Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Automobile > Toutes les pistes pour payer moins cher votre assurance auto

Toutes les pistes pour payer moins cher votre assurance auto

Toutes les pistes pour payer moins cher votre assurance auto
Mars 2009
Le Particulier n° 1035, article complet.
Auteur : DESHAYES (Sylvain)

Assurer sa voiture coûte cher. Pour faire diminuer votre prime, diverses solutions s'offrent à vous : négocier avec votre assureur, dépoussiérer votre contrat... Et aussi, profiter des offres sur Internet ou des avantages réservés aux bons conducteurs.

Les compagnies et les mutuelles l'ont annoncé, les tarifs de l'assurance automobile devraient dans l'ensemble stagner cette année, parfois même baisser pour certains conducteurs. La raison ? Si, d'un côté, les assureurs ont dû faire face à l'augmentation importante du coût des matières premières, répercuté sur celui des pièces détachées, de l'autre, 2008 a vu une diminution sensible des sinistres, donc des dépenses. Pour autant, la concurrence à laquelle se livrent les assureurs pour vous séduire reste féroce. Il existe donc toujours des marges d'économies sur vos dépenses d'assurance auto, chez votre assureur actuel ou chez l'un de ses concurrents. En premier lieu, vous pouvez profiter de la multiplication des offres qui sont apparues sur le marché ces dernières années. De ce point de vue, le rôle de plus en plus important de l'outil Internet comme comparateur instantané de dizaines de tarifs constitue un atout pour les particuliers. De plus, pour une même protection, votre contrat actuel n'est pas forcément adapté : peut-être l'avez-vous souscrit à une époque où vos besoins différaient de ceux d'aujourd'hui ? Il faut sans doute le dépoussiérer un peu. Enfin, plusieurs assureurs ont mis sur pied des avantages réservés à certains clients (superbonus, tarification au kilomètre, etc.) dont vous pouvez sans doute tirer profit.

Des écarts de tarifs très importants

Aujourd'hui, un particulier dépense en moyenne 400 € par an pour couvrir ses risques automobiles. Cette moyenne cache en réalité de fortes disparités. Les deux tiers des automobilistes qui disposent d'un bonus maximal (coefficient 0,50) ont ainsi accès aux tarifs les plus avantageux. Toutefois, pour un même profil d'automobiliste, les écarts sont souvent très importants, d'un assureur à l'autre, que vous recherchiez une « tous risques » ou une assurance dite « au tiers ». Pour s'en convaincre, il suffit d'aller sur Internet consulter, par exemple, le comparateur de prix assurland.fr, qui propose des devis en ligne à partir des propositions recueillies auprès d'une quarantaine de compagnies. Assurer une Renault Clio III 1.9 dCi Expression à Paris (bon conducteur doté d'un bonus maximal) revient, dans le meilleur des cas, à 400 € par an, contre 480 € chez un autre assureur (soit un écart de 20 %). Toutefois, ce comparateur n'affiche à l'écran que les réponses des cinq assureurs les moins chers. « Sur la totalité des réponses que nous collectons, les écarts de prix, pour des offres comparables, peuvent aller de un à trois

», explique Stanislas Di Vittorio, directeur général d'Assurland. En direct, nous avons sollicité une dizaine d'assureurs en leur soumettant plusieurs profils de conducteurs. Résultat : des écarts de tarifs importants. Ainsi, un conducteur homme de 40 ans résidant à Montpellier (bonus 0,60) paiera, selon l'assureur, entre 375 € et 778 € par an, soit une différence de 403 € (107 %).

Alors, comment procéder pour réduire l'addition ? Essayez d'abord de négocier le montant de votre prime d'assurance. Vous disposez de solides arguments si, d'une part, vous êtes un « bon » conducteur, doté d'un bonus maximal, et, d'autre part, si vous avez souscrit d'autres contrats chez le même assureur (multirisque habitation, assurance vie, etc.). Clients d'une mutuelle, Macif, Maif ou Matmut, entre autres, passez votre chemin : elles refusent de négocier au cas par cas. En revanche, auprès de votre courtier ou agent général, vous pouvez obtenir un geste commercial de l'ordre de 5 à 10 % (15 % au maximum) de réduction. Prenez rendez-vous et négociez, muni de plusieurs devis demandés à la concurrence, en agences ou sur Internet. Toutefois, méfiez-vous des propositions de diminution de tarif qui masquent une modification de votre contrat. Une baisse de 10 % de votre prime d'assurance annuelle (360 € au lieu de 400 €, par exemple) qui s'accompagne d'un renoncement à une franchise de niveau modeste, de l'ordre de 100 €, pour une franchise de 500 € sur la garantie « dommages au véhicule » doit être bien comprise : en cas de sinistre dans lequel votre responsabilité est engagée, il restera à votre charge non pas 100 €, mais 500 €, soit 400 € de plus.

Faites le ménage dans vos garanties

Autre piste d'économie : se débarrasser des garanties dont on n'a plus besoin. Pour cela, vous devrez contacter votre assureur et lui demander de modifier votre contrat : selon ses conditions générales, vous pourrez le faire à tout moment ou uniquement à la date anniversaire de sa signature. Un contrat d'assurance automobile se compose de plusieurs garanties dont une seule est légalement obligatoire, la responsabilité civile (RC). Entre la moins chère, dite « au tiers », composée au minimum d'une RC et d'une assistance en cas de panne, et une « tous risques » qui cumule plusieurs garanties, toutes ne sont pas, ou plus, nécessaires. Ainsi, lorsque votre voiture a entre 7 et 8 ans, sa valeur à l'Argus mérite d'être surveillée. Par exemple, une Citroën Xantia âgée de 8 ans qui cote 2 400 € à l'Argus ne vaudra plus que 1 000 €, au mieux, 3 ans plus tard. Or, assuré « tous risques », vous dépensez 550 € par an (à condition d'être un bon conducteur doté d'un bonus maximal), soit 1 650 € sur 3 ans, avec une franchise dommages de 440 €. Si vous avez un accident et que votre véhicule est irréparable, l'assureur vous remboursera : 1 000 € - 440 € = 560 €. Assuré au tiers, vous dépenserez 280 € par an, soit 840 € en 3 ans. Si, la troisième année, vous revendez votre voiture et que vous n'avez pas eu de sinistre, vous aurez économisé 810 € (1 650 - 840). En revanche, si votre véhicule est détruit, vous ne serez pas indemnisé. Mais, sur ces 3 années, vous êtes gagnant : vous aurez dépensé 840 € (assurance au tiers) contre 1 090 € avec une assurance tous risques (1 650 € - 560 € de remboursement du véhicule) dans cette hypothèse. Ainsi, plus le temps passe, plus une « tous risques » devient chère au regard de ce que vous pouvez espérer comme dédommagement en cas de non-réparation de votre voiture. La garantie contre le vol, elle, mérite d'être conservée bien qu'elle soit le plus souvent « packagée » avec d'autres (elle est rarement proposée seule en option).

Autre économie, supprimer la garantie couvrant les déplacements domicile-travail, inutile si vous êtes retraité ou si vous choisissez les transports en commun pour aller travailler. Ainsi, à la Matmut, pour une Opel Vectra Diesel de 2001, un couple habitant à Caen avec un bonus maximal depuis plus de 6 ans paiera 427 € par an avec une garantie couvrant tous ses déplacements, mais seulement 371 € pour des déplacements de loisirs, soit 13 % de moins. Toutefois, selon les assureurs, les écarts varient. La Macif, par exemple, fait très peu de différence entre un usage « privé » et un autre qui comprend les déplacements vers son travail : 5 € par an d'économie avec une Peugeot 308 (conducteur résidant en province, doté d'un bonus de 0,50 et assuré au tiers).

Diminuez le niveau de votre assurance... avec précaution !

Cette solution, plus risquée, doit être maniée avec prudence. Ainsi, certaines garanties ne doivent pas être résiliées. C'est le cas de la garantie corporelle du conducteur qui assure une prise en charge des dommages dans le cas où la responsabilité de celui-ci est engagée lors d'un sinistre. De même, la garantie (souvent optionnelle) d'assistance-dépannage 0 km permet d'être assisté gratuitement (hors réparations en cas de panne) par son assureur : le véhicule est conduit chez un réparateur et une solution de retour à votre domicile vous est proposée. Sans cette garantie, vous n'êtes pas pris en charge si vous faites appel à l'assistance à moins de 50 km de chez vous. Or 80 % des sinistres surviennent dans un rayon de moins de 30 km du domicile des automobilistes. Le coût de cette garantie n'est d'ailleurs pas très élevé, de l'ordre de 20 € par an chez Idmacif (Internet), par exemple. Enfin, vous pouvez aussi diminuer votre prime d'assurance en augmentant le montant des franchises qui restent à votre charge en cas de sinistre. Ainsi, pour assurer « tous risques » un Renault Grand Scénic 1.9 Exception, un couple de 45 ans avec deux enfants habitant Grenoble, avec un bonus de 0,50, pourra opter pour l'une de ces solutions : un rachat complet de la franchise dommages et vol, une franchise « simple » ou « double ». La prime annuelle s'établira alors, respectivement, à 576 €, 512 € ou 469 €, soit une économie maximale de 107 € par an. En cas de sinistre responsable, la part qui restera à la charge du couple sera de 0 € (rachat de franchise), 220 € (simple) ou 440 € (double). Il pourrait aussi opter pour une franchise variable dont le montant s'établit à 20 % du montant des dommages, avec un minimum de 152 € et un maximum de 381 €. La prime annuelle dans notre exemple serait alors de 512 €.

Changez d'assureur en profitant des nouvelles opportunités

Vous avez tout intérêt à étudier les offres des concurrents. Première piste : regardez du côté des assureurs directs, sur Internet, qui proposent des tarifs très compétitifs. Apparus récemment, amaguiz.com (filiale de Groupama) et idmacif.fr (filiale de la Macif), entre autres, permettent à leurs clients de souscrire très simplement à distance, par Internet ou par téléphone. Attention, toutefois, à la sélection : ils n'assurent pas les conducteurs novices, c'est-à-dire ceux qui ont moins de 2 années de permis de conduire ; ou excluent les automobilistes de plus de 50 ans, tout comme ceux qui n'ont pas de bonus, ce qui est le cas, par exemple des offres idmacif. Chez Amaguiz, il faut être titulaire du permis depuis 3 ans, être âgé d'au moins 23 ans et avoir un bonus de 0,90, au minimum. Sur direct-assurance.fr, si vous êtes une femme de 28 ans habitant Paris avec un bonus de 0,90, par exemple, vous serez invitée à prendre contact avec leurs services... Une façon de dissuader les jeunes conducteurs. Ce n'est en revanche pas le cas pour un conducteur plus âgé avec un bonus au maximum qui voit le plus souvent une offre de tarif d'assurance s'afficher sur l'écran

Contrairement à Idmacif ou Amaguiz, Direct Assurance a refusé de nous donner les critères retenus pour accepter ou non de couvrir tel ou tel automobiliste.

La sélection drastique des conducteurs pour ne retenir que ceux qui présentent des risques limités ainsi que la gestion à distance des clients permettent à ces assureurs directs d'afficher des tarifs de 10 à 30 % moins chers que leurs concurrents. Ainsi, un couple de retraités résidant à Figeac, propriétaire d'une Citroën C5, paiera (avec un bonus de 0,50) 346 € par an pour une assurance tous risques avec Amaguiz, 406 € avec AGF, 496 € avec Filia-Maif. L'avantage pécuniaire est ici évident. Toutefois, vous avez toujours intérêt à regarder de près les garanties de votre contrat. Pour ce même profil de conducteur, la Matmut facture 374 €, soit 28 € de plus que Amaguiz. Mais, chez le premier, vous devrez ajouter 28 € par an pour la garantie corporelle du conducteur contre 30 € chez le second. De plus, l'offre Matmut inclut une assistance 0 km et une garantie « valeur à neuf » alors que ces deux garanties chez Amaguiz sont en option, respectivement à 26 € et 74 € par an. Pour une couverture sensiblement comparable, vous paierez donc 402 € (374 + 28) à la Matmut, 476 € (346 + 30 + 26 + 74) chez Amaguiz. Les assureurs directs présentent l'avantage de proposer une offre de base très simple, puis de laisser les clients décider ou non de souscrire des garanties complémentaires. Aussi, leurs tarifs attractifs ne doivent-ils être appréciés qu'au regard de garanties comparables chez leurs concurrents. Changer d'assureur nécessite donc de multiplier les demandes de devis, de les examiner soigneusement et d'éviter de souscrire dans la précipitation. Enfin, une résiliation ne peut se faire à tout moment de l'année, mais à la date anniversaire de votre contrat (voir l'encadré ci-dessous).

Étudiez les formules au kilomètre

Réservées aux petits rouleurs, deux formules d'assurance coexistent. La première, sous forme de forfait, propose un tarif adapté, moins cher de 20 à 40 % (en fonction du véhicule, du niveau d'assurance, du conducteur et de sa région) et s'adresse aux automobilistes qui ne dépassent pas un kilométrage défini dans l'année. C'est, par exemple, l'offre d'Axa avec son « forfait 8 000 km » ou encore celle d'AGF qui propose deux forfaits, l'un à 7 000 km, l'autre à 9 000 km. Ces formules sont destinées aux personnes âgées, mais aussi à celles qui souhaitent assurer un second véhicule, ou encore qui se servent de leur voiture uniquement pour leurs loisirs.

Autre formule apparue il y a quelques mois seulement en France, le « Pay As You Drive » (Payd) ou paiement au kilomètre. L'assuré paie son assurance en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Pour cela, sa voiture est équipée d'un petit boîtier qui, une fois par mois, transmet l'information à l'assureur. La Maaf a lancé une expérimentation pour 3 000 automobilistes et devrait indiquer si elle poursuit son offre en 2009. Solly Azar, un courtier en assurances, réserve sa formule Payd aux moins de 23 ans qui roulent 1 000 km, au maximum, par mois, à l'exception de la nuit (entre 1 heure et 6 heures). Les jeunes sont alors moins pénalisés en payant environ 400 € par an d'assurance et en évitant la surprime « jeune conducteur » appliquée par de nombreux assureurs. Seul Amaguiz a réellement développé une offre Payd accessible au plus grand nombre. Le principe est simple : l'assuré règle une somme forfaitaire de 9,90 € par mois (soit 118,80 € par an), à laquelle s'ajoute un tarif au kilomètre, déterminé à la signature du contrat. Au-delà de 13 000, les kilomètres supplémentaires ne sont pas facturés. Le compteur et son installation sont gratuits (le montage étant réalisé par des garages agréés), mais, en cas de résiliation de l'assurance, des frais de désinstallation de 60 € sont facturés. Notre couple de Grenoble propriétaire d'un Renault Grand Scénic (voir page 81) paiera 265 € pour une assurance tous risques, au lieu de 332 € s'il parcourt 7 000 km par an (tarification sur la base de 0,021 €/km). Attention, ce système requiert que l'assuré soit certain de ne pas rouler davantage que ce qu'il prévoit pour chacun des mois à venir. Ainsi, dans notre exemple, si l'automobiliste parcourt 11 000 km par an, sa facture montera à 349 €, soit 17 € de plus que la formule classique « tous risques » chez le même assureur. Le Payd semble donc indiqué pour les conducteurs qui roulent de façon à peu près constante sans dépasser, sur une année, 9 000 à 10 000 km.

« Bons » conducteurs, profitez de votre comportement vertueux

Vous êtes propriétaire d'une voiture propre et sûre ? Un assureur, la Macif, vous procure un avantage tarifaire. Il ne porte que sur la « responsabilité civile » (RC), mais vous pouvez économiser entre 10 % et 35 % sur cette garantie. Sur une cotisation annuelle de 500 €, la RC représente 200 € environ. Si vous bénéficiez de 20 % de réduction sur la RC (40 €), votre cotisation annuelle baissera de 500 € à 460 €. Pour cela, vous devez être propriétaire d'une petite voiture qui émet moins de 130 g de CO2/km et/ou bénéficie, au minimum, de 4 étoiles sur 5 aux résultats des « crash tests » européens réalisés par Euro Ncap (consultables sur www.euroncap.com). C'est le cas, par exemple, d'une Peugeot 207 Hdi Urban ou d'une Fiat Grande Punto 1.3 Multijet 90. Une nouveauté à caractère « écologique » : si vous choisissez les transports en commun pour vous rendre à votre travail et que vous pouvez le justifier (abonnement SNCF, bus), la GMF diminuera de 10 % votre assurance automobile annuelle (offre Eco-Pass).

Autre facteur favorisant une baisse de tarif : les « superbonus », destinés uniquement aux bons conducteurs. Un bonus maximal de 0,50 a pour effet de diviser par deux le montant de la prime d'assurance « normale », celle qui est calculée pour un assuré n'ayant ni bonus, ni malus (coefficient 1). Jusqu'ici, les tarifs proposés par les assureurs cessaient de baisser dès lors qu'un conducteur avait atteint le bonus maximal. C'est pourquoi plusieurs assureurs ont mis en place un système de superbonus qui leur procure un avantage supplémentaire. Il s'agit d'un geste commercial, à ne pas confondre avec le système du bonus-malus que le code des assurances impose, lui, à tous les professionnels de l'assurance automobile. À la Matmut, par exemple, si votre prime est de 500 € avec un bonus de 0,50, elle descendra à 350 € (superbonus de 0,65). Mais attention, ce montant n'est atteint qu'après 6 ans de bonus à 0,50. La GMF et la Macif font une offre quasi identique avec un coefficient maximal qui atteint 0,65. Quant à la Maaf, elle propose un bonus « à vie » qui permet de conserver son bonus même en cas de sinistre responsable dans une année. Axa fait de même avec son bonus « longue durée », que l'assuré garde, même après un accident.

Ces différents avantages sont donc à mettre en avant si vous sollicitez un assureur concurrent du vôtre. Ils s'engagent tous à en faire bénéficier les nouveaux clients qui se présentent, dès lors qu'ils remplissent les conditions pour prétendre à un superbonus. Enfin, dernier paramètre à prendre en compte : l'assurance pour les jeunes conducteurs, qui paient souvent des surprimes en raison du taux élevé de sinistres qu'ils génèrent. Notre conseil : si vous êtes dans cette situation, privilégiez un assureur qui n'appliquera pas de surprime à vos enfants, Matmut ou Filia-Maif, à titre d'exemple.

Sylvain Deshayes


Mots-clés :

ASSURANCE AUTOMOBILE , AUTOMOBILE , PIECE DETACHEE , PRIX




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier