Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Argent > Banque > Quels moyens de paiement pour voyager ?

Quels moyens de paiement pour voyager ?

Quels moyens de paiement pour voyager ?
Juin 2007
Le Particulier n° 1014, article complet.
Auteur : DESHAYES (Sylvain)

Argent liquide, chèques de voyage ou carte bancaire : vous n'avez que l'embarras du choix pour partir en vacances à l'étranger. Encore faut-il adapter vos moyens de paiement à votre destination et à vos différentes dépenses.

La carte bancaire, un vrai sésame pour vos achats à l'étranger

Avant de partir en vacances à l'étranger, il est indispensable de connaître les règles du jeu en matière de paiement dans le pays visité. Car régler ses achats ou retirer de l'argent peut coûter plus ou moins cher, selon la destination choisie et le moyen de paiement utilisé. Si la carte bancaire est le meilleur "passeport" financier pour voyager, les autres moyens, espèces ou chèques de voyages (travellers chèques), peuvent présenter de réels avantages.

Prévoir des espèces pour les premières dépenses.

Si vous vous rendez dans l'un des douze autres pays de la zone euro (Italie, Allemagne, Espagne, Belgique, Portugal, Irlande, Grèce, Autriche, Slovénie, Luxembourg, Pays-Bas et Finlande), la monnaie étant identique, vous pourrez retirer des espèces sur place aux mêmes conditions qu'en France. En revanche, pour un séjour hors zone euro, vous devrez prendre vos dispositions. Renseignez-vous avant de partir auprès de votre agence de voyage, en parcourant un guide touristique, ou sur le site Internet de conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères (www.diplomatie.gouv.fr/fcv). Pour de nombreux pays, vous devrez changer de l'argent sur place, la monnaie locale n'étant pas disponible en France. Mais pour la plupart des pays européens n'utilisant pas l'euro, ou les autres grands pays développés, États-Unis, Canada, ou Japon, par exemple, vous pouvez vous procurer des devises avant le départ. Il est d'ailleurs plus prudent d'arriver sur place avec un peu d'argent liquide – de préférence des petites coupures – pour faire face aux premières dépenses incontournables (taxi, train, bus, boissons ou autres). Toutefois, évitez de vous adresser, au dernier moment, aux bureaux de change des gares ou des aéroports, car ils pratiquent des taux plus élevés qu'en ville. à moins de pouvoir vous rendre dans les quartiers Bourse ou Opéra à Paris, où cohabitent de nombreux bureaux de change, le plus simple consiste à commander des devises auprès de votre agence bancaire. Attention : prévoyez de 48 heures à une semaine pour recevoir vos coupures. De plus, votre banque facturera ce service avec une tarification fixe ou proportionnelle. Comptez, par exemple, 6 € de frais si vous êtes client du Crédit mutuel Nord Europe. Ou encore 1,5 % à 2 % du montant, calculés à partir du cours de la monnaie, chez LCL. Vous pouvez aussi changer à distance, avec un site Internet spécialisé et sécurisé comme www.nationalchange.com. Les devises vous seront livrées par porteur, en 24 à 48 heures, si vous habitez Paris ou la banlieue proche (92, 93, 94) pour un coût de 5 € ; ou par courrier, en 48 à 72 heures, dans les autres départements, moyennant 7 € à 10 € selon le montant. Vous pouvez aussi garder quelques euros ou dollars sur vous. "La monnaie européenne est maintenant bien acceptée, mais un peu de dollars dans des régions comme l'Asie du Sud-Est, l'Amérique latine ou l'Afrique de l'Ouest, peuvent dépanner", précise Gavin's Clemente Ruiz, enquêteur pour le Guides du routard.

Retirer de l'argent avec une carte ou des chèques de voyage.

À l'étranger, le sésame pour retirer de l'argent, c'est la carte bancaire. Les réseaux Visa et MasterCard sont présents dans plus de 220 pays, notamment toutes les régions touristiques. Le plus simple est d'utiliser les distributeurs automatiques de billets (DAB) avec une carte internationale : Carte bleue Visa, Visa Premier ou Visa Infinite, MasterCard Cirrus, Maestro, Gold ou Platinum. Vous pouvez également utiliser une carte American Express. Mais ce réseau n'est présent que dans 140 pays et le nombre de distributeurs accessibles est plus réduit. Il est d'ailleurs prudent de vérifier si votre carte est acceptée là où vous allez. Ainsi, Visa n'est pas utilisable en Birmanie ou en Éthiopie, MasterCard à Madagascar ou au Burkina Faso, American Express à Cuba... Dans ce cas, procurez-vous une autre carte bancaire dans votre banque – certaines comme la Banque postale la facturent à moitié prix – ou encore chez Auchan ou Carrefour qui proposent la Visa Premier à 45 € et 50 €. Pour retirer de l'argent dans les pays d'Europe de l'Ouest ou d'Amérique du Nord, les DAB sont suffisamment répandus pour que vous puissiez vous approvisionner sans soucis.

En revanche, pour d'autres destinations, telles l'Afrique ou l'Asie, soyez prudent. Renseignez-vous avant de partir sur le nombre et la localisation des DAB. Pour cela, interrogez votre banque, visitez les sites Internet — Visa (www.carte-bleue. com), MasterCard (www.mastercard.fr) et American Express (www.americanexpress.com/france) — et consultez les guides touristiques. Attention aussi au coût des retraits dans certains pays.

Dans la zone euro, votre banque doit vous appliquer la même tarification que pour un retrait en France. Plus précisément, ces retraits sont gratuits, sauf avec les banques qui appliquent une tarification au-delà d'un certain nombre de retraits hors de leur réseau. Par exemple, si la Banque postale ne facture aucun retrait, la Société générale n'autorise que 4 retraits gratuits par mois hors de son réseau et facture ensuite 1 € chaque retrait supplémentaire (voir ci-dessous). Un avantage pour les titulaires des cartes Visa Premier et Infinite, MasterGold et Platinum : ils peuvent retirer de l'argent aux DAB sans facturation dans la majorité des banques.

En revanche, hors zone euro, les retraits sont systématiquement facturés par votre banque. Le plus souvent, chaque opération fait l'objet d'une facturation comprenant une somme fixe et une autre proportionnelle au montant retiré. Il est donc prudent de limiter les retraits pendant votre séjour. Un exemple : vous effectuez dix retraits d'argent aux DAB pendant votre séjour pour l'équivalent de 80 € à chaque fois (800 euros en tout). Ces opérations vous seront facturées au total 51 € par la Banque postale, soit 3,50 € par opération, plus 2 % du montant retiré. Il est toutefois indispensable de se faire préciser les conditions de facturation auprès de votre banque. Certaines ont passé des accords avec des banques étrangères permettant des retraits gratuits, y compris hors zone euro. C'est le cas de la BNP avec la Barclays au Royaume-Uni et en Afrique, avec la Bank of America aux États-Unis, ou avec la Scotia Bank au Canada, au Mexique et dans les Caraïbes, notamment. Par ailleurs, avec une American Express, les retraits aux DAB vous seront facturés, en France comme dans tout pays étranger, 2 % de la somme avec un minimum de 3 €, plus les éventuels frais de change. Le retrait d'espèces peut également se faire avec des chèques de voyages. Les plus répandus, ceux d'American Express, sont disponibles en 9 devises : les dollars américains, canadiens et australiens, l'euro, le franc suisse, la livre sterling, le rand sud-africain, le rial saoudien et le yen. Cette solution est sensiblement moins coûteuse, hors zone euro, que l'utilisation d'une carte bancaire internationale pour effectuer des retraits. Une commission de 1,40 % à 3 %, selon la banque, vous sera facturée à l'achat, ainsi que des frais de change – impossible à connaître à l'avance – au moment de convertir le chèque en monnaie locale. En reprenant notre exemple de 800 €, vous devriez supporter une facturation de 11 à 24 € (hors frais de change). Toutefois, le chèque de voyage offre beaucoup moins de souplesse que la carte bancaire pour retirer de l'argent, car il suppose de se présenter au guichet d'une banque – ou dans un commerce acceptant de le changer – aux heures d'ouverture. Reste que "le chèque de voyage est un bon moyen pour faire face aux imprévus, comme la perte de sa carte bancaire", explique Marc, voyageur au long cours. Et s'il est aujourd'hui moins utilisé à travers le monde, il présente de nombreux atouts. Volé, il est en principe échangé en 24 heures, à condition d'avoir conservé les numéros des chèques ; sa validité est illimitée dans le temps et les mineurs peuvent s'en servir. Par ailleurs, le chèque en euros est accepté partout, ce qui évite de perdre de l'argent en acquittant deux fois des frais de change : d'euros en dollars (en France) et de dollars en monnaie locale (sur place).

Payer sans frais dans la zone euro.

Simple et rapide, le paiement par carte bancaire, à l'étranger, nécessite, bien sûr, de posséder une carte internationale, comme pour les retraits dans les DAB. Dans la zone euro, ces paiements sont gratuits, les banques ayant l'obligation d'appliquer la même tarification que dans le pays d'origine. En revanche, dans le reste du monde, les paiements sont facturés (voir p. 80) et très coûteux. Par exemple, pour un achat de 150 €, vous paierez 2,63 € de frais si vous êtes client du Crédit agricole Île-de-France, et 3,79 € au Crédit mutuel Nord Europe. Dans certains pays, notamment dans le sud-est asiatique, des commerçants appliquent des frais supplémentaires proportionnels au montant de la transaction. En plus de la commission de 1,5 % à 2,5 % du montant des dépenses facturée par votre banque pour tout paiement hors zone euro, vous supporterez alors un supplément de 1 % à 2 % facturés par le commerçant. Raison de plus pour régler les menues dépenses en argent liquide. Enfin, si vous utilisez une carte American Express, vous acquitterez aussi une commission de 2 %, hors frais de change. Son intérêt, au regard de l'offre des cartes bancaires traditionnelles, reste donc discutable, d'autant que son coût n'est pas négligeable (80 € par an pour la carte personnelle et 185 € par an pour la Gold) et que sa zone d'utilisation est plus limitée. Cette carte offre toutefois quelques atouts, pour les voyageurs dépensiers, notamment : elle n'est soumise à aucun plafond de paiement, Amex s'engage à la remplacer en 48 heures au maximum en cas de perte ou de vol, et votre responsabilité est limitée à 25 € en cas d'utilisation frauduleuse (contre 150 € avec la Visa Premier, par exemple).

Ajuster les plafonds de sa carte.

Que ce soit pour payer ou retirer de l'argent, la carte bancaire reste donc le moyen le plus pratique en voyage. Renseignez-vous tout de même auprès de votre banque sur les plafonds dont vous disposez. Avec une Visa Classic chez BNP Paribas, par exemple, vous disposez d'un maximum de 2 500 € de paiement sur 30 jours et de 500 € de retrait sur 7 jours, alors qu'avec une Visa Premier, les chiffres sont respectivement de 8 000 € et de 2 000 € (plafonds standards). Si vous estimez que ces limites ne correspondent pas à vos prévisions de dépenses, vous devez en aviser votre banque une semaine avant le départ pour qu'elle les modifie. Toujours avec une Visa Premier chez BNP Paribas, le plafond de paiement sur 30 jours peut ainsi être porté à 150 000 € sur 30 jours, et celui des retraits à 3 000 € par période de 7 jours... pour les meilleurs clients. Une précaution qui peut vous éviter de mauvaises surprises pendant vos vacances.

Sylvain Deshayes

 


Mots-clés :

BANQUE , CARTE BANCAIRE , CHEQUE , PAIEMENT ELECTRONIQUE , PAIEMENT EN ESPECES , VACANCES , VOL




Outils pratiques :
Formalités et démarches
 

Bannière Choix patrimoniaux

bannier la lettre des placements

Forum bannière

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Simulateur Assurance vie 300*250

Bannière e-Particulier