Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Maison individuelle > Barbecues : gaz ou électricité

Barbecues : gaz ou électricité

Barbecues : gaz ou électricité
Mai 2007
Le Particulier pratique n° 324, article complet.
Auteur : BIRON (Véronique)

Barbecues à gaz... assez volumineux, variés dans leurs modes de cuisson, ils se déplacent sur roulettes et embarquent avec eux une bouteille de gaz plus ou moins lourde. Barbecues électriques... ... légers, compacts, aisés à utiliser, à entretenir comme à manipuler, ils fonctionnent au moyen d'une résistance électrique mais ont toujours un fil à la patte.

Synonyme de détente, de convivialité, toujours aussi ­apprécié des Français, le barbecue est de sortie dès les premiers beaux jours. Un succès qui ne se dément pas et qui ­explique que d'une simple braisière le barbecue soit devenu un équipement multifonction, parfois proche d'une cuisine d'extérieur. On le préfère, en effet, facile à allumer, rapide à chauffer, et ne dégageant pas trop de fumées. Au risque de heurter les puristes, qui ne ­jurent que par le charbon de bois, nous avons choisi de comparer dans notre match les barbecues électriques et à gaz.

Choix

En ce qui concerne les barbecues à gaz, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets, les fabricants étant nom­breux sur ce marché. Pour les électriques, on trouve beaucoup de modèles de table mais assez peu d'appareils de plein air de belles ­dimensions. Seul Tefal est très bien implanté sur ce créneau.

Encombrement

Bien qu'il existe quelques petits modèles ronds, les barbecues à gaz sont, de manière générale, bien plus lourds et encombrants que les électriques. Il est vrai qu'ils offrent une surface de cuisson plus importante. Les modèles électriques conviennent pour une utilisation familiale, si l'on se limite à quatre ou cinq personnes.

Cuisson

A gaz, les barbecues sont équipés de répartiteurs de chaleur (céramique, barres de métal, pierre de lave) chauffés par des brûleurs alimentés par une bouteille. La plaque de cuisson en elle-même, ajourée ou non, est le plus souvent d'un seul tenant. Une fois montée à la température souhaitée par les brûleurs à gaz, finement réglables, elle fournit la chaleur ­par rayonnement. Un couvercle permet d'obtenir un effet four, pratique pour rôtir de grosses pièces de viande, cuisiner des gratins ou, tout simplement, garder les aliments au chaud. Grâce au hublot, on peut surveiller la cuisson couvercle fermé ; ­parfois, un thermomètre incorporé ­indique la température intérieure. Sur certains appareils, un réchaud latéral autorise la pré­paration simultanée d'une sauce ou d'un autre légume (riz, pâtes...). Beaucoup de modèles sont équipés d'un tiroir récupé­rateur de graisses et d'un allumage piezzo électrique.

Les barbecues électriques fonctionnent grâce à une résistance qui, une fois portée à rouge, chauffe une grille classique ou une plancha (plaque qui permet de saisir les aliments dans leur jus). L'option four est rarement proposée ; le réchaud adjacent ou le tournebroche, jamais. Le tout prend place sur une cuve destinée à recueillir les graisses. Un peu d'eau au fond réduit au minimum les dégagements de fumées.

Prix

Vous ne vous ruinerez pas avec un modèle électrique : il vous en coûtera de 40 € à un peu plus de 200 €. L'investissement est plus important pour un barbecue à gaz : à partir de 100-150 € pour les plus petits, et jusqu'à plus de 1 000 € pour les plus sophistiqués. Comptez en moyenne 300-400 €.

Accessoires

C'est la surenchère pour les modèles à gaz. Outre les options cuisson que nous avons évoquées (four, réchaud, tournebroche...), ils sont dotés d'une ou deux tablettes latérales rabattables, d'un porte-bouteilles, d'un ou plusieurs paniers de rangement pour ­l'huile, les condiments... sans oublier de nombreux crochets servant à suspendre les ustensiles de cuisson, et des petits ­tiroirs pour certains. C'est incontestablement très commode quand on cuisine, mais mieux vaut ne pas déplacer le barbecue trop souvent pour que le rangement ne tourne pas à l'épreuve de force. à cet égard, les ­appareils vendus avec une housse sont pratiques : protégés, ils peuvent rester sans dommage dans le jardin jusqu'à l'arrivée des mauvais jours. Les barbecues électriques sont nettement plus sobres, offrant au mieux des­­­­­­ ta-blet­tes latérales rabattables, quelques crochets à ustensiles et, parfois, un plateau inférieur qui fait office d'étagère.

Rapidité

Allumage immédiat et montée en température très rapide (de 5 à 8 min), globalement les barbecues à gaz chauffent plus vite que leurs homologues électriques. Pour ces derniers, ce sont la puissance (de 1 500 à plus de 2 000 W) et la densité des spires de la résistance qui conditionnent l'homogénéité, la rapidité de cuisson et la capacité à bien saisir (on règle l'allure de chauffe en haussant ou en baissant la grille, ou avec un thermostat). Comptez une dizaine de minutes environ de préchauffage. Un ­réflecteur de chaleur est parfois prévu, qui optimise les performances.

Sécurité

Les modèles électriques ne présentent aucun dan­ger, à condition d'être suffisamment stables. Pour une utilisation dans le jardin, une rallonge avec prise de terre est obligatoire, et un raccord étanche particulièrement conseillé dans l'herbe humide. Pour les appareils à gaz, une ­sécurité se déclenche en cas d'extinction de la flamme, comme sur une plaque de cuisson ou une cuisinière. Gage de ­sérieux, la marque NF s'attache à garantir l'étanchéité du tuyau, la facilité et la ­sûreté du raccordement à la bouteille de gaz, la stabilité des flammes, ainsi que la combustion (le barbecue ne doit pas dégager d'oxyde de carbone). Quelle que soit l'énergie retenue, n'oubliez pas que les ­appareils lourds et à quatre points d'appui sont les plus sûrs.

Entretien

Le nettoyage des modèles électriques se limite au strict minimum. Une fois l'appareil débranché et ­refroidi, la cuve et la grille se lavent avec un liquide vaisselle courant, voire au lave-vaisselle. La résistance, qu'il ne faut jamais tremper dans l'eau ni même passer sous le robinet, s'essuie avec un chiffon légèrement humide. Pour ceux à gaz, il faut nettoyer non seulement la grille, mais aussi le couvercle, ainsi que tous les accessoires. C'est un peu plus long, mais rien de rédhibitoire, car il n'y a ni cendres à vider ni braises à éteindre... sans parler de la corvée de charbon de bois, qui vous est évitée : la bonbonne de gaz durera tout l'été.

Véronique Biron


Mots-clés :

BARBECUE , EQUIPEMENT DOMESTIQUE




Outils pratiques :
Formalités et démarches
Papiers à conserver

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier