Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Décryptage : les règles changent dans le photovoltaïque

Décryptage : les règles changent dans le photovoltaïque

Décryptage : les règles changent dans le photovoltaïque
Mai 2011
Le Particulier Pratique n° 368, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Votre panneau photovoltaïque sera-t-il plat ou archiplat ? Une nuance qui désormais influe sur le tarif de rachat de l’électricité.

Décidément, il devient très compliqué pour un particulier de mener à bien son projet photovoltaïque. Non seulement les tarifs de rachat de l’électricité sont, désormais, revus tous les 3 mois (voir LPP n° 367, p. 16), mais les règles techniques changent elles aussi. Auparavant, les panneaux étaient soit surimposés, soit intégrés à la toiture. Depuis le 1er janvier, il existe deux types d’intégration : renforcée ou simplifiée.

Le prix de rachat de l’électricité dépend du système d’intégration

La distinction entre les deux sortes d’intégration n’est pas à prendre à la légère. En effet, pour bénéficier du meilleur tarif de rachat de l’électricité, soit 0,46 €/kWh, il faut impérativement un système d’intégration renforcée, c’est-à-dire que le panneau fasse partie intégrante de la toiture et assure lui-même l’étanchéité. Le tarif de rachat pour une intégration simplifiée – l’étanchéité s’effectue via un bac en plastique ou en métal dans lequel est fixé le panneau – n’est que de 0,30 €/kWh. Une spécificité française et… une aberration pour le Groupement des particuliers producteurs d’électricité photovoltaïque (gppep.org). Les plus gros litiges portent, en effet, sur des problèmes d’infiltration, sans compter que, en cas de panne, une partie du toit se trouve découverte si un panneau doit être enlevé. Sous prétexte de protéger notre patrimoine, l’État aurait, en fait, comme objectif de développer la filière française – actuellement, les matériels à intégration simplifiée sont fabriqués principalement dans les pays asiatiques.

Seuls quelques  panneaux sont conformes aux nouvelles règles

Pour l’instant, les constructeurs ont du mal à suivre ces revirements de cahier des charges. Certains ont su les anticiper et ont déjà mis sur le marché des systèmes d’intégration renforcée. Pour y parvenir, ils ont dû faire de gros efforts sur l’étanchéité : le S-TE Integra (Tenesol) assure l’étanchéité grâce à un dispositif de rails drainants ; le kit photovoltaïque Nera (Voltec Solar) se compose de quatre barrières empêchant tout passage d’eau et d’une gouttière en sous-face du panneau permettant de récupérer la condensation.
De nombreuses sociétés vendent encore de l’intégration simplifiée. Pour un particulier, il est difficile de savoir si l’équipement présenté par le commercial est de l’intégré simple ou renforcé. Afin d’aider les consommateurs et les installateurs dans le choix de leur matériel, le Comité d’évaluation des produits intégrés au bâti (CEIAB) a pour mission d’examiner les systèmes photovoltaïques qui lui sont soumis par les fabricants et les distributeurs, et de déterminer s’ils sont compatibles avec les critères techniques d’éligibilité au nouvel arrêté tarifaire du 4 mars 2011. Après un retard de plusieurs mois dans les évaluations, ces informations commencent à être mises en ligne sur ceiab-pv.fr.

Isabelle Coune


Mots-clés :

ELECTRICITE , ENERGIE SOLAIRE , PHOTOVOLTAIQUE , PRIX




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier