Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Automobile > Bilan : deux formules pour rouler citoyen

Bilan : deux formules pour rouler citoyen

Bilan : deux formules pour rouler citoyen
Décembre 2006
Le Particulier pratique n° 319, article complet.
Auteur : ROUSSILLE (Katia)

Covoiturage et autopartage, de nouvelles façons d'utiliser sa voiture pour polluer et dépenser moins.

Le nombre de passagers par voiture aux heures de pointe est de 1,3, et un véhicule roule environ une heure par jour. Pollution de l'air, ­engorgement des villes, encombrements..., autant de données qui militent pour une gestion moins individualiste de ce mode de trans­port. Et puis les automobilistes font leurs comptes : selon la Fédération française des Automobile-Clubs, le coût moyen d'une voiture est de 4 536 € par an. Il faut donc trouver des solutions qui permettent d' utiliser son véhi­cule de manière plus communautaire. Pour cela, deux formules existent : l'autopartage et le covoiturage.

L'autopartage consiste à organiser la mise en commun d'un parc de voitures. Divers modèles appartenant à une société d'autopartage sont mis à la disposition des particuliers, 24 h/24 et 7 j/7, pour au ­minimum une heure, à condition qu'ils paient un droit d'entrée (de 30 à 300 € suivant les villes et les formules) et un abonnement mensuel (environ 10 €).

Plusieurs coopératives ou associations ont été fondées sur ce principe, ainsi qu'un premier réseau, France-Autopartage. En décembre 2005, un projet de loi a été adopté par le Sénat, visant à créer un label pour ces formules, et à encourager les collectivités à aider ce mode de déplacement, par la mise à disposition de places de parking par exem­ple. Aujourd'hui, 3 000 personnes en France utilisent ce système, contre 60 000 en Suisse, 80 000 en Allemagne.

L'organisation pour l'utilisateur est à peu près partout la même. A Paris, par exemple, l'adhérent paie à la société Caisse commune une prise en charge de 5 €, un tarif horaire de 1,99 € (entre minuit et 7 h, c'est gratuit), un prix au kilomètre de 0,27 à 0,44 € suivant la formule choisie (dans les autres villes, les tarifs sont moindres). L'automobiliste réserve un véhicule dans un parking public avec lequel la société a des accords, et récupère la clé grâce à une carte à puce. Un ordinateur de bord comptabilisera les kilomètres parcourus.

Le covoiturage consiste à mettre en relation des personnes qui effectuent les mêmes trajets aux mêmes heures (itinéraires domicile-travail, voyages de loisirs ou pro­fessionnels). L'application du plan de déplacement d'entreprise (PDE), à la suite de la loi sur l'air de 1996, qui a pour objectif d'inciter les salariés à réduire l'utilisation de leur voiture au profit des au­tres modes de transport, devrait favoriser ces initiatives. Le service lancé par les Aéroports de Paris (ADP) en octobre 2006 pour le pôle Orly-Rungis entre dans ce ­cadre. Certaines associations sont aidées par ­l'Ademe régionale, c'est le cas de Voiture & Co à l'université de Nanterre.

Ces solutions se sont développées sur Internet. On trouve ainsi une ­dizaine de sites, où conducteurs et passagers sont mis en relation. Les passagers s'arrangent avec le conducteur pour participer aux frais d'essence et d'autoroute.

Katia Roussille


Mots-clés :

AUTOMOBILE , CARBURANT , ECONOMIE , ENVIRONNEMENT , POLLUTION




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier