Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Test comparatif : 6 reflex numériques

Test comparatif : 6 reflex numériques

Mars 2007
Le Particulier pratique n° 322, article complet.
Auteur : LABEY (Pierre)

6 appareils photo numériques à visée reflex et objectifs interchangeables vendus en pack avec un zoom, de 600 à 1 200 €. Testés sur des mires, des quadrillages et des chartes de couleurs, ainsi qu'en prenant beaucoup de photos critiques sur le vif.

En numérique, il existe deux types de reflex : les “bridges” et les reflex à objectifs interchangeables. Un bridge est un appareil tout en un. Il intègre un zoom et est dépourvu de viseur optique : c'est l'écran LCD qui remplit cet office. Avec un vrai reflex, le viseur optique, grâce à un prisme et à un miroir qui viennent se rabattre à 45° devant le capteur d'image, permet de voir au travers de l'objectif, sans être gêné par les reflets sur l'écran LCD, l'image exacte que vous allez prendre (2 à 5 % près). Les reflex numériques sont donc les successeurs directs des reflex analogiques, dont il ne reste sur le marché que l'excellent Nikon F6, et des occasions à prix cassés dans les magasins spécialisés. Car depuis l'arrivée en force du numérique, le système de reprise à un tarif intéressant d'un ancien appareil argentique contre un boîtier numérique est tombé en désuétude. Les reflex argentiques ne se trouvent plus qu'en dépôt-vente. Seuls les anciens objectifs sont encore de bonnes affaires, à condition qu'ils soient compatibles, ce qui n'est pas toujours le cas pour les modèles qui ont plus de cinq ans. à ce sujet, il faut bien distinguer “compatibilité” et “compatibilité totale” : que la fonction autofocus ne puisse être commandée sur un ancien téléobjectif 500 ou 1 000 mm, ce n'est pas si grave

En effet, avec ce genre de matériel, on fait des photos travaillées, et l'on prend son temps. Mais que la lumière ne puisse être mesurée par le nouveau boîtier pose davantage de problèmes. En magasin, renseignez-vous précisément sur la nature exacte de la compatibilité qu'aura votre nouveau boîtier avec les anciens objectifs.

Le principal avantage des nouveaux reflex numériques est, outre leurs excellentes performances, la possibilité de changer d'objectifs. Les boîtiers les plus sophistiqués sont fournis nus, laissant à l'acheteur le choix des objectifs avec lesquels il les équipera. Nous avons sélectionné ici des appareils premiers prix (600 à 1 200 €), vendus, le plus souvent, en pack accompagnés d'un zoom à tout faire (avec, parfois, un modèle téléobjectif). Très avantageux, car il augmente à peine le prix du boîtier seul, ce zoom est généralement du type 3x, 4x pour le Nikon D80 et le Sony Alpha 100.

Le capteur d'image prend le 10 mégapixels comme standard (6,1 pour le Nikon D40 à prix très accessible), qui permet de réaliser des posters avec les meilleurs clichés. C'est déjà pas mal, même si dans le très haut de gamme on entend parler de capteur à 24 mégapixels, ce qui est mieux que tout ce qui a pu se concevoir en argentique. Mais le capteur n'est pas tout, une électronique vient s'y ajouter pour la mise au point automatique, la mesure de la lumière, les réglages de diaphragme et de vitesse d'obturation. Sans être des bêtes de course comme les appareils professionnels, ceux que nous avons testés sont tous capables de faire trois images par seconde, ce qui est très utile pour la photo de sport ou, simplement, pour prendre des gamins qui jouent. à l'intérieur, il faut un flash cobra adapté. Le bracketing est également au menu, qui permet de faire automatiquement une vue normalement exposée, une légèrement sous-exposée, et une troisième légèrement surexposée (variation d'un tiers ou d'un demi-diaphragme). De quoi être sûr d'avoir le bon cliché.

Et puis il y a d'autres raffinements. D'abord, l'antipoussière, qui fait vibrer le capteur périodiquement (en dehors des prises de vue évidemment). Seuls les Nikon en sont dépourvus, préférant le traitement logiciel du problème : le disque fourni avec l'appareil permet d'éliminer les poussières, une fonction que PhotoShop d'Adobe ne possède pas. Mais cela n'empêche pas de passer un coup (doux) d'aspirateur de temps en temps. Secouer le capteur en élimine les poussières pour la prise de vue (pas les taches grasses), mais ne les éjecte pas de l'appareil. Un entretien régulier est donc indispensable, tout comme il est vivement recommandé de changer d'objectif dans un endroit bien propre et à l'abri du vent.

Autre nouveauté, le stabilisateur d'image intégré des Samsung GX-10 et Sony Alpha 100. Canon, Nikon et Olympus ont choisi de vendre au prix fort des téléobjectifs à stabilisateur intégré. Précisons que ces trois fabricants sont des concepteurs d'objectifs, alors que Samsung a fait affaire avec Pentax, quand Sony adoptait le standard de montage des optiques Minolta. Une aubaine pour les possesseurs d'optiques de cette dernière marque, qui a arrêté définitivement la photo. Le Samsung est, d'ailleurs, la copie conforme du Pentax KD 10D, à l'objectif près (même zoom, mais constructeur différent). Il dispose des optiques Pentax, qui continuent d'être développées, tandis que Sony doit concevoir les siennes.

Par Pierre Labeÿ


Mots-clés :

APPAREIL PHOTO , MATERIEL AUDIOVISUEL , PHOTOGRAPHIE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier