Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Test comparatif : 8 fers à repasser vapeur

Test comparatif : 8 fers à repasser vapeur

Mai 2007
Le Particulier pratique n° 324, article complet.
Auteur : BIRON (Véronique)

Huit fers ą vapeur, de 60 à 89 €, testés sur tissus épais, tissus fragiles et sur chemises pour évaluer leur efficacité et leur qualité de repassage.

Comme il est impossible de faire l'impasse sur la séance de repassage, mieux vaut vous équiper d'un matériel de qualité, agréable à utiliser, et qui vous permettra de ­gagner du temps. à moins que vous ne soyez un adep­te des centrales vapeur – dont nous avons pu constater les nom­breux avantages, voir LPP n° 317 –, c'est tout naturellement vers le rayon des fers vapeur classiques que vous allez vous tourner. Des modèles, il y en a beaucoup, et dans une large fourchette de prix (de 20 à plus de 100 €). Rien d'étonnant à cela quand on sait qu'il se vend plus de deux millions de fers par an en France. Mais qu'est-ce qui fait la différence ?

Les appareils d'entrée de gamme de fabricants connus manquent souvent de puissance, ont une efficacité moyenne due aussi à une ­répartition de la vapeur mal optimisée. Les fers “sans marque” disposent de suffisamment de puissance, mais leur semelle laisse à désirer, et leur durée de vie est plutôt courte. Quant à investir plus de 100 € dans un fer à vapeur, nous vous le déconseillons. Même si les produits sont séduisants ­ ­(design, sophistications en tous genres), ils ne feront jamais aussi bien qu'une centrale. Pour notre test de ce mois-ci, nous avons donc sélectionné huit appareils dans une gamme de prix moyenne (60-70 €, seul un modèle, le Bosch, coûte plus cher), ­représentative du marché.

Ces fers à repasser doivent être à même de remettre le linge en forme facilement grâce à un débit de vapeur capable de pénétrer profondément au cœur des fibres. Il est essentiel d'avoir la bonne adéquation entre température de la semelle, débit de vapeur et glisse. Une température élevée contribue à son ­efficacité, mais elle ne doit pas être excessive pour respecter le linge. à l'encontre, une température trop basse sera décevante, à moins d'être compensée par un fort débit de vapeur. Un casse-tête qui prouve que seuls des essais peuvent ­départager des ­modèles a priori similaires.

La puissance est sensiblement équivalente sur les huit modèles du test, et a son importance quand on s'attaque au repassage de tissus épais et froissés. Reste qu'elle ne saurait constituer un critère d'efficacité à elle seule. Le spray (vaporisateur d'eau froide), présent sur tous les appareils, est indispensable pour venir à bout des faux plis récalcitrants.

Le thermostat est, théoriquement, normé. La position 1 (pour les synthétiques) doit donner 110 °C au maximum, ­­la ­position 2 ­(pour la soie ou la laine) limite la température à 150 °C, enfin la position 3 (pour le ­coton ou le lin) ­atteint 200 °C. Des températures que nous avons vérifiées lors de nos tests. Mais à ­notre avis, les fers qui mentionnent clairement la nature du tissu sur le thermostat (les Calor, les Philips et le Bosch) sont plus pratiques que ceux qui n'affichent que des graduations. Chaque marque a, en effet, ses spécificités en fonction du débit de ­vapeur. Pour Philips, par exemple, la chaleur se rapportant au nylon est située avant la position 1. Sachant que l'on ­repasse de plus en plus de tissus synthétiques mélangés, mieux vaut rechercher la précision...

Tous les fers sont dotés d'un système anticalcaire, seuls les principes diffèrent. Cartouche, cassette ou tablette anticalcaire qui dure aussi longtemps que le fer avec Rowenta, Philips ou Bosch ; tige ou valve anticalcaire pour Calor et Braun. Ce qui ne vous dispense pas d'effectuer un autonettoyage une fois par mois. Autrement dit, faire chauffer l'appareil au maximum (avec de l'eau) et évacuer par rinçage au-dessus de l'évier les saletés et les particules de calcaire contenues dans la chambre de vapeur. Pour les modèles Calor et Braun, il faut détartrer la tige ou la valve anticalcaire au ­vinaigre d'alcool. Dans tous les cas de figure, si ces “astuces” augmentent la durée de vie de votre fer, elles ne sont pas infaillibles, et une eau dure finira par venir à bout de n'importe quel procédé. L'utilisation d'eau distillée ou déminéralisée, même mélangée à de l'eau du ­robinet, fera gagner en longévité.

Tous les fers disposent d'une rotule multidirectionnelle à 360° pour leur cordon, qui permet de les faire tourner dans la meilleure position au cours du ­repassage. Seule celle du Braun ne pivote que de 180°, ce qui est déjà pratique. Au-dessous de 2 m de cordon, vous serez probablement obligé d'avoir recours à une rallonge. Le Bosch, et surtout les deux Philips, pourvus de longs fils, sont très agréables à utiliser.

Véronique Biron


Mots-clés :

EQUIPEMENT DOMESTIQUE , FER A REPASSER




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier