Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Bilan : les soldes, nouvelle attraction touristique

Bilan : les soldes, nouvelle attraction touristique

Bilan : les soldes, nouvelle attraction touristique
Janvier 2009
Le Particulier pratique n° 342, article complet.
Auteur : BARRON (Edwige)

Le plaisir d'acheter de belles marques en solde entraîne le consommateur de plus en plus loin. Aiguillonné, cependant, par l'attrait culturel d'une ville...

Profiter des soldes tout en découvrant les trésors d'une capitale ou d'une vieille cité... Sur ce terrain, Anvers a une longueur d'avance. Fief de grands créateurs de la mode, comme Dries Van Noten, Ann Demeulemeester ou Véronique Branquinho, dont les vêtements originaux mais confortables sont vite bradés à – 70 % en janvier, elle offre un riche patrimoine : maison de Rubens, musée de la Mode, musée royal des Beaux-Arts, qui recèle des chefs-d'œuvre de l'art flamand. De plus, la ville est proche de nombreuses capitales européennes (2 h de Paris en Thalys ; promotion chaque année en janvier, 38 € aller-retour), dotée d'une hôtellerie abordable (de 80 € la double à l'Ibis du centre à 140 € au T'Sandt, hôtel de charme du quartier de la mode), et tout y est accessible à pied. Et pour bien préparer votre shopping, vous pouvez même suivre les visites guidées du quartier de la mode organisées par l'office du tourisme.

Paris a emboîté le pas à Anvers, et réitère, pour la troisième fois, Soldes by Paris, qui permet de remplir les hôtels à 80 %, alors que janvier est d'habitude un mois creux. Un site Internet destiné aux visiteurs étrangers et aux provinciaux en mal de bonnes affaires indique cinq circuits thématiques où trouver les boutiques de petits créateurs, plus accessibles, dans des quartiers moins évidents que le boulevard Haussmann ou l'avenue Montaigne. Des tricycles vous y transportent gratuitement (parisinfo.com), et 3 000 boutiques sont associées à l'opération.

On gardera pour l'été les magasins d'usine délicieusement chic de la banlieue de Florence (The Mall, avec des noms prestigieux comme Loro Piana, Ermenegildo Zegna, Yves Saint Laurent, Marni, Yohji Yamamoto ou Victoria Outlet). Implantés dans un paysage bucolique, ils sont gérés par les grandes marques, qui y déposent à prix imbattables “prototypes”, invendus en surnombre de la saison en cours et quelques surplus de la saison précédente. Une navette qui part du centre-ville deux fois par jour vous y conduit (et d'où s'échappe une amusante nuée de jeunes coquettes japonaises enthousiastes) ; mieux vaut, toutefois, y passer sur le chemin des vacances, car l'hôtellerie locale et les vols restent chers pour une simple escapade de shopping, même saupoudré d'une justification culturelle... D'autres régions d'Italie, comme les Marches, sont un bonheur pour les soldes de chaussures de grand luxe, mais là non plus ce n'est pas raisonnable en court séjour.

Quant à Londres, sa réputation n'est pas imméritée : on annonce cet hiver des – 80 %, et la baisse de valeur de la livre pourrait accentuer les choses. S'il se vend, en décembre, des aller-retour en Eurostar au prix plancher de 77 € (avec un calendrier facilitant la recherche de ces bas tarifs), les chambres n'ont pas encore tout à fait répercuté la baisse du pouvoir d'achat du consommateur. Ainsi, couplé à Eurostar, un deux-étoiles – et l'on sait qu'à Londres, c'est peu – coûte 103 €.

Les soldes continuent donc de nous faire voyager, mais il y faut un prétexte culturel. Cela ne joue pas partout. Actuellement, les magasins d'usine de Troyes paraissent souffrir d'une vive décrue. La ville avait pourtant mobilisé ses ressources pour offrir autre chose aux visiteurs que de l'habillement (un musée d'Art contemporain exceptionnel ; un artisanat d'art très vivant). Cette désaffection pourrait s'expliquer par la concurrence des sites Internet de vente privée, lesquels ne subissent pas encore les effets de la crise, malgré la menace qui plane sur eux : la DGCCRF vient de découvrir que sur 45 sites contrôlés à la rentrée, seulement deux avaient pu fournir le prix de référence des articles, c'est-à-dire le vrai prix, pratiqué un mois avant le rabais.

Edwige Barron


Mots-clés :

CONSOMMATEUR , EUROPE , SOLDES , TOURISME




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier