Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Cuiseurs électriques : cuit-vapeur ou rice cooker

Cuiseurs électriques : cuit-vapeur ou rice cooker

Cuiseurs électriques : cuit-vapeur ou rice cooker
Novembre 2006
Le Particulier pratique n° 318, article complet.
Auteur : BIRON (Véronique)

Les cuit-vapeur... équipés de plusieurs paniers à empiler, ils permettent de cuire simultanément (ou pas) légumes, fruits, volaille, poisson, etc., ou du riz dans un réservoir spécifique. Bref, de se concocter un repas complet et diététique en une seule opération. Les rice cookers... (ou “cuiseurs de riz”) sont destinés, comme leur nom l'indique, à la cuisson du riz, de tous les riz. La majorité des appareils s'adjoignent un panier perforé à placer au-dessus de la cuve d'eau pour y cuire, à la vapeur, des légumes.

Au rayon “cuisson santé”, les cuit-vapeur électriques commencent à se faire une place aux côtés des paniers à empiler classiques. Même constat pour les rice cookers. On ne les dénichait autrefois que dans les magasins asiatiques, accompagnés d'un mode d'emploi plus ou moins compréhensible. Ils ont largement investi les linéaires de la grande distribution, avec un design plus occidentalisé. Les avantages de ce type de matériel par rapport à la casserole traditionnelle ? Ils fonctionnent automatiquement. Inutile de surveiller la cuisson : pas de débordement en perspective, ils s'arrêtent tout seuls en fin de cuisson, et peuvent maintenir au chaud les aliments pendant une heure ou deux. Les deux catégories sont multicuissons. Le cuit-vapeur peut cuire du riz, et le rice cooker, des légumes. Théoriquement, seules les proportions s'in­­versent. A l'usage, qu'en est-il ?

Polyvalence

Les cuit-­vapeur sont des appareils très polyvalents. Sur les trois modèles que nous avons testés, l'un, le Braun, dispose de deux paniers qui se super­posent ; les deux autres, le Seb et le Kenwood, de trois. On peut donc cuire sur plusieurs niveaux, sans compter que le Braun prévoit des séparateurs amovibles à l'intérieur des bacs pour faire cohabiter divers aliments.

Avec ces appareils, on va cuire non seulement des légumes, mais également du poisson, des fruits de mer (crevettes, moules, coquilles Saint-Jacques...), des blancs de volaille, des œufs (des alvéoles existent pour les recevoir) ou des fruits.

Les grilles formant le fond des paniers sont amovibles sur les Kenwood et Seb, ce qui permet d'agrandir l'enceinte pour y placer des aliments volumineux ou longs, tels que des épis de maïs. Sur le Kenwood, on peut ajouter un tube vapeur garantissant une cuisson homogène dans les trois bols dès lors que l'on souhaite obtenir une grande quantité du même aliment. Enfin, une cocotte pour le riz est fournie avec chaque cuit-vapeur. On y met le riz, l'eau, et elle se charge de préparer un accompagnement pour deux ou trois personnes.

Les rice cookers que nous avons testés, un White & Brown, un Seb et un Princess, offrent des options plus limitées. Certes, ils peuvent cuire de très grandes quantités de riz – c'est d'ailleurs un de leurs points forts – et ils sauront cuire tous les types de riz : blanc, complet, mélangé, voire ceux qui sont précuits, ainsi que des soupes de riz. En revanche, quand on s'en sert comme cuit-vapeur (ce qui est impossible avec le Princess), ils ne disposent que d'un ­pa­nier, et n'acceptent donc que de petites portions de légumes. De plus, cette cuisson doit s'effectuer indépendamment de celle du riz.

Commodité

Les deux ty­­­pes d'appareils sont très simples à utiliser. Leur grand avantage est l'arrêt automatique en fin de cuisson (déterminé par une programmation sur les cuit-vapeur, et par l'évaporation de l'eau sur les rice ­cookers).

Pour les cuit-vapeur, une base équipée d'une résistan­ce électrique chauffe un réservoir à eau sur lequel s'empilent les paniers per­forés. Une fois l'eau portée à ébullition, la vapeur monte et se propage de panier en panier. Un couvercle coiffe le tout. Inutile de régler la température ; il suffit juste d'indiquer le temps de cuisson : à l'aide d'une minuterie sur les Braun et Seb (des pictogrammes rappelant les durées de cuisson des différents aliments sont dessinés sur le socle), et via un écran LCD sur le Kenwood. Le réservoir contient entre 1 et 1,20 l d'eau, une capacité suffisante pour faire fonctionner l'appareil au moins quarante-cinq minutes. De quoi tout réussir

Le niveau d'eau reste apparent sur les Seb et Kenwood, qui peuvent être remplis à tout moment. Sur le Braun, il faut anticiper le bon remplissage. Le Kenwood est le seul à disposer d'une touche “on/off”, les autres modèles doivent être débranchés après utilisation.

Tout aussi simples, les rice cookers sont constitués d'une base chauffante intégrée dans la cuve extérieure où se glisse le bol de cuisson proprement dit. Les contenances varient de 2 à 3 l. Les trois modèles du test sont vendus avec un verre doseur. Les cuves sont graduées à la fois en cups (tasses), origine anglo-saxonne oblige, et en litres. A chaque tasse de riz correspond une graduation de niveau d'eau. Une fois le couvercle en place, il suffit d'appuyer sur “cuisson” sur les White & Brown et Princess. Le Seb se veut plus sophistiqué, laissant le choix entre cuisson classique, rapide, petite quantité, réchauffage et soupe de riz. Des nuances de réglage qui, malheureusement, n'améliorent en rien les ­résultats de cuisson. Le mode d'emploi du White & Brown est un peu succinct, les autres donnent toute satisfaction.

Prix

Ils sont sensiblement identiques, autour de 50-60 € pour les ­rice cookers et plusieurs modèles de cuit­-vapeur. Reste que pour un même coût, justement, ces derniers font bien plus de choses. D'ail­leurs, leurs prix peuvent aussi s'envoler rapidement dès que les fabricants délaissent le plas­tique pour des matériaux plus onéreux et ajoutent quel­ques sophistications de programmation.

Rapidité

La rapidité n'est pas le fort de ces appareils, encore faut-il relativiser. Les cuit-vapeur mettent de dix à trente-cinq minutes au maximum pour cuire les différentes variétés de ­légumes ; en moyenne vingt minutes pour du poisson ; jusqu'à quarante à quarante-cinq minutes pour le riz. C'est long, mais ils font tout à la fois. Pour gagner du temps, il faut jouer sur la hauteur des ­­pa­niers, et disposer les aliments de bas en haut suivant leur nature : plus on s'éloigne de la base, plus les temps de cuisson augmentent.

Les rice cookers s'avèrent plus rapides : vingt minutes en moyenne pour du riz, sauf le Delirice de Seb, qui prend quarante-cinq minutes. Mais quand on leur confie des légumes, on frôle l'aberration : plus de tren­te minutes pour quelques lamelles de ­carotte ou des petits bouquets de brocolis. Aucun intérêt.

Qualité de cuisson

Les cuit-vapeur réussissent, à coup sûr, la cuisson lorsqu'on suit les indications des pictogrammes ou celles, plus détaillées, des modes d'emploi. Nous y avons testé des carottes, des brocolis, des courgettes et des filets de poisson. Poisson et légumes en sont sortis cuits à point, et ces derniers avaient conservé leur couleur appétissante. Un sans-faute. En ce qui concerne la cuisson du riz, elle a été à peu près ­satisfaisante dans le Kenwood. Avec les Braun et Seb, nous étions plus proches de la “pâtée” que d'un riz présentable. L'option n'est pas probante.

Avec les rice cookers, les conclusions sont plus mitigées pour tous les modèles. Même en appliquant à la lettre les proportions indiquées par les marques, le résultat est décevant. Nous nous sommes retrouvés devant une purée, qui est loin du riz des restaurants asiatiques. A force de tâtonner et d'ajuster les doses d'eau et de riz, nous avons fini par obtenir une cuisson acceptable, mais cela a demandé du temps et généré beaucoup de gâchis, c'est pourquoi nous leur avons attribué une aussi mauvaise note.

Les fabricants conseillent tous de laver le riz avant de le cuire. A l'usage, nous avons jugé que c'était même indispensable (quel­le que soit la qualité des variétés de riz) pour améliorer la cuisson. Notez, enfin, que les White & Brown et Princess sont de conception similaire, à l'ex­ception du revêtement de la cuve intérieure : antiadhésif pour le premier, simple aluminium pour le second.

Et aussi

Certaines caractéristiques ne dépendent pas de la catégorie de l'équipement mais sont propres à chaque modèle. Nous les regroupons ici.

Les dimensions

Les rice cookers ont souvent la forme et l'encombrement d'une Cocotte-Minute. Le Delirice de Seb, rectangulaire, est un peu plus grand. Il faudra faire de la place sur les étagères pour les loger.

Pour les cuit-vapeur, tout dépend des modèles. Les Braun et Seb, ovalisés, sont assez compacts. D'ailleurs, sur ce dernier, tous les paniers s'empilent facilement les uns dans les autres, et ne prennent en, hauteur, que 20 cm. Le Kenwood est un peu plus volumineux, bien que les paniers, là encore, s'agencent intelligemment lors du rangement. Ils sont ronds, et non pas ovales, mais suffisamment bien dimensionnés (27 cm de diamètre pour le panier supérieur) pour recevoir des filets de poisson, voire des spécimens entiers.

Le poids

De 1,70 à 3,40 kg, n'est jamais ­excessif. Manipulation aisée assurée. La stabilité est correcte, même pour les plus ­légers grâce à des patins antidérapants.

La longueur du cordon électrique

Elle est un peu juste sur le VitaSaveur de Seb. Le fil amovible des rice cookers est appréciable. Pour les cuit-vapeur, les Kenwood et Braun ont un rangement prévu dans le ­socle. Un détail bien pensé.

La sécurité

Tout au long de la cuisson, de la vapeur s'échappe aussi bien des cuit-vapeur que des rice cookers. Il faut donc en tenir compte et choisir un emplacement ad hoc. Les parois restent tièdes dès lors que les appareils ont une coque en plastique (Seb, Kenwood, Braun, Princess), les finitions en Inox, comme sur le White & Brown, sont certes plus élégantes, mais accumulent davantage la chaleur.

L'entretien

Rien de bien compliqué, d'autant que tous les accessoires amovibles passent au lave-vaisselle.

Bien sûr, dans le cas des cuit-vapeur, cela fait beaucoup ­d'éléments. Certains légumes ont tendance à colorer le plastique définitivement. Le Braun est équipé d'un panier antitaches de couleur brune pour les carottes. Avec les rice cookers, il n'y a que la cuve et son couvercle à nettoyer. Cependant, une fois la cuisson du riz terminée, ils sont assez sales. Le couvercle du White & Brown étant solidaire de la base, il se révèle un peu plus délicat à entretenir.

Véronique Biron


Mots-clés :

CUISEUR VAPEUR , EQUIPEMENT DOMESTIQUE , MATERIEL DE CUISSON




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier