Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Internet : peut-on se fier aux comparateurs de prix ?

Internet : peut-on se fier aux comparateurs de prix ?

Internet : peut-on se fier aux comparateurs de prix ?
Septembre 2005
Le Particulier n° 992, article complet.

Grâce aux sites des comparateurs de prix, tels Kelkoo ou PriceRunner, vous pouvez économiser 10 %, 20 %, voire plus sur un ordinateur ou un appareil photo. Mais attention sachez que l'information délivrée doit être utilisée avec discernement.

Toutes les offres disponibles sur Internet sont consultables en quelques minutes

Alain se félicite : "Dans un magasin du centre-ville, l'ensemble home cinéma que je voulais acheter était étiqueté 560 €. Sur Internet, je l'ai trouvé en 2 minutes à 450 €, soit 20 % moins cher." Comme beaucoup d'autres internautes, Alain utilise régulièrement un comparateur de prix. Il s'agit de sites, tels Kelkoo, Shopping.com, qui vous indiquent, à partir d'un nom ou d'une référence, le prix auquel un article est proposé par divers cybermarchands (commerçants vendant sur Internet). Le principe est séduisant : vous permettre, en quelques minutes, de trouver, parmi des dizaines de cybermarchands, celui dont l'offre est la meilleure. La pratique est cependant un peu décevante, car l'information délivrée se révèle peu transparente et il faut savoir la décoder. Les comparateurs de prix sont efficaces et rapides, mais il faut s'en servir avec discernement.

Des intermédiaires entre l'internaute et les cybermarchands.

À la différence des sites marchands qui commercialisent leurs produits à distance (commande et paiement par Internet), les comparateurs ne vendent pas directement. Ils n'ont pas de boutique en ligne. Ils agissent uniquement comme intermédiaires entre l'internaute et les différents cybermarchands susceptibles de répondre à sa demande. Il peut s'agir d'enseignes très connues, comme la Fnac ou la Redoute qui, à côté de magasins "en dur", vendent aussi sur Internet. Ce peut être aussi des commerçants qui ne vendent que par ce canal, et sont moins connus du grand public, tels Alapage, Nomatica, Rue du Commerce, Pixellium ou encore Digit-tek. Les comparateurs de prix proposent leurs services principalement pour du matériel informatique, des produits image et son (home cinéma, appareils photo, téléviseurs...), des livres, CD et DVD ainsi que de l'électroménager. Ils s'ouvrent à d'autres domaines, tels que les billets d'avion, le vin ou les vêtements, mais l'internaute est souvent dirigé vers un seul site de vente, ce qui interdit toute comparaison.

Pour utiliser un site comparateur, si vous savez précisément ce que vous cherchez, il suffit de saisir la marque et la référence du produit sur la page d'accueil du comparateur. En réponse, celui-ci vous propose la liste des sites marchands qui vendent ce produit et leurs prix. Il vous reste alors à cliquer sur le cybermarchand de votre choix pour être redirigé sur son site. Mais vous souhaitez peut-être interroger le comparateur pour un type de produit et un budget donnés ; vous recherchez, par exemple, un ordinateur portable avec lecteur/graveur de DVD à moins de 1 500 €. Vous pouvez alors consulter les rubriques et sous-rubriques du comparateur, jusqu'à obtenir une liste de cybermarchands disposant d'un ou plusieurs articles correspondant à votre demande.

Des écarts de prix parfois très importants.

Il suffit de quelques recherches sur les comparateurs pour constater que les prix sont très variables. Ainsi, sur PriceRunner, nous avons trouvé l'appareil photo numérique Canon PowerShot S1 IS, référencé chez 34 commerçants, à des prix (frais de livraison inclus) allant de 325,90 € à 549 €, soit un écart de 223,10 €, ou 68 %. Autre exemple, le téléviseur Philips 42PF9966 à écran plasma de 107 cm est référencé chez 16 commerçants entre 2 927,80 € et 4 028 €, soit 1 100,20 € ou 37,6 % de différence. Sur Kelkoo, nous avons relevé un écart de 367 €, ou 25,5 % (1 440 € à 1 807 €), pour un ordinateur portable Acer Aspire 9104 WLMI. Sur Shopping.com, le lave-vaisselle Smeg LSA6047X Inox est proposé par trois boutiques entre 519 € et 740 €, soit une différence de 221 €, ou 42,6 %.

La comparaison peut être faussée.

Il faut néanmoins tempérer les espérances de bonnes affaires que laissent espérer ces écarts de prix. Prenons le lecteur MP3 Creative Zen Touch 20 Go. En lisant attentivement les descriptifs dans la liste de résultats obtenue sur Kelkoo, nous avons constaté que certains sites proposent des produits qui ne sont pas exactement ceux recherchés. Il peut s'agir du Creative 40 Go, dont la capacité de stockage est double (40 gigaoctets au lieu de 20) et le tarif plus élevé. Parfois, un prix alléchant se révèle être celui d'un produit... d'occasion, référencé sur un site de vente entre particuliers, comme eBay, Priceminister ou 2xmoincher (voir le no 988 du Particulier). Le produit peut aussi être proposé avec des accessoires : tantôt notre lecteur MP3 est vendu avec le casque d'origine, tantôt avec un casque supplémentaire de meilleure qualité, tantôt avec des haut-parleurs supplémentaires. Les disparités sont accrues par des frais de port ou de livraison, inclus ou non. Pour des livres, des CD et des DVD, le transport coûte peu cher, de l'ordre de 2 à 5 €. En revanche, pour un téléviseur ou une machine à laver, si les tarifs ne sont pas proposés "livraison comprise", il faut ajouter entre 40 et 70 € pour se faire livrer. Et la livraison ne comprend pas toujours la mise en service de l'appareil

Enfin, certaines indications données par le comparateur peuvent se révéler incomplètes ou erronées, en particulier sur les délais de livraison ou de garantie. Il est donc préférable de les vérifier auprès du site marchand.

Les listes de cybercommerçants ne sont pas exhaustives.

Ne figurent sur un site comparateur que les cybercommerçants qui le rémunèrent pour cela ; c'est de là que les comparateurs tirent leur chiffre d'affaires. Il peut s'agir d'une rémunération dite "au clic". À chaque fois qu'un internaute clique sur le lien qui renvoie chez le cybercommerçant, ce dernier paie entre 0,10 et 0,20 € au comparateur, même si le client n'achète pas. Autre mode de rémunération : lorsqu'un internaute achète un produit, un pourcentage est reversé au comparateur. Cela explique pourquoi certains commerçants ne sont pas présents sur les comparateurs, comme Darty.com, Camif.fr ou Carrefour-multimedia.com. "Notre enseigne est suffisamment connue pour ne pas avoir à payer pour exister sur Internet", déclare-t-on chez Darty. Le commerçant peut aussi décider que toute sa gamme de produits n'apparaîtra pas sur le comparateur, mais seulement une partie. Fnac.com, par exemple, privilégie ses produits en promotion. Vous ne trouverez donc pas, par l'intermédiaire des comparateurs, la totalité des produits qui vous sont proposés directement sur Fnac.com.

Une bonne place dans le classement se monnaie.

Ce modèle économique inclut une pratique équivalente à celle des "têtes de gondole" dans les grandes surfaces : il faut payer pour qu'un produit soit mis en avant. Sur un comparateur, le classement dans la liste de résultats se monnaie. Il est important d'apparaître sur la première page, et de préférence le premier, car une majorité d'internautes ne consulte pas les pages suivantes. Dans le classement d'un comparateur, les premiers cybermarchands ne sont donc pas forcément les moins chers... mais ceux qui ont payé pour être bien placés. Cette logique, où les impératifs financiers priment sur la transparence de l'information, est celle de la majorité des comparateurs de prix, à quelques exceptions près. Ainsi, Rue-Hardware.com, spécialisé dans les produits informatiques, classe systématiquement les résultats d'une recherche par tarif croissant. Le premier de la liste est donc le moins cher. Autre exception, PriceRunner.fr référence la quasi-totalité des sites marchands présents sur Internet, qu'ils paient ou non. Une recherche sur ce comparateur renvoie souvent sur une trentaine de cybermarchands pour un produit, là où les autres n'en proposent que dix à quinze. Avec une petite contrainte toutefois : sur PriceRunner, vous ne pouvez aller directement sur le site d'un cybermarchand en cliquant sur son logo que s'il a payé pour cela, sinon vous devez saisir l'adresse.

Des informations utiles, mais à prendre avec précaution.

Pour ces raisons, il faut donc prendre avec un minimum de distance les informations délivrées par les sites comparateurs. Il est aussi indispensable de consulter plusieurs sites comparateurs ainsi que les sites des commerçants peu ou pas référencés, tels la Fnac, Darty, Carrefour-multimedia ou encore Surcouf. Sans oublier d'aller prospecter dans les magasins traditionnels, petits ou grands, qui peuvent être aussi compétitifs. Mais, inversement, les comparateurs vous permettront aussi de découvrir des cybercommerçants dont vous ignoriez l'existence, bien qu'ils aient pris une réelle envergure sur Internet, tels Pixmania ou Rue du Commerce. Par ailleurs, les comparateurs ne prennent aucun engagement quant au sérieux et à la fiabilité des cybermarchands qu'ils référencent. Certains néanmoins, comme Shopping.com et LeGuide.com, ont mis en place un système d'avis et de notation. Chaque acheteur peut ainsi évaluer un marchand en fonction de plusieurs critères : qualité de la livraison, respect des délais, état du colis... Bien que le contenu de ces avis ne soit pas contrôlé, leur lecture, sur le site du comparateur, peut s'avérer très instructive avant de passer commande.

Pour les gros achats, privilégiez les marchands ayant un point de vente.

Une fois toutes ces précautions prises, faut-il acheter auprès du commerçant le moins cher ? Pas forcément. Les garanties et le service après-vente (SAV) restent un critère essentiel de choix pour certains biens, en particulier l'électroménager, l'informatique, la hi-fi et la photo-vidéo. Or la quasi-totalité des cybermarchands qui n'ont pas de magasins "en dur" prévoit que le retour d'un produit, même défectueux, ne peut se faire que par la Poste ou par transporteur, aux frais du consommateur. Ensuite, il faut souvent attendre l'avis du SAV du constructeur, ce qui peut prendre 2 à 4 semaines. De plus, au-delà de la période de garantie constructeur, c'est à l'acheteur de trouver lui-même un réparateur. Il peut donc être préférable, si la différence de prix n'est pas trop importante, d'acheter à un commerçant qui dispose de véritables points de vente et de son propre SAV : l'assurance d'avoir un dépanneur à domicile rapidement, ou de trouver une boutique à proximité de chez soi n'a pas de prix. sylvain deshayes


Mots-clés :

COMMERCE ELECTRONIQUE , INTERNET , PRIX




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier