Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Famille > Enfants > Apprendre l'anglais sur Internet

Apprendre l'anglais sur Internet

Février 2011
Le Particulier Pratique n° 365, article complet.
Auteur : DELFAU (Vincent)

S’il n’existe pas de langue universelle, savoir se débrouiller en anglais est un atout dans de nombreuses circonstances. Que vous souhaitiez rafraîchir vos connaissances ou préparer un voyage, vous trouverez sur Internet d’innombrables ressources vous permettant d’apprendre ou de réviser les bases de la langue de Shakespeare, de progresser en grammaire, d’acquérir du vocabulaire et d’améliorer votre compréhension. Les sites consacrés à l’apprentissage de l’anglais peuvent être globalement classés en deux catégories : les uns font payer l’accès aux leçons ; les autres n’ont pas de vocation mercantile.

Une contribution financière pour un suivi personnalisé

Sur les sites payants, après un premier test d’évaluation, le professeur qui vous a été attribué – sur certains, vous pouvez le choisir – identifie vos faiblesses. Il vous concocte alors un programme de travail : compréhension d’une vidéo, exercices de grammaire ou de vocabulaire, dictées… La plupart du temps, ces exercices sont corrigés automatiquement, mais il est souvent possible de demander une explication sur un point précis au professeur. En outre, ce dernier évalue régulièrement votre progression.
De nombreux sites commerciaux proposent également des cours interactifs, collectifs ou particuliers, animés en visioconférence par un enseignant. Pour y accéder et pouvoir dialoguer avec le professeur, il faut vous équiper d’un micro et, parfois, d’une webcam. Sur englishtown.fr, par exemple, les leçons collectives commencent toutes les heures, chaque jour de la semaine. Moins souple dans les horaires, educastream.com permet, en revanche, de converser en tête à tête avec un diplômé d’une grande université britannique. Sur d’autres sites, le professeur n’est que virtuel. C’est le cas de telelangue.com ou d’englishcentral.com : un module de reconnaissance vocale vous invite à lire un mot ou un texte, puis analyse et corrige votre prononciation.
Le coût de l’abonnement à ces services varie considérablement d’un site à l’autre. Comptez 8 € par mois pour englishcentral.com, 39,50 € par mois (pour un engagement d’un an) pour telelangue.com, 49 € mensuels pour englishtown.fr et abaenglish.com.

Cours thématiques ou ludiques en accès libre

Pas de suivi personnalisé ni de cours particuliers sur les sites gratuits. Ceux-ci sont si nombreux qu’il serait vain de tenter d’en dresser une liste exhaustive. On y trouve des leçons et des exercices à foison, à l’image de ce que propose anglaisfacile.com. Chaque semaine, vous recevez un cours thématique par courriel, et le site regorge de milliers d’exercices corrigés ainsi que de nombreuses leçons audio et vidéo.
Pour approfondir les notions de grammaire, tournez-vous vers e-anglais.com : il récapitule les bases dans des fiches synthétiques fort bien réalisées, complétées par des tests, dont la correction est automatique. Le site met, en outre, à disposition des sujets de bac, également corrigés. Moins académique, manythings.org mise sur un apprentissage ludique de l’anglais. Des centaines de jeux de mots, d’anagrammes et de petits quiz permettent de progresser en se divertissant. Également excellent, britishcouncil.org/fr offre de nombreuses ressources aux internautes, quel que soit leur niveau : des classiques fiches de grammaire à des enregistrements audio ou vidéo en passant par des entrées thématiques comme le football (premierskills.britishcouncil.org) ou la science (britishcouncil.org/fr/france-science-cubed.htm).

Écouter, lire et dialoguer

L’écoute d’enregistrements audio – avec, pour vous aider dans un premier temps, la transcription à l’écran du texte lu – est idéale pour améliorer votre compréhension de l’anglais à l’oral : tvoanews.com/learningenglish/, elllo.org, betteratenglish.com. Sur eslpod.com, le texte est lu une première fois lentement, le narrateur explique plusieurs mots et expressions, puis il le relit à vitesse normale.
N’hésitez pas à vous lancer dans la lecture de sites entièrement rédigés en anglais. Si vous plonger dans les pages Web des grands médias anglo-saxons vous effraie, orientez-vous vers des sites conçus pour ceux qui ne maîtrisent pas complètement la langue. Wikipédia (simple.wikipedia.org) propose, par exemple, une version écrite en simple english, c’est-à-dire limitée à un millier de mots. De même, la BBC (bbc.co.uk/worldservice/learningenglish/) met à votre disposition son site conçu pour ceux dont l’anglais n’est pas la langue maternelle.
Enfin, Internet vous permet de discuter avec des personnes, à travers le monde, qui, comme vous, apprennent l’anglais, de parler de tout, mais seulement en anglais (en.babel.com), dans un chat sans frontières. Et quand vous vous sentirez vraiment prêt, vous pourrez évaluer votre niveau en vous frottant aux principaux tests reconnus internationalement, comme le TOEFL et le TOEIC (examenglish.com).

Vincent Delfau


Mots-clés :

ENSEIGNEMENT DES LANGUES , INTERNET




Outils pratiques :
Papiers à conserver
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

Bannière e-Particulier