûrement pas à l'issue de ce test croustillant que nous vous dirons le contraire. Mais s'il est très agréable de les réussir et de les déguster, il ne faut pas oublier qu'utiliser une friteuse, quelle qu'elle soit, pose le problème récurrent de la friture, justement. Autrement dit, une matière grasse dangereuse quand elle est chaude, salissante et toujours délicate à nettoyer, sans omettre les odeurs persistantes qui en émanent. Pour se faire plaisir tout en limitant les désagréments, mieux vaut bien choisir sa friteuse.

Ce mois-ci, nous avons testé pour vous six modèles : deux sont d'une conception traditionnelle, avec résistance sous la cuve et couvercle anti-odeur ; trois sont des appareils de type “professionnel”, avec une résistance dans le bain de friture ; la dernière (Bosch) étant un habile compromis entre les deux précédentes techniques.

Les petites friteuses, comme la Snack Oléoclean de Seb, contiennent 1 l d'huile maximum, et cuisent 300 à 400 g de frites à la fois, des portions parfaites pour le repas de deux enfants ou un couple peu gourmand. Elles ont l'avantage de ne pas être trop encombrantes. Les plus grandes permettent de préparer 600 g (Bosch, DeLonghi) ou 800 g de frites, voire 1 kg, en une seule tournée pour les modèles dits “pro”. Elles sont plus familiales, et donc plus volumineuses.

Tous les fabricants indiquent dans leur mode d'emploi des capacités maximales de cuisson et des capacités conseillées (à suivre), car le secret d'une bonne friture consiste à ne pas plonger trop d'aliments à la fois dans l'huile pour éviter son refroidissement excessif. Et dès qu'il s'agit de surgelés, il faut encore revoir les quantités à la baisse non seulement pour ne pas trop refroidir le bain de friture, mais aussi pour éviter les bouillonnements créés par la différence de température.

Les modes d'emploi sont dans l'ensemble bien conçus pour l'essentiel (sécurité, mise en route, entretien...), mais quand il s'agit de “cuisine” proprement dite, certains se révèlent trop succincts (Krups, Bosch) alors que d'autres vous donnent des indications détaillées (DeLonghi), voire des recettes (Magimix). Dans tous les cas, n'hésitez pas à recourir à un livre de cuisine dès que vous sortez des cuissons de mets ordinaires (beignets ou frites) pour savoir précisément comment parer les aliments avant de les frire.

Côté esthétique, vous avez le choix entre quelques modèles ronds et beaucoup d'autres rectangulaires. Les appareils “pro” sont toujours rectangulaires, et même si l'on a affaire à des matériels imposants qui encombrent un placard entre deux tournées, ils sont plus faciles à ranger que les versions rondes. suite p. 62

L'entretien s'est énormément simplifié ces dernières années, et de nombreuses machines sont dorénavant dotées d'une cuve amovible que l'on peut laver indépendamment du corps de l'appareil. Toutes les friteuses de notre test sont entièrement démontables (cuve, couvercle, panier), et tous leurs éléments, à l'exception bien sûr de la résistance (et des couvercles quand ils comportent un filtre à charbon), prennent place dans le lave-vaisselle. C'est vraiment très pratique, et la Seb est dans ce domaine idéale puisqu'elle se charge aussi de filtrer l'huile. Il suffit pour cela de poser sa cuve sur l'Oil Box, un réservoir en plastique rigide ad hoc, et d'attendre environ une demi-heure que l'huile s'y écoule en passant à travers un petit filtre métallique. Quand c'est fini, il ne reste qu'à fermer hermétiquement le bac à huile pour la conserver jusqu'à la prochaine fois. Un minimum d'interventions, une huile toujours propre, et une friteuse impeccable.

Avec ou sans ce dispositif, il convient de filtrer l'huile après chaque utilisation, ou du moins assez souvent pour éliminer les miettes parfois carbonisées (même si c'est fastidieux). L'ajout d'huile pour “rafraîchir” un bain de cuisson usagé est une pratique à proscrire. Dès qu'elle montre des signes de vieillissement ou que le niveau est insuffisant, mieux vaut la renouveler intégralement (toutes les dix fritures environ, plus souvent quand on y cuit des aliments riches en protéines comme la viande ou le poisson). Et ne la videz jamais dans l'évier ou les toilettes. C'est écologiquement irresponsable, et cela risque de boucher les canalisations. Il faut la porter à la déchetterie, comme les huiles de vidange des voitures.

Les cuves sont en inox (Magimix, Kenwood, Krups), avec un revêtement anti-adhésif (DeLonghi, Seb) ou en acier émaillé (Bosch). En ce qui concerne l'entretien, cela ne fait aucune différence.

Par Véronique Biron


Mots-clés :

EQUIPEMENT DOMESTIQUE , FRITEUSE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier