Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Automobile > Où faire entretenir votre voiture ?

Où faire entretenir votre voiture ?

Où faire entretenir votre voiture ?
Septembre 2003
Le Particulier n° 968, article complet.
Auteur : DESHAYES (Sylvain)

Que ce soit chez un concessionnaire, un centre-auto ou un garagiste : pour faire entretenir sa voiture, il ne faut pas seulement regarder le prix. La qualité du service, voire des pièces de rechange, n'est pas toujours de même niveau.

L'arrivée des centres-autos élargit la possibilité de choix pour les automobilistes

Si vous êtes automobiliste, au moins une fois par an en moyenne, vous faites appel aux services d'un professionnel de l'entretien pour effectuer une vidange et changer certaines des pièces soumises à usure régulière. Pour cela, vous pouvez vous adresser à un garagiste indépendant, ou à un concessionnaire (ou un agent) de la marque de votre voiture, ou encore à un centre-auto tel que Midas, Speedy, Norauto, Feu Vert, Axto, Euromaster, Maxauto, L'auto E. Leclerc... Prix, compétence, délais d'intervention, qualité et diversité des services proposés, comment choisir le professionnel le mieux adapté ?

Quelles sont les opérations qui relèvent de l'entretien ?

Principalement, il s'agit des révisions que le constructeur préconise d'effectuer à intervalles réguliers, exprimés en kilométrage ou aussi, sur les modèles récents, en temps (tous les 2 ans, par exemple). Ces opérations sont décrites dans le carnet d'entretien (vidange, changements des filtres et des joints), et comportent généralement deux niveaux, les révisions courantes (ou "d'entretien"), et les révisions "générales" ou "approfondies". En outre, l'entretien porte sur le changement des pièces d'usure comme les pneus, les plaquettes et disques de freins, les phares (optiques et ampoules), les amortisseurs, cardans et rotules, la ligne d'échappement (tubes, silencieux, catalyseur), ou encore la batterie. Sans oublier la climatisation : cet équipement tend à se généraliser depuis quelques années, mais les constructeurs insistent parfois trop peu auprès des automobilistes sur les contraintes d'entretien. Une climatisation récente doit être révisée tous les 2 ans, voire tous les ans, pour les gros rouleurs.

Quels sont les avantages procurés par les centres-autos ?

Leur offre commerciale est simple : des interventions sans rendez-vous et des tarifs forfaitaires, incluant pièces et main-d'œuvre. On sait donc à l'avance ce qu'on paiera, en principe sans mauvaise surprise. Fondée sur le même principe, une enseigne, Carglass, est spécialisée dans le remplacement des pare-brise et des phares cassés. Les centres-autos diversifient parfois leurs activités : précontrôles techniques gratuits, diagnostics payants (éclairage, freinage...), et réglage antipollution indispensable avant le passage au contrôle technique auto. Enfin, bon nombre d'entre eux proposent, de plus en plus souvent, l'entretien de la climatisation.

Les concessionnaires et indépendants proposent-ils également des prestations forfaitaires ?

Oui. Le précurseur a été Renault, avec la création, sous l'enseigne Renault minute, de centres qui fonctionnent sur les mêmes principes que les centres-autos : prise en charge de tous les véhicules, quelle que soit leur marque, pas de rendez-vous, tarifs forfaitaires, avec toutefois deux niveaux de tarifs, en distinguant les grandes villes et le reste de la France. Fort de ce premier succès, le constructeur au Losange ouvre maintenant progressivement des centres Renault Minute Carrosserie destinés à traiter des petits travaux (bosses, rayures). Chez Peugeot et Opel, l'offre est baptisée respectivement Peugeot Rapide et Forfait entretien, avec un tarif valable sur tout le territoire. D'autres constructeurs proposent, avec des variantes, des prestations au forfait, tels Citroën (centres Chrono-Service), Volvo (Forfaits Service), le plus souvent avec prise de rendez-vous. Dans cette compétition frontale entre les concessionnaires de marque et les centres-autos, les garagistes indépendants pourraient jouer les arbitres. Certains se sont regroupés en réseau, comme le réseau "AD" qui fédère 1 500 garagistes. Au final : on y trouve aussi des prestations standardisées avec des tarifs compétitifs. Quant aux garagistes indépendants "traditionnels", qui continuent à facturer leurs prestations au temps passé, plus les pièces, leurs tarifs ne sont pas nécessairement plus élevés. En revanche, la prise de rendez-vous reste assez incontournable.

Les centres-autos sont-ils toujours moins chers que les concessionnaires et agents ?

Oui et non. En effet, les concessionnaires, malgré tous leurs efforts, vendent leurs pièces détachées plus cher. De plus, ils sont tenus, pour les véhicules de leur marque, de pouvoir effectuer toutes les interventions, sur tous les modèles, ce qui leur impose des charges en matériel et en formation de leur personnel que les centres-autos n'ont pas à supporter. Ainsi, en juin dernier, pour une révision d'entretien (vidange avec 5 litres d'huile semi-synthèse 10W40 de marque, le changement du filtre à huile et une série de contrôles visuels), Midas nous indiquait facturer 60 € (70 € pour certains modèles diesel), contre 54,40 € chez Feu Vert, 55 € chez Speedy et 63 € chez Norauto. Chez un artisan du réseau AD, le tarif variait de 86 € à 169 € selon les modèles de véhicule (changement du filtre à air compris en plus). Dans le réseau Renault, cette même opération était annoncée à 123 € (hors de Paris), à 68 € dans le réseau Peugeot et à 65 € chez Opel. Dans les réseaux de la plupart des autres constructeurs, il est très difficile de connaître les prix par avance. Volvo, par exemple, pratique 7 tarifs différents pour les mêmes forfaits sur le territoire. Et Volkswagen laisse chaque concessionnaire afficher les prix qu'il souhaite. Enfin, reste tous les indépendants qui calculeront leur prix sur la base d'un tarif horaire et d'une facturation de pièces séparés. Au final donc, même pour une simple vidange, il peut être difficile de connaître le prix à l'avance. D'autant que des promotions quasi permanentes sont proposées aux automobilistes par tous les professionnels, concessionnaires compris. L'un casse les prix sur les plaquettes de freins pendant 3 semaines ; l'autre ne facture pas le montage et l'équilibrage pour l'achat de 4 pneus neufs durant 1 mois. Encore faut-il savoir repérer les bonnes affaires, mais, quoi qu'il en soit, l'avantage prix des centres-autos doit être relativisé.

Quel est l'intérêt de s'adresser à un concessionnaire ?

Ils offrent davantage de services. Ainsi, ils sont de plus en plus nombreux à proposer le prêt d'un "véhicule de courtoisie" pendant la durée d'immobilisation du véhicule. De plus, leurs interventions sont effectuées par du personnel formé sur les véhicules de la marque dont ils connaissent, en principe, les moindres ressorts. "Un de mes clients a cassé sa courroie de distribution peu après avoir fait la vidange des 80 000 km chez un concurrent, qui n'a pas pensé à regarder le carnet d'entretien qui préconisait de la changer. Nous, nous aurions alerté le client", raconte le responsable de Renault minute de La Rochelle. Par ailleurs, toutes les voitures récentes sont équipées de calculateurs intégrés qui gèrent et analysent le fonctionnement de tous les organes du véhicule. Pour détecter une panne et sa cause, le mécanicien d'aujourd'hui a moins besoin d'une clé à molette que d'une "valise de diagnostic", en fait un ordinateur auquel il connecte celui du véhicule. En outre, dès qu'une voiture entre en atelier, pour quelque raison que ce soit, le garagiste peut utiliser cet outil de diagnostic pour effectuer un rapide check-up de la voiture et détecter d'éventuels dysfonctionnements encore indécelables autrement (par exemple, sur le dispositif d'antiblocage des roues en cas de freinage violent), ou même y remédier immédiatement. Aujourd'hui, des concessionnaires, principalement, disposent des équipements et logiciels nécessaires (Diag 2000 chez Peugeot ou Clip chez Renault, par exemple), complétés si besoin pour les pannes complexes par une liaison directe via Internet avec le constructeur. Les centres-autos ne sont pas pour autant démunis : des outils de diagnostic multimarque commencent à être diffusés et, surtout, la majorité du parc automobile peut encore être entretenue sans ces outils. En revanche, les garagistes indépendants n'ont pas toujours les armes nécessaires pour lutter, à l'exception de ceux qui se sont regroupés en réseau (comme les réparateurs "AD").

Les pièces de rechange sont-elles de la même qualité partout ?

Plus de 80 % des pièces d'une voiture ne sont pas fabriquées par les constructeurs, mais par des équipementiers. Les pièces d'origine, vendues uniquement par les concessionnaires, sont, en fait, fabriquées par l'équipementier selon les spécifications du constructeur, et vendues sous la marque de celui-ci. Quant aux centres-autos, ils déclarent vendre – moins cher – des pièces identiques puisqu'achetées chez les mêmes équipementiers qui, en réalité, peuvent être différentes. Pour des plaquettes de freins, par exemple, elles sortiront bien du même moule qui a servi à fabriquer la pièce d'origine, mais la qualité du matériau utilisé, et dont dépend leur longévité, peut varier. Feu Vert, par exemple, vend des plaquettes fournies par Valéo, un équipementier : les unes peu coûteuses vendues sous marque Feu Vert, et les autres, plus chères et plus durables dites équivalentes à celles d'origine, vendues sous la marque Valéo. Les constructeurs ne sont pas en reste puisque Renault vend sous sa marque des pièces dites d'origine, mais propose également des pièces de seconde catégorie sous la marque Motrio. Il arrive même que les pièces de rechange fournies dans le réseau du constructeur ne soient pas tout à fait identiques à celles d'origine, par exemple s'il a modifié ses spécifications entre-temps. Les autorités européennes tentent néanmoins de mettre de l'ordre (voir encadré p. 80).

Faire entretenir sa voiture hors réseau constructeur ne fait-il pas perdre sa garantie ?

C'est le cas seulement pendant la garantie commerciale, si cette sanction est expressément prévue dans le contrat de garantie, et si la voiture a été achetée avant le 1er octobre 2003. À cette date entrera en vigueur un règlement européen (voir encadré p. 80) qui permet aux automobilistes, même en présence de clause contraire, de faire entretenir leur véhicule où bon leur semble, y compris pendant la période de garantie (question n° 47 de la notice explicative du règlement). Il convient toutefois de rester très prudent. En cas de pépin, le constructeur ne se privera pas de faire valoir que ses indications pour les révisions n'ont pas été suivies à la lettre, et l'automobiliste aura vraisemblablement plus de mal à faire jouer la garantie que s'il était resté dans le réseau. Après la période de garantie contractuelle, et quelle que soit la date d'achat de la voiture, le constructeur ne peut rien imposer à ses clients. Mais si une panne grave se produit et que l'automobiliste veut faire jouer la garantie légale des vices cachés (non limitée dans le temps), il aura tout intérêt à pouvoir prouver, à l'aide de factures et/ou du carnet d'entretien, que le véhicule a été entretenu conformément aux prescriptions du constructeur, au sein ou hors de son réseau.

Finalement, entre centres-autos et concessionnaires, quelle est la meilleure solution ?

Si vous êtes propriétaire d'une voiture récente (moins de 4 ans), a fortiori sous garantie, il est préférable de fréquenter le réseau. Votre véhicule sera traité selon les préconisations du constructeur, et un concessionnaire sera mieux à même de remédier aux "défauts de jeunesse" de votre véhicule, en particulier les pannes électroniques qui sévissent sur les modèles les plus récents. Au-delà de la période de garantie (2 ans en général), et à condition de bien respecter les opérations d'entretien obligatoires, vous pouvez faire jouer la concurrence pour les révisions d'entretien, et pour les changements de pneus ou de freins. Pour les autres révisions, dites "générales", il peut être préférable de retourner dans le réseau. Si votre voiture a plus de 4 ans environ, votre liberté est plus grande encore de profiter de la concurrence, notamment si vous résidez dans une région où plusieurs centres-autos sont présents et se battent à coup d'opérations promotionnelles. Sans oublier les indépendants : pouvoir accorder sa confiance à un garage de proximité n'a pas de prix ! Surtout si le véhicule est très âgé et roule peu, n'hésitez pas à faire baisser la note en demandant des pièces à la marque du centre-auto ou, ailleurs, des pièces de seconde catégorie. Sylvain deshayes


Mots-clés :

AUTOMOBILE , ENTRETIEN , ENTRETIEN VEHICULE , PIECE DETACHEE , REPARATION




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier