Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Guide d'achat : matelas et sommiers

Guide d'achat : matelas et sommiers

Guide d'achat : matelas et sommiers
Avril 2007
Le Particulier pratique n° 323, article complet.
Auteur : BIRON (Véronique)

Bien conjugués, matelas et sommiers assurent une bonne nuit de sommeil et un ­réveil en forme. Reste le problème du choix, difficile face à la profusion et à la diversité des mousses, ressorts et lattes. Sans oublier les différences de prix... Gardons avant tout à l'esprit que l'on ne met pas n'importe quel matelas sur n'importe quel sommier. Chaque fabricant préconise d'ailleurs des associations optimales. Par conséquent, il est impératif de changer toute sa literie au même moment, le meilleur matelas perdant beaucoup de ses qualités sur un sommier usagé (et réciproquement).

A moins de 1 000 € vous n'aurez rien d'exceptionnel. Un ensemble qui peut avoir de l'allure au premier abord mais qui aura tendance à se déformer et à s'user assez vite. à ce prix, les sommiers sont généralement des cadres à lattes d'une épaisseur de 5-6 cm, un peu sommaires. En ce qui concerne les matelas, on trouve beaucoup de modèles en mousse de polyéther, économique mais de qualité moyenne : de faible densité, ce matériau perd rapidement de sa tenue, ne donnant qu'un soutien approximatif. Autre option pour ce prix, les matelas à ressorts biconiques d'entrée de gamme, qui présentent les mêmes défauts.

Un couchage bien réactif est l'exigence de base

Un ensemble matelas et sommier de qualité correcte en 140 x 190 cm revient à environ 1 000 €. Dans cette gamme de prix, on trouve des matelas à ressorts biconiques, en fil continu ou à ressorts ensachés (voir encadré p. 37), mais aussi en polyuréthane, élastique et assez confortable. Exigez cependant une épaisseur de 10 cm, et une densité minimale de 30 kg/m3. Au-dessous, la mousse reste inerte, et le couchage risque de se creuser rapidement. à partir de 35 kg/m3, on parle de “haute résilience”, autrement dit de capacité à récupérer très vite sa forme.

Plus les lattes sont nombreuses, plus le soutien est bon

On distingue les sommiers à lattes apparentes et les sommiers tapissiers (qui disposent aussi de lattes, et non pas de ressorts, apanage du très haut de gamme). Les lattes sont à embouts fixes, sans articulation. Dans le sommier tapissier, on recouvre les lattes d'un garnissage. Ces versions sont constituées d'une caisse en chêne, hêtre, pin ou peuplier, dont le fond est fait de barres de bois transversales sur lesquelles sont fixées les lattes. Les quatre côtés peuvent être à la hauteur des lattes ou légèrement relevés, ce qui permet un meilleur maintien du matelas. Un rembourrage (coton ou feutre) garnit le dessus, un coutil habillant le tout.

Un maintien différencié selon la courbure du corps

On entre ici dans une fourchette de prix qui garantit une literie de belle qualité. Du haut de gamme et des sophistications vraiment utiles. Pour les matelas, on retrouve là ­encore des ressorts, mais ils sont généralement plus nombreux, et quand il s'agit de ressorts à fil continu, il y a deux nappes superposées. D'autre part, il existe dans cette catégorie de prix des matelas à ressorts qui procurent des niveaux de soutien variables selon le poids des parties du corps : maintien renforcé pour le dos, moyen à l'endroit de la tête, des jambes ou des pieds. Quant aux matelas en mousse, ils adoptent toujours le polyuréthane, mais uniquement le haut de gamme de forte densité (jusqu'à 60 kg/m3).

Le latex, le nec plus ultra de la mousse

Qu'il soit naturel – issu de la sève de l'hévéa –, synthétique ou qu'il s'agisse du ­mélange des deux, le latex procure confort, résistance et souplesse en assurant une densité minimale de 70 kg/m3. La mousse est naturellement aérée et à résilience élevée. L'appellation latex obéit à des critères précis. Ainsi, l'âme d'un matelas (voir ­encadré ci-contre) estampillé “Latex naturel” doit contenir au moins 85 % de ce caoutchouc à l'exceptionnelle élasticité. La mention “100 % latex”, quant à elle, concerne des produits dans la composition desquels n'entre que du latex (naturel ou non). En revanche, “Matelas latex” ­indi­que que le cœur du modèle comprend plusieurs matériaux ; le latex, d'une hauteur minimale de 10 cm, devant toutefois en ­représenter 60 %.

Le latex naturel est séduisant. Cependant, comme toute matière naturelle, il est sujet à des variations de qualité d'une ­année à l'autre. D'autre part, son point fort est une élasticité extraordinaire, qui signifie donc souplesse et moelleux, ce qui ne satisfait pas forcément les consommateurs à la recherche d'un matelas plutôt ferme. En revanche, les mariages subtils de latex (naturel et synthétique) conçus par certains fabricants permettent d'obtenir d'excellents résultats : densité plus ou moins importante dans un même matelas pour suivre la courbure du corps et diminuer les points de pression, par exemple. Du soutien sur mesure en quelque sorte.

Sangles et balancelles assurent une bonne suspension du sommier

Outre les modèles tapissiers à lattes, on trouve souvent des sommiers à lattes visibles, parfois articulées. Celles-ci peuvent être en bois multiplis (avec cinq, sept ou neuf plis) ou en fibres de verre ou de carbone, plus fermes. Leur souplesse et l'articulation plus ou moins sophistiquée du support expliquent les différences de prix et de confort. à cet égard, sachez que les rotules en caoutchouc qui font la liaison entre les ­extrémités des lattes et le cadre assurent mouvement vertical et rotation latérale pour permettre aux lattes d'opposer une meilleure résistance à l'enfoncement, là où le corps est le plus lourd. Les balancelles, elles aussi en caoutchouc, ­offrent, en plus, une oscillation horizontale qui accompagne chaque mouvement du corps. Dans d'autres cas, sangles élastiques ou contre-lattes complètent la suspension. Il est même possible, sur certains modèles, de régler la fermeté des lattes selon le couchage que l'on souhaite.

Un maintien différencié selon la courbure du corps

Sommiers électriques, matelas très confortables, plus de largeur et une relaxation à la carte. Bref, à ces prix-là, il existe tout ce que vous pouvez espérer d'un lit. Pour y dormir, et plus encore puisque les literies articulées autorisent d'adopter diverses positions pour lire, regarder la télévision ou y prendre son petit déjeuner.

De la tête aux pieds, une souplesse et un soutien différenciés

La majorité des lits électriques utilisent des sommiers à lattes et des matelas en mousse ou en latex. Lattes, rotules, matelas, tous les éléments conjuguent leurs efforts pour offrir un soutien et une souplesse différenciés selon les zones du corps (tête, épaules, hanches, jambes, genoux, chevilles...). Beaucoup de lits à deux places sont dotés de deux sommiers articulés indépendamment, ce qui permet à chaque personne de vivre sa vie sans contrainte pour son partenaire. L'articulation du sommier, de deux à six positions, assure une parfaite relaxation : pieds légèrement relevés de façon à délasser les jambes, tête et buste bien calés pour lire ou écrire... Bon nombre de modèles se limitent à deux moteurs, mais il en existe également qui en comptent trois ou quatre, tout dépend de la conception des ­articulations. Les réglages s'effectuent soit mécaniquement, ce qui oblige à sortir du lit, soit par une télécommande.

Notons aussi dans cette catégorie les ­matelas en laine, qui avaient pratiquement disparu du marché. On en retrouve aujourd'hui dans des produits très très haut de gamme, installés sur des sommiers tapissiers à ressorts.

Véronique Biron


Mots-clés :

EQUIPEMENT DOMESTIQUE , LITERIE , MATELAS , SOMMIER




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier