Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Les champagnes entre hypers et cavistes

Les champagnes entre hypers et cavistes

Les champagnes entre hypers et cavistes
Décembre 2006
Le Particulier pratique n° 319, article complet.
Auteurs : SARGIS (Marise), GUIGUI (Pierre)

Certaines maisons de champagne osent la grande distribution, d'autres mettent un point d'honneur à la refuser. Visite dans les deux camps.

Quand la plupart des maisons de champagne jouent la carte de la grande distribution ­(Laurent-Perrier, Taittinger, Veuve Clicquot Ponsardin...), d'autres refusent ­catégoriquement cette démocratisation. Ainsi, des négociants comme Bollinger, Deutz, Pol Roger ou Louis Roederer s'en tiennent à des circuits de vente plus prestigieux (cavistes et restauration). Le but étant de tracer une frontière commerciale entre les champagnes de supermarchés et ceux des cavistes. Frontière de qualité ? C'est cette ques­tion qui a motivé notre comparaison de huit cham­pagnes de né­gociants piochés dans les deux camps, cavistes et supermarchés.

Pourquoi cham­pagne de négociants ? La production de ces derniers (NM, pour négociant manipulateur, sur l'étiquette, qui achète des raisins dans tout le vignoble) se réserve volontiers pour les circuits spécialisés, alors que celle des récoltants (RM, récoltant manipulateur, qui exploite ses vignes) et des coopératives (CM, coopérative de manipulation ; ou RC, récoltant coopérateur) est diffusée à plus de 90 % en grandes surfaces.

Nous avons comparé des champagnes vendus dans une fourchette de prix allant de 26 à 37 € et, plus particulièrement, des bruts non millésimés (on dit aussi “brut sans année”, ou BSA), parce que l'entrée de gamme de la marque permet de juger le style d'une maison. Lors de cette dégustation, nous avons constaté que le mode de distribution n'influe pas sur la qualité. A prix égal, les cuvées se valent. Le problème rencontré a surtout été celui de la conservation, et ce dans les deux circuits

En ­effet, à notre grande surprise, dans notre lot de huit bouteilles, deux comportaient un bouchon attestant une conservation trop prolongée du champagne, ce que nos dégustateurs ont confirmé. Chacun des deux circuits avait sa bouteille défectueuse.

L'état du bouchon, un indicateur de qualité

Cette expérience devrait inciter les consommateurs à être attentifs à l'état du bouchon. Si son extrémité intérieure est rétrécie (bouchon de droite), signe d'une conservation trop longue, il y a de fortes probabilités pour que le goût présente un défaut. Un motif pour demander un échan­ge de la bouteille en magasin. Car le cham­pagne ne se bonifie pas avec le temps. A partir de la date du dégorgement (étape où l'on enlève le dépôt de levures accumulé près du goulot et où l'on ajoute la liqueur, entre 5 et 15 g/l de sucre pour les bruts), son vieillissement est prévisible.

Le champagne s'altère avec le temps et à l'exposition à la lumière

Il lui faut environ un an pour se remettre de l'apport d'oxygène et intégrer la liqueur. Mais une fois expédié dans le commerce, il est prêt à boire et ne peut que se dégrader avec le temps – à l'exception de quelques cuvées millésimées. Il est donc recomman­dé de ne pas stocker ses bouteilles à la cave plus de trois à cinq ans. Un certain nombre de professionnels se mobilisent d'ailleurs en ­faveur de l'affichage de la date de dégorgement, jugée cruciale pour évaluer la “fraîcheur” d'un champagne sans année. Charles Heidsieck et Philipponnat, notamment, se sont imposé de l'inscrire sur leurs contre-étiquettes.

Outre le temps, le champagne craint éga­lement la lumière. Rester des heures en rayon sous les néons fait prendre aux bouteilles un “goût de lumière” qui se ­dé­tec­te à l'odeur nau­séabon­de (de chou cuit) qui se ­dégage au débouchage. Ce ris­que s'ac­croît avec des flacons chers sans ­rotation ­rapide. Pour avoir un maximum de garanties, rien ne vaut la com­mande directe chez le ­vigneron, le négociant ou à la coopérative, en se ­regroupant pour amortir les frais d'envoi.

Marise Sargis et Pierre Guigui (1)

(1) Auteur du guide GaultMil­lau Vin à découvrir. Nos 5 000 meil­leurs vins de France 2007.

Mots-clés :

ALIMENTATION , CHAMPAGNE , VIN




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier