Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Les bonnes filières pour tout vendre

Les bonnes filières pour tout vendre

Les bonnes filières pour tout vendre
Février 2007
Le Particulier n° 1010, article complet.
Auteur : MASSON (Chantal)

De la collection de timbres au bahut normand, en passant par l'ordinateur ou les livres d'enfants, tout ce qui vous encombre peut trouver preneur. Vide-greniers, sites Internet, ventes aux enchères, dépôts-ventes... voici les meilleures pistes pour en tirer profit.

Sur un marché de l'occasion particulièrement actif, tout ou presque peut se vendre Un déménagement dans un logement plus petit, une maison mise en vente à la suite d'une succession, un grenier ou une cave à vider, ou tout simplement l'envie de changer de décor... voilà autant d'occasions de faire le ménage parmi les meubles et objets qui vous encombrent. Oui mais comment ? La meilleure solution pour faire place nette n'est certes pas de tout abandonner à la première déchetterie venue

Car vos biens, s'ils sont en bon état, ont une valeur marchande que vous ne soupçonnez peut-être pas. Sur un marché de l'occasion particulièrement actif, tout ou presque peut se vendre ! Le chandelier poussiéreux ou le vieux fauteuil défraîchi peuvent se révéler de précieuses antiquités qu'il serait dommage de brader. Ainsi, avant de vendre la maison de ses parents, Fabrizia a fait le tri entre les objets supposés de valeur et les autres : "J'y ai passé de nombreux week-ends, mais j'ai finalement récupéré près de 20 000 €", dit-elle, pas mécontente de son affaire ! "Il y avait notamment six poupées de porcelaine que j'ai cédées pour 9 000 € à un atelier de restauration. J'ai aussi vendu des meubles et des tableaux à un brocanteur et j'ai participé à un vide-grenier pour le petit électroménager et la vaisselle dépareillée. Tout le reste a été enlevé gratuitement par le service des encombrants de la mairie ou par Emmaüs." En fait, les filières sont multiples et chacun peut les exploiter au mieux, en fonction des biens à vendre et de ses envies. Car il existe aussi deux façons de procéder : soit en déléguant la vente à un professionnel, notamment quand il s'agit de céder un ensemble d'objets, soit en se débrouillant soi-même, quand on a du temps. En prenant garde, bien sûr, de ne vendre que des objets en bon état, le vendeur particulier étant, comme le professionnel, responsable des vices cachés (art. 1641 du code civil).

Si vous n'avez ni le temps ni l'envie de trouver vous-même un acheteur, mieux vaut vous adresser à un professionnel, commissaire-priseur, antiquaire ou brocanteur, ou encore à un dépôt-vente ou achat-vente, spécialisés dans les objets de seconde main. Avec une différence de taille entre ces professions. Le commissaire-priseur comme le gérant d'un dépôt-vente auront tout intérêt à ce que vos biens partent au meilleur prix, leur rémunération étant proportionnelle au montant de la vente. En revanche, le brocanteur, l'antiquaire ou le gérant d'un achat-vente seront plutôt enclins à minimiser leur valeur, le paiement s'effectuant comptant à la transaction.

Le commissaire-priseur, pour des objets de valeur, mais aussi des objets ordinaires.

Vous pensez que les salles des ventes sont réservées aux biens prestigieux ? Détrompez-vous

"En faisant l'inventaire d'une maison, lors d'une succession, par exemple, le commissaire-priseur vous indiquera tout ce qui est négociable en salle des ventes : les meubles anciens, les tableaux, les bijoux, les instruments de musique, la vaisselle... mais aussi le réfrigérateur, la literie ou même les vêtements en bon état", rappelle Henry de Danne, délégué général du syndicat national des maisons de ventes volontaires (Symev). "Car à côté des ventes d'objets de valeur, il y a aussi des ventes courantes pour les objets ordinaires." À l'instar de l'hôtel Drouot, à Paris, les hôtels des ventes assurent généralement un service d'estimation gratuit. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous à l'étude d'un commissaire-priseur, ou lui envoyer un courrier avec photos pour faire évaluer gracieusement vos objets. Il peut se déplacer à domicile, mais facture alors sa prestation au forfait, en fonction de l'inventaire à effectuer. Toutefois, si vous lui confiez la vente, ce service sera le plus souvent gratuit.

Une fois les objets estimés, vous convenez avec le professionnel de la vente la mieux adaptée – vente généraliste pour les biens courants ou spécialisée pour les objets de valeur –, du mode de publicité pour vos biens – par affichage, par annonces ou dans un catalogue de vente –, et d'un prix de réserve en deçà duquel vous n'êtes plus vendeur. Attention : ce prix de réserve ne peut être supérieur à l'estimation basse du professionnel. Vous devez encore discuter sa commission, en moyenne de 15 % à 18 % sur le prix de l'adjudication, et lui signer un contrat de mandat. Une fois l'objet vendu, vous recevez, dans un délai d'un à deux mois, le montant de la vente diminué des frais qui, au total, peuvent atteindre plus de 20 % (voir p. 79). Une information à retenir pour ne pas fixer un prix de réserve trop bas.

Antiquaire ou brocanteur, en faisant jouer la concurrence.

Si vous êtes pressé, vous pouvez demander à un antiquaire ou à un brocanteur de se déplacer. Là encore, les antiquités de valeur comme les objets ordinaires ont leur place. Ces professionnels sont souvent amenés à évaluer le contenu d'une maison et ce service, en général, est gratuit. Ils peuvent même, en présence de lots intéressants, vous débarrasser de l'ensemble des biens pour ne conserver que les belles pièces. De ce fait, Gilbert Gervais, antiquaire à Avranches, dans la Manche, conseille : "Le particulier a parfois intérêt à baisser ses prétentions de 10 % sur la valeur des objets à céder, plutôt que de devoir par la suite payer une entreprise pour vider la maison." Le professionnel se charge ensuite de ventiler ce qu'il ne garde pas vers des dépôts-ventes, des associations caritatives... Mais avant de vous lancer, n'hésitez pas à demander l'avis de plusieurs antiquaires, car les prix peuvent varier considérablement, sans dépasser 25 à 50 % de la valeur de l'objet...

Dépôt-vente ou achat-vente, une seconde vie pour vos meubles courants.

Dans ce type de commerces, les meubles courants, électroménager, ordinateurs, matériel hi-fi, vidéo, lampes et bibelots, peuvent trouver une seconde vie. Vous laissez votre bien pour que le professionnel l'expose, en convenant avec lui d'un prix et en signant un contrat de dépôt. Il en devient alors responsable, en vertu des articles 1915 et suivants du code civil. Sur le contrat apparaissent la désignation de l'objet et le taux de commission retenue sur le prix de vente, de 30 % à 50 %, selon les cas. Une décote peut être prévue si la vente n'a pas été réalisée au bout d'un ou deux mois, de l'ordre de 10 % à 20 %. Et vous n'êtes payé qu'une fois la vente réalisée.

Si vous ne pouvez pas attendre, tentez l'opération avec un magasin d'achat-vente. Cette fois, le professionnel vous fait une proposition, entre 25 % et 60 % de la valeur de l'objet, et vous règle sur-le-champ. Arnaud Stéphan, gérant de l'enseigne La Trocante à Colmar, dans le Haut-Rhin, pratique les deux formules. "L'achat-vente s'adresse plutôt aux personnes ayant besoin d'argent tout de suite, les jeunes notamment. Il est souvent pratiqué pour le matériel high-tech, les ordinateurs, appareils photo, téléphones portables, indique ce spécialiste. Quand un particulier dispose d'un peu de temps, le dépôt-vente lui permet souvent de tirer un meilleur profit." Et quand on sait que plus de 70 % des biens sont vendus dès le premier mois, la patience peut se révéler payante.

Grâce à vos recherches ou à l'estimation d'un commissaire-priseur, vous avez une idée assez précise de la valeur de vos biens. Et la perspective de vous en occuper vous-même pour en tirer le meilleur parti n'est pas pour vous déplaire. Voici deux autres filières pour les écouler directement : les vide-greniers et les sites d'occasions sur Internet.

Les vide-greniers pour la convivialité.

Pas moins de 50 000 vide-greniers ou ventes au déballage sont organisés chaque année un peu partout en France. Vous pouvez tenter l'aventure, mais pas plus de deux fois par an et uniquement dans la commune, l'intercommunalité, l'arrondissement départemental ou municipal (Paris, Lyon, Marseille) où se trouve votre résidence principale ou secondaire (art. L. 310-2 du code de commerce). Renseignez-vous à la mairie, muni d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile. Vous paierez une contribution calculée en fonction de la notoriété de la manifestation et de la place occupée, soit en moyenne 10 € le mètre linéaire de trottoir. Puis faites le tour de quelques brocantes et des sites d'occasion sur Internet avant de fixer vos prix. Après, c'est à vous de jouer

Isabelle et Philippe en ont fait l'expérience après avoir quitté une maison pour un appartement plus petit. Leurs conseils ? "Il faut s'inscrire le plus tôt possible pour bénéficier d'un bon emplacement, être sur le terrain très tôt le matin pour rencontrer les professionnels et les collectionneurs, prévoir des tréteaux, un parasol et des chaises, et de la monnaie en réserve !" Quant à la marchandise, il faut l'adapter au lieu où se déroule le vide-grenier, en réservant, par exemple, la lampe design pour une vente en ville et les casseroles en cuivre pour une vente à la campagne... Derniers conseils du couple : "Placer des étiquettes de prix en gardant une marge de négociation et surveiller de près les objets de valeur !"

Les sites d'occasions Internet, pour tout vendre sans sortir de chez soi.

Mieux que les petites annonces dans la presse, les sites Internet de ventes d'occasions permettent d'écouler nombre d'objets sans sortir de chez vous : vêtements, chaussures, sacs, livres et CD, mais aussi des meubles et bibelots en tout genre. Vous avez le choix entre les sites d'enchères comme eBay.fr et les sites à prix fixes comme PriceMinister.com, 2xMoinsCher.com. D'autres, tels Amazon.fr et Alapage.fr sont spécialisés dans la vente de produits culturels. Avant de vous décider, vérifiez les éventuels frais d'insertion de l'annonce : entre 0,15 € et 2,50 € chez eBay, selon le montant de la mise à prix, gratuits chez PriceMinister ou chez 2xMoins Cher, par exemple. Ainsi que la commission, généralement dégressive : de 5,25 % à 1,50 % sur le prix final chez eBay, de 15 % à 1 % chez 2xMoinsCher et PriceMinister. À noter aussi qu'il faudra vous charger de l'expédition et en avancer les frais si l'acheteur ne prend pas livraison à votre domicile. Mais la plupart des sites, à l'exception de eBay, vous en remboursent forfaitairement une partie. Pour accéder à ces espaces de vente, il suffit de vous inscrire avant de passer l'annonce. Si l'objet est unique, il faudra publier sa photo. S'il est standardisé, son image sera reprise dans la banque de données du site. Quant au prix, référez-vous notamment à ceux proposés par d'autres vendeurs pour vous donner le maximum de chances.

Une fois l'acheteur trouvé, reste à se faire payer. Sur PriceMinister et 2xMoinsCher, le paiement transite par le site qui agit comme un tiers de confiance : vous n'envoyez le bien qu'une fois la somme versée. "Nous recevons l'argent et, une fois notre commission prélevée, nous envoyons une lettre-chèque ou effectuons un virement bancaire pour régler le vendeur", dit Aymeric Chotard, cofondateur du site 2xMoinsCher. Même sécurité sur eBay, à condition d'utiliser le mode de paiement PayPal. Mais ce sont là des garanties essentielles quand il s'agit de transactions à distance.

Chantal Masson

 


Mots-clés :

COMMERCE ELECTRONIQUE , COMMISSAIRE-PRISEUR , DEPOT-VENTE , INTERNET , PRODUIT D'OCCASION , VENTE A DISTANCE , VENTE AUX ENCHERES




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier